Gratin de pâtes « Macaroni and Cheese »

Lors de mon voyage à New-York en 2009, j’avais adoré le « mac’n’cheese« , le gratin de macaronis au cheddar, un must de la gastronomie new-yorkaise. Après 8 jours sans fromage, l’odeur en entrant dans le restaurant m’avait limite fait entrer en transe !

La grosse dose de cheddar, la sauce type béchamel légèrement moutardée… Tout cela forme un mariage des plus heureux. Ce qui est sûr, c’est que c’est bien plus qu’un gratin de pâtes…

J’ai trouvé une recette sympa sur le site Cuisine américaine- Culture USA, et après test, je la trouve vraiment top… J’ai bien retrouvé le goût de là-bas, au détail près qu’à New-York il n’y avait pas de chapelure dessus, je n’en remettrai peut-être pas la prochaine fois.

Gratin de pâtes au cheddarPour 6 personnes soit un grand plat à lasagnes :

  • 500 g de macaronis
  • 350 grammes de cheddar râpé (pouvant être remplacés par du cantal)
  • 70 grammes de beurre
  • 40 cl de lait concentré non sucré
  • 1 c. à soupe de moutarde de Dijon
  • 2 c. à soupe de farine
  • 30 cl de lait
  • 1 pincée de sel
  • 2 poignées de chapelure

– Faites cuire les macaronis dans de l’eau salée en suivant les instructions de la boite. Égouttez-les sous l’eau froide, et réservez.
– Préchauffez le four à 180°C.
– Faites chauffer 50 grammes de beurre à feu moyen dans une casserole.
– Quand le beurre commence à frémir, ajoutez la farine et remuez sans arrêt jusqu’à ce que le mélange fonce un peu.
– Incorporez le lait concentré, toujours en remuant.
– Rajoutez la moutarde et le sel, et continuez à remuer pendant environ 5 minutes, le mélange doit épaissir et devenir crémeux.
– Ajoute le lait et environ 75% du cheddar râpé et mélangez jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène.
– Répartissez les macaronis dans le plat à gratin, et versez la sauce par dessus.
– Remuez avec une cuillère en bois pour que la sauce soit bien répartie.
– Faites fondre les 20 grammes de beurre restants et mélangez la chapelure.
– Parsemez le dessus du gratin avec le mélange beurre / chapelure, et le reste du cheddar râpé.
– Enfournez pour 15 minutes en mode grill ou jusqu’à que le plat soit doré.

Enjoy !

Veau à la parmigiana

Cette délicieuse recette est issue d’un de mes livres de cuisine chouchous : Jamie’s America, de Jamie Oliver. Dans cet ouvrage, Jamie partage des recettes authentiques et gourmandes venues des quatre coins des USA.

Le veau à la parmigiana est un classique new-yorkais, apporté par les immigrés italiens. Il s’agit de bonnes escalopes de veau, panées au parmesan, posées sur une bonne couche de sauce tomate et gratinées au four avec de la mozzarella. J’ai servi ce plat avec des légumes rôtis, un vrai délice !

Veau-parmiggianaIngrédients pour 4 personnes :

  • 4 escalopes de veau
  • 2 boîtes de 400 g de tomates concassées
  • 3 gousses d’ail pelées et finement hachées
  • 1 boule de mozzarella
  • 200 g de chapelure
  • 50 g de parmesan
  • 2 oeufs
  • 150 g de farine
  • Sel
  • Poivre
  • Huile d’olive

– Faites chauffer un filet d’huile d’olive, ajoutez l’ail haché et faites cuire quelques minutes.
– Ajoutez les tomates en boîte.
– Portez à ébullition, et laissez mijoter 15-20 minutes.
– Salez, poivrez, goûtez, et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.

Pendant que la sauce tomate cuit, préparez les escalopes.

