Restaurant « Le Kalinka » à Grenoble

En décembre, un jour de grand froid, j’ai eu l’occasion de tester le restaurant russe le Kalinka, situé dans le quartier Championnet à Grenoble. J’avais envie de m’y rendre depuis un moment, surtout depuis j’ai su que le patron et la cuisinière étaient russes ; et de plus j’avais eu de bons échos.

Nous sommes venus à la rencontre de la cuisine russe et caucasienne avec des amis et y avons passé une bien bonne soirée. Voici un petit aperçu des plats que nous y avons dégusté !

En entrée, toute la tablée ou presque a choisi le bortsch, cette soupe traditionnelle qui contient de la betterave, du chou, et un peu de viande. C’était très bon, et cela nous a bien réchauffés !

BortschBortsch

Nous avons ensuite testé plusieurs plats principaux. Pour ma part j’ai pris l’assiette du tsar, bien garnie avec du sarrasin, des pommes de terre sautées, et une côte de veau et sa sauce à la crème et la mayonnaise (et peut-être un peu de fromage râpé).

Assiette du TsarAssiette du Tsar

Une amie a goûté à un plat de volaille panée sauce tomate dont je ne ne me souviens plus le nom, avec en accompagnement du sarrasin, des pommes de terre sautées et de la macédoine.

ViandeVolaille panée

Un autre ami a testé le trio de blinis, avec 3 garnitures à la viande différentes. J’ai goûté, ils étaient tous savoureux et très fins !

BlinisTrio de blinis

MatrioshkasMention spéciale à la salière et la poivrière en forme de matriochkas

Ensuite, pour le dessert, les courageux ont testé une sorte de gâteau aux fruits à la confiture, bien bon et qui « nourrit son homme » comme on dit !

Pour ma part je me suis laissée tenter, pour conclure un repas, par une gelée de fruits rouge avec de la chantilly, vraiment délicieuse !

Dessert

Gelée de fruitsDesserts

  • Les + : nous avons apprécié le service, le patron est sympathique, il est venu nous voir et nous a raconté quelques anecdotes sur son pays. Et définitivement, le côté « familial » des plats : c’est la maman du patron qui est en cuisine (il me semble), elle prépare des plats vraiment typiques et très généreux en goût et en quantité. Le rapport qualité prix était top, et dans l’ensemble nous avons passé une très bonne soirée. Ce restaurant fait aussi des soirées musicales.
  • Les – : cette remarque est entièrement liée à mes goûts, disons que c’était très bon mais un peu lourd, et que ça manquait de fromage :-). Il faut aimer les pommes de terre, le sarrasin et la viande, apparemment les russes n’aiment pas trop les légumes ! Je ne suis pas certaine que c’est ma cuisine du monde préférée. Et la salle est petite, il vaut mieux réserver un peu à l’avance (nous étions 8, en s’y prenant 3, 4 jours avant c’était bon).
  • L’addition : le menu découverte (entrée plat dessert) coûtait 25 € par personne, boissons non incluses.

Restaurant le Kalinka
18 Rue Lakanal 38000 Grenoble
04 76 56 22 98

Tatiana

Je viens de terminer un roman qui m’a tenue en haleine comme peu l’ont fait auparavant : Tatiana, de Paullina Simons. Un bouquin comme j’aime, qui donne des envies de ne pas éteindre la lampe de chevet (« encore 5 minutes… ») se relever la nuit, ou de se mettre au lit à 20h00 pour bouquiner :-).
Je viens donc écrire un billet pour partager ce coup de cœur, et peut-être de vous donner une piste pour un vrai beau moment de lecture.

Résumé : Eté 1941.Tatiana et Alexandre se rencontrent le jour où l’Allemagne déclare la guerre à l’Union soviétique.
Elle est russe, lui, bien qu’officier de l’armée Rouge, est américain. Ils s’aiment au premier regard, d’un amour absolu et interdit : lié par un terrible secret, Alexandre est promis à la sœur aînée de Tatiana. Ensemble, les amants illicites affronteront tous les dangers de cette guerre qui va bientôt précipiter la ville dans l’horreur, la famine, la peur, le froid, la mort. Mais une épreuve bien plus cruelle les attend la trahison…

Ce livre m’a vraiment vraiment plu, c’est une belle fresque romanesque sur fond historique comme je les aime. On se prend vraiment dans l’histoire, je me suis littéralement sentie transportée en Russie. On a faim, on a froid, on entend les bombardements, on suit les personnages qui se cherchent sans pouvoir se trouver, et surtout on vit leur intense histoire d’amour avec eux. On se n’ennuie pas une seconde, et cette histoire nous possède encore quelques minutes après avoir mis en pause notre lecture.

L’écriture est fluide, l’auteur décrit précisément les lieux, les gens et leur caractère, ce qui rend l’immersion encore plus forte.

Ce qui m’a surtout marquée avec ce livre, c’est que j’ai rarement vu l’amour écrit comme cela, c’est vraiment intense et très fort, sans jamais tomber dans l’eau de rose. Ça sonne tellement vrai !

Le côté historique m’a plu également, on apprend beaucoup sur la Russie à cette période de l’histoire. On découvre le quotidien de l’union soviétique pendant la guerre : les tickets de rationnement, la police secrète, les appartements collectifs, cette promiscuité qui rime pourtant avec chacun pour soi… C’est un bel hommage au peuple russe, qui a subi l’encerclement de Leningrad, le froid, la famine, les bombardements, la dureté du régime, avec un courage qui n’a d’égal que la grandeur de son âme.

J’ai fermé ce livre à regret, mais j’ai vu qu’il existait une suite : « Tatiana et Alexandre ». J’ai tellement envie de retrouver les personnages que je pense me précipiter dans une librairie acquérir ce livre dans les prochaines 48 h 😀 !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...