Colin à la Bordelaise

Il y a bien longtemps, lorsque je m’achetais des plats tout prêts, j’aimais bien le poisson à la Bordelaise. Du poisson blanc, et une croûte composée de chapelure, d’oignon, de persil, et de citron… miam ! Pour ce soir, j’ai tenté d’en faire « maison ». J’ai cherché un peu sur Internet, fait une petite synthèse et réalisé la recette qui suit. Nous nous sommes régalés, et Mister a dit que c’était « comme au magasin ». Je prends ça pour un compliment !

Poisson à la Bordelaise

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 2 pavés de colin frais ou décongelés (ou autre poisson blanc)
  • 1 échalote
  • 1 gousse d’ail
  • 10 g de beurre
  • 10 cl de vin blanc sec
  • Le jus d’un citron
  • QS de chapelure
  • 1 petite botte de persil plat

– Épluchez et émincez l’échalote et l’ail.
– Faites fondre le beurre dans une poêle et y faites revenir l’échalote et l’ail 5 min.
– Ajoutez le vin blanc et laissez s’évaporer sur feu moyen.
– Préchauffez le four à 180°.
– Disposez dans un bol le jus de citron, le persil haché préalablement, ainsi que le mélange échalote/ail/vin blanc.
– Ajoutez-y la chapelure petit à petit, jusqu’à ce que le mélange ait la consistance d’une pâte souple.
– Placez les morceaux de poisson dans un plat à four. Étalez par dessus une généreuse couche de pâte, et disposez à côté le reste de pâte.
– Laissez cuire 15-20 min et servez par exemple avec des légumes.
– Bon appétit !

Promenade à la découverte des vins liquoreux du Bordelais

Il y a de cela deux semaines, nous avons passé un petit week-end à Bordeaux chez des amis, qui nous ont emmenés à environ 30-40 km dans les terres, à la découverte des vins liquoreux. Cela pour mon plus grand plaisir ! Je ne suis pas une grande amatrice de Bordeaux rouge (disons que je ne sais pas l’apprécier à sa juste valeur je pense), mes vins préférés sont sans doute les blancs bien sucrés, servis très frais.

Je connaissais déjà le Monbazillac, le Loupiac, le Sainte-Croix-du-Mont, le Sauternes de nom seulement ; c’est ces deux derniers que je suis aller déguster sur leurs terres. Le coin est vraiment très joli, j’ai beaucoup apprécié arpenter les vignes et la pinède, cela pour tomber sur des maisons de propriétaires chez lesquels on pouvait déguster leur production.

La propriétaire d’une boutique à Sauternes nous a donné quelques explication sur les origines de ces vins liquoreux, c’était vraiment intéressant.

Carte des vins de Bordeaux

Image© http://www.vins-web.fr/

Les appellations Sauternes et Sainte-Croix-du-Mont sont représentées en jaune sur cette carte des vins de Bordeaux. Ces vignes bénéficient de l’influence de deux cours d’eau, la Garonne et son affluent le Ciron.

La rencontre du Ciron, plus froid car coulant à l’ombre des pins, et de la Garonne produit un choc thermique, et donc, en septembre des brumes qui favorisent l’apparition de la pourriture noble, le Botrytis Cinerea sur les grappes de raisins.  Sans ce champignon, jamais les vins de Sauternes et des environs n’auraient la notoriété qu’ils ont aujourd’hui, car il a la particularité de dessécher le raisin et de concentrer les sucres dans les grains. Selon la vendeuse, le raisin, lorsqu’il est récolté, contient jusqu’à 500 g de sucre pour 1 kg de jus !

Voici quelques photos de Sainte-Croix-du-Mont, c’est un joli petit village entouré de vignes, ces dernières produisent un excellent vin blanc moelleux d’un très bon rapport qualité prix.

Sainte-Croix-du-MontSainte-Croix-du-Mont

Sainte-Croix-du-MontSainte-Croix-du-Mont, Château Médouc

Nos pas nous ont emmenés à cette petite propriété, Château Médouc. Nous y avons dégusté leur production et acheté une bouteille d’un merveilleux vin, sucré et léger.