– Préchauffez le four à 200°C.
– Mélangez la chapelure et le parmesan dans un bol.
– Versez la farine dans un autre bol, salez et poivrez la légèrement.
– Versez les œufs dans le troisième bol et battez-les à la fourchette.
– Plongez les escalopes dans la farine : il fat qu’elles soient bien enrobées. Tapotez l’excès de farine, et réservez les.
– Trempez les successivement dans l’œuf, puis dans la farine.
– Faites chauffez une grande poêle anti-adhésive, et ajoutez un bon filet d’huile d’olive.
– Faites cuire chaque escalope 2-3 minutes de chaque côté (vous devrez peut-être vous y reprendre à plusieurs fois), et réservez-les dans une assiette, sur du papier absorbant.

Passez au montage.

– Versez la sauce tomate au fond d’un plat à four.
– Posez les escalopes sur la sauce tomate, côte à côte.
– Déchirez la mozzarella en morceaux, et éparpillez-les sur le plat.
– Faites dorer 20 minutes, jusqu’à que la mozzarella fasse des bulles.
– Dégustez immédiatement !

Carrés au citron

Il y a quelques temps sortait un librairie le chouette livre de recette « Un goûter à New-York« . Je l’ai feuilleté chez une amie, et une recette m’a tapé dans l’oeil : celle des carrés au citron, qui ornent d’ailleurs la couverture.

Une base de  pâte sablée, par dessus un épais flan au citron, le tout recouvert d’une fine couche de sucre glace, une recette qui avait tout pour me plaire ! Elle s’est avérée délicieusement acidulée, un vrai délice !

Carrés Citron

Je vous partage la recette ci-dessous, pour un moule carré de 25*25 cm.

Ingrédients :

Pour la pâte

  • 150 g de farine
  • 30 g de sucre glace
  • 4 c. à soupe de Maïzena
  • 1/2 c. à café de sel
  • 125 g de beurre doux coupé en dés

Pour le flan citron

  • 18 cl de jus de citron (environ 3 citrons pressés)
  • 250 g de sucre en poudre
  • 6 œufs moyens
  • Le zeste d’un citron non traité
  • 5 c. à soupe de farine

– Préchauffez le four à 180°c.
– Sablez du bout des doigts les ingrédients de la pâte jusqu’à obtention d’une sorte de chapelure, et tapissez-en le fond d’un moule carré d’environ 24-25 cm de côté.
– Enfournez et laissez cuire jusqu’à ce que la pâte soit dorée (environ 20 min).
Réalisez ensuite le flan :
– Fouettez les ingrédients et versez le mélange sur la pâte dorée.
Attention : si vous utilisez un cadre (et non un moule), faites pré-prendre le flan avant de l’enfourner, en cuisant l’appareil à feu doux à la casserole tout en le fouettant. Ce dernier, très liquide, fuira du cadre sinon…
– Baissez la température du four à 150°c et faites cuire l’ensemble 40 min environ jusqu’à ce que le flan au citron ait bien pris.
– Laissez refroidir pendant un quart d’heure, démoulez, découpez en carrés et saupoudrez de sucre glace.
– Enjoy !

Voyage culinaire à New-York

J’inaugure ici une nouvelle catégorie, celle des voyages culinaires ! En effet, lorsque je voyage j’essaie toujours de goûter aux spécialités locales, et j’en profite souvent pour prendre des photos. Je fais donc en ce moment du tri pour préparer des articles sur ce sujet.

Parce que la gastronomie fait partie de la culture d’une pays, et pour vous faire voyager les papilles, voici un premier récit de voyage culinaire à New-York.

Là-bas, l’alimentation est aussi extravagante, démesurée, et diverse que la ville peut l’être ! On peut y trouver à manger à toute heure, à tous les coins de rue, de la finger-food ou des plats gastronomiques, de la nourriture chinoise, russe, française, mexicaine… et j’en passe. Les New-Yorkais ont l’Empire State Building, ils ont aussi les yaourts « light » ou « low fat » à 220 kcal l’unité :-). Oui, véridique, mais bon, le pot de yaourt individuel peut avoir une contenance d’1,5 fois un pot de yaourt de chez nous, ceci explique cela. Je garde le souvenir d’un rayon entier d’une supérette uniquement dédié aux différents « toppings » (nappages) que l’on peut mettre sur les gâteaux et glaces : sauce chocolat, sauce caramel, sauce fraise, sucre coloré, vermicelles en sucre… On voit dans les restaurants des desserts indécents type « Cheesecake au caramel, noix de pécan et morceaux de cookies, sauce chocolat sur sa base de brownie et avec sa glace vanille ». J’exagère à peine ! Nous avions essayé de prendre le format « big » d’une portion de glace Ben&Jerry’s sur la plage, en se disant qu’on partagerait… Je crois que mon estomac s’en souvient encore :-D.

Pour commencer sur une note sucrée, voici quelques photos de cakes et cupcakes justes magnifiques vus à l’épicerie fine Dean & Deluca, sur Broadway. Dans cette épicerie/traiteur assez connue, on trouve plein d’aliments très fins, et plutôt pas donnés. Le coin « pâtisserie » est à tomber, j’y serais bien restée une heure, juste pour regarder ! Voyez plutôt ces couleurs, ces décos … Si j’essaie aujourd’hui de progresser en pâtisserie, c’est pour un jour arriver à ça :

Vanilla Raspberry Cake, Angel Food Cake, Red Velvet Cake, Tropical Cake, Green tea Mousse Cake, Lemon Blossom Cake, Hazelnut Crush Cake, « Crêpes Mademoiselle » …

Pour indication, les prix de ces merveilles, en août 2009, variaient entre $20 et $50… la livre !

Dans ce même magasin, vu au rayon boucherie, le Cowboy Steak :

Ca c’est un un steak de mec, de vrai ! Mais sinon, en vrai, qui pourrait finir un truc aussi gros ?

Petit souvenir d’un brunch à Greenwich Village :

Une assiette typique, qui fut délicieuse : gratin de pommes de terre, œufs brouillés, bacon et pain grillé. C’était un menu à 13$, il y avait en plus quelques petits scones à déguster avec de la confiture et… open bar sur les frozen margarita/bloody mary/mimosa pendant une heure ! Le tout servi dans un cadre super, un « diner » comme on peut voir dans les films, avec des murs en brique et un immense néon Coca-Cola.

Un panneau publicitaire photographié dans la rue : les BreadBowl Pasta. Une nouveauté de Domino’s Pizza : des pâtes en sauce dans un conteneur… en pain !

Etouffe-chrétien ? Riche ? Nooon, pas du tout ! Heureusement que les pâtes sont « aussi disponibles sans le bol en pain »…

Ci-dessous, ce qui fut un des plus beaux jours de ma vie, après 8 jours sans fromage ou presque (le fromage-plastique hors de prix acheté à Gristedes pour mettre dans les sandwiches ne m’a pas laissé un souvenir impérissable…) : un GRATIN de macaronis au CHEDDAR :

Servi dans un petit poêlon en fonte dans un petit restaurant du sud de Manhattan, ce gratin était juste à pleurer. Bien crémeux, blindé de cheddar, une réussite assurée 🙂 Je sentais vraiment que j’avais une carence en fromage, j’en rêvais la nuit, et là, rien qu’avec l’odeur qui émanait des cuisines, les larmes me montaient aux yeux. J’exagère même pas. Ça c’était la version M pour Medium, la moyenne portion, dur dur de finir !

Pour finir sur un plat typique, un vrai burger américain servi dans un petit resto pas loin de Central Park et de notre hôtel :

Juste au top ! Je mets en garde tout de même, après un burger pareil, le ventre a tendance à toucher terre :-).

Je n’ai pas de photos malheureusement des assiettes garnies de nouilles, de viande et de légumes dégustées à Chinatown, ou des burritos à se damner mangés dans un p’tit mexicain de Brooklyn, mais sachez que ces plats valaient le détour.

Je me souviens que par contre, le soir nous n’avions juste pas faim 😀 Nous achetions quelques fruits au petit vendeur du coin de la rue, et nous nous sustentions d’une demi-mangue par personne, ou quelques prunes…

Pour conclure, des beaux souvenirs culinaires, quoiqu’un peu riches, mais en marchant toute la journée (et il y a de quoi marcher ! ) on compense !