Chateau MédoucSainte-Croix-du-Mont, Château Médouc

Le vin Sainte-Croix-du-Mont revêt une très belle robe jaune or aux reflets dorés. Le nez est complexe, fin et délicat, sur des notes, nettes et intenses de fruits confits, de raisins secs, de fleurs blanche, acacia et aubépine, de notes de cire et de miel. En bouche, Sainte-Croix-du-Mont charme par son équilibre et son harmonie entre l’alcool, l’acidité et le sucre; la fraîcheur et la vivacité sont typiques de ce vin dans sa jeunesse. Certaines cuvées, sur des millésimes de grande qualité, pourront supporter plus de 30 ans de garde. C’est le vin idéal à accorder sur du foie gras. On le déguste frais, à une température de 9°C. (Source : vin-vigne.com)

Nous avons continué notre chouette journée par une pause déjeuner à Saint-Macaire, tout près, où nous avons été charmés par le centre-ville médiéval. La ville produit également un vin blanc intéressant. Nous avons déjeuné dans un café de village, où les gérants étaient vraiment très sympathiques, et où nous nous sommes régalés d’un délicieux plat du jour à 8 € (Cuisse de canard confite et pommes de terre), et de fromage de brebis du Périgord servi avec de la confiture de framboise. Trop top !

Saint-MacaireSaint-Macaire

Saint-MacaireVin de Saint-Macaire

Canard Pommes de TerreCuisse de canard confite et pommes de terre

Brebis Bergerac

Fromage de brebis du Périgord, confiture de framboise

Nous avons passé l’après-midi à Sauternes. Avant d’être un vin blanc réputé, c’est aussi un joli petit village, entouré de vignes et de belles propriétés.

SauternesSauternes

Château Filhot

Sauternes, Château Filhot

Sauternes

Sauternes, vignes

SauternesVin de Sauternes

SauternesVin de Sauternes

SauternesVin de Sauternes

Le Sauternes est considéré comme plus grand vin blanc liquoreux du monde ! En effet, depuis le 17ème siècle ce vignoble produit des vins moelleux d’une qualité incomparable. Le plus grand château de Sauternes, le Château d’Yquem est un vin très rare, très recherché, qui peut atteindre des prix exorbitants dans les ventes aux enchères. Il a eu le mérite de figurer dans la Classification officielle des vins de Bordeaux de 1855 en tant que premier cru supérieur – c’est le seul vin blanc classé comme tel – . Les autres grands châteaux sont nombreux, comme  Suduiraut ou le château La Tour Blanche ; ils sont classés soit en premier cru, soit en second cru.

Le vin Sauternes dans sa jeunesse, présente une robe dorée, très brillante. Le premier nez peut se révéler parfois fermé, mais l’aération permet au vin d’exprimer des notes de fruits confits, de pâtes de fruit et évidemment des notes rôties, de miel, de cire, fruits secs et vanille, qui se mêlent à des notes florales majestueuses. En bouche c’est un vin à l’attaque délicate mais nerveuse, la matière est puissante, dense et concentrée, aucune lourdeur. C’est un vin tout en finesse, la longueur en bouche est ahurissante et la persistance aromatique fait rêver. La capacité de garde des Sauternes sur les années exceptionnelles peut largement dépasser les 100 ans ! Il est fantastique à accorder sur des foies gras, mais aussi sur des poissons, des volailles pochées, des fromages à pâtes persillées. Sa température de dégustation doit être de 9°C. (Source : vin-vigne.com)

Voilà pour ce petit week-end ! Je vous conseille vraiment d’aller vous promener dans ce coin si vous avez l’occasion, même si vous n’êtes pas forcément fana de vin, la promenade vaut le détour !

Et je précise que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, le vin liquoreux est à consommer avec modération ;-).