New York Août 2009

Un petit article sur notre séjour de 2 semaines à New York en août 2009 : surement notre voyage le plus mémorable !

Je peux recommander cette ville à tout le monde : il y en vraiment pour tous les goûts !

Fans d’art et de musées, vous y trouverez certains des plus prestigieux musées du monde : le MOMA pour l’art moderne, le Metropolitan pour les tableaux et les vestiges de civilisations, le Guggenheim pour l’art moderne et sa structure en hélice si particulière, l’American Museum of Natural History pour sa collection de squelettes de dino (mon coup de coeur, je ne voulais plus repartir), le musée de l’Immigration sur Ellis Island (On ne voir plus « le Parrain II » de la même façon), et tant d’autres…

Fans de verdure, vous pourrez vous promener dans les 341 hectares de Central Park : on ne se croirait pas en ville, jusqu’au moment où on arrive au bout et que les buildings géants vous sautent aux yeux… Vous pourrez aussi fréquenter les multiples autres parcs de la ville et croiser les dizaines d’écureuils qui les habitent, ou déambuler dans les quartiers d’East Village, ou Greenwich Village, aux rues bordées de grands arbres en tous genres…

Accros comme moi au shopping, vous ne pourrez que vous sentir dans votre élément : Entre Macy’s , un des plus grands magasins du monde, les multiples magasins de la 5° avenue, tous plus alléchants les uns que les autres dans leur genre, les friperies et les magasins vintage de Soho, l’Apple Store géant… A tous les coins de rue on croise des enseignes que l’on a vu/entendu parler dans les magazines, c’est assez extraordinaire ! Je suis revenue pour ma part avec une paire de Converse (à 30 € !), un jean, quelques tee-shirts… J’ai vraiment du me raisonner ! Sans parler des petites boutiques de livres, d’art, de comics, des fripes…

Fans de musique, vous pourrez aller écouter du jazz à Harlem (un peu cher la soirée par contre), assister à des messes gospel dans le même quartier, aller voir une comédie musicale à Broadway, fréquenter des salles de concerts connues, ou flâner dans des magasins de musiques ou de disques super originaux, qui semblent receler des trésors dans chaque rayon…

Fans de plage, moyennant un peu de temps passé dans les transports en commun, vous pourrez aller dorer à Long Island, ou à Staten Island…

Pour le côté culinaire, c’est pas mal non plus quoi que l’on puisse en penser : nous y avons mangé des super plats chinois, des tacos excellents, de bons gros burgers suivis de cheesecake bien sur, de bons fruits frais achetés au commerçant du coin de la rue, brunché à Greenwich Village (avec open bar sur les cocktails pendant 1h, mmmh) et bu des frozen Cosmo 🙂

Si vous cherchez le dépaysement, vous passerez en quelques stations de métro des quartiers d’affaires de Manhattan où grouillent les cadres dynamiques et les taxis jaunes, à Chinatown, à Little Italy ou à Little Odessa, ou encore aux multiples néons, écrans et enseignes clignotants de Time Square

Venir à New York, c’est aussi en prendre plein les yeux avec des paysages uniques : le coucher de soleil sur la Skyline depuis le bateau, la statue de la Liberté, la vue sur les gratte-ciels depuis le pont de Brooklyn, le même pont vu d’en dessous, la vue sur la ville depuis le haut de l’Empire State Building… On passe notre temps les yeux en l’air 🙂

Un coup de coeur pour Coney Island,ses attractions et ses baraques de fête foraine qui semblent venir tout droit d’un livre de Stephen King …

Et enfin, cette impression qui ne nous quitte pas, celle d’être dans une série ou un film, celle d’avoir déjà vu ces lieux quelque part, déjà entendu ces sonneries d’ambulance ou de voiture de police…

Vous l’aurez compris je recommande ! NYC : the place to be !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...