Cannelés

Une autre douceur que j’affectionne particulièrement, c’est les cannelés. Une amie qui habite la belle ville de Bordeaux me les a fait découvrir il y a quelques années, et je ne me suis toujours pas remise de leur croûte croustillante, de leur cœur moelleux, de leur bon goût de vanille et de rhum… Les cannelés sont rapidement devenus un de mes classiques !

Pour ma part (je présente par avance mes excuses aux puristes, je suis sûre que c’est bien mieux avec les moules en cuivre !), j’utilise des moules Tefal en silicone, et j’ai une préférence pour les moules à mini-cannelés. Le rendu est moins joli qu’avec les moules de taille classique, mais on peut en faire plus 🙂 !

Voici la recette ! Elle est très simple, il faut juste surveiller la cuisson.

Ingrédients pour 1 plaque (18 mini-cannelés ou 9 cannelés) :

  • 100 g de sucre en poudre ou de cassonade
  • 20 g de beurre
  • 50g de farine
  • 25cl de lait
  • 3 cuillères à soupe de rhum ambré
  • 1/2 gousse de vanille ou 1 c à s d’extrait de vanille
  • 1 oeuf + 1 jaune

– Portez le lait à ébullition avec le beurre.
– Fouettez les œufs avec le sucre.
– Ajoutez la farine puis le lait.
– Laissez refroidir, et incorporez le rhum.

– Laissez reposer la pâte quelques heures au réfrigérateur.

– Préchauffez le four à 230° (ou au thermostat max).

- Remplissez les moules aux 3/4.

- Enfournez 10 minutes à 230° puis baissez la température à 160°, laissez cuire 50 min.
 (Mon four chauffe bien, j’enlève un peu plus tôt pour ma part).
– Démoulez et dégustez !

Mioum !

Bordeaux & Co

Voici un petit retour sur le week-end dernier qui fut Bordelais.

Cela fait la 3° fois que j’y vais, et j’ai toujours autant de plaisir à arpenter cette belle ville. Je trouve que Bordeaux a quelque chose de particulier, on sent qu’il y fait bon vivre, et on s’y croirait toujours en vacances… C’est peut-être dû au beau temps qu’il y fait souvent, à ses rues pavées, à ses multiples terrasses de bar & restaurants toutes aussi sympathiques les unes que les autres, à ses promenades le long de la Garonne…

Voici le fameux Miroir d’eau, que l’on voit souvent dans les journaux télévisés dès les beaux jours, il est très agréable de s’y tremper les pieds !

Nous sommes passés par Andernos-les-Bains, ville thermale au bord du basse d’Arcachon, connue pour ses parcs à huitres : c’est vraiment joli.

Un petit passage également par le Grand Crohot, magnifique plage non loin de Lège Cap Ferret. Pour moi, le top 1 des plages où se baigner en France. Au moins. Une belle dune, de la plage de sable fin à perte de vue et de vraies belles vagues, qui remuent pour de vrai !

Pas mal non ? L’été, on peut s’y poser en soirée pour voir des ciels plus étoilés que jamais, et ça, c’est top.

Enfin (oui, nous avons pas mal trotté en 2 jours, nos amis ayant optimisé notre venue ce qui n’était pas pour nous déplaire !), nous gardons un magnifique souvenir du pittoresque village de Saint-Emilion, classé à l’UNESCO.

Perdu au milieu des vignes et perché au sommet d’une petite colline, ce petit village en vieilles pierres jaunes se visite à pieds. On y trouve plein de petites boutiques de vin où l’on peut déguster divers crus (agréable découverte que ce Sainte-Croix-du-Mont 🙂 ) et acheter des bouteilles à 1/4, 1/2, voire un salaire entier (!), des jolies terrasses, une superbe église monolithe…

La vue est superbe, bref je ne peux que vous le conseiller.

Je pense retourner encore et encore dans cette chouette région, qui a encore beaucoup de potentiel pour m’émerveiller 🙂 Et vous l’aurez compris, je conseille, et re-conseille une petite virée dans le Bordelais !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...