La Tour des Sens, version 2017

Pendant ce début d’année 2017, j’ai suivi avec plaisir et entrain une de mes émissions préférées : Top Chef. Et cette saison, j’étais à fond derrière un candidat isérois : Jérémie Izarn, le jeune chef qui a repris la « Tour des Sens » à Tencin en 2016… qui s’est révélé être le grand gagnant !

Nous y avions déjà fait une visite début 2014 avec l’ancien chef, c’était un très bon moment, bien que certaines associations de saveurs nous avaient déroutés, et que, de mémoire, le cadre nous avait paru un peu vieillot.

Jérémie a dépoussiéré les lieux, en créant un décor à l’image de sa cuisine : moderne et tourné vers la nature.

Tous les plats étaient parfaits, tant dans le dressage – toujours impeccable et souvent coloré -, les associations – parfois détonantes – , et les goûts – à tomber.

Aucune fausse note, et de belles découvertes, bref, peut-être la meilleure table de l’agglomération grenobloise.

Nous avons pris le menu Diapason, à 64 € (Février 2017).

Mise en bouche : Espuma de topinambour, noix de macadamia

Espuma de topinambour, noix de macadamia
Entrée : FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE, version 2017 d’une terrine de Foie-gras, pommes et coing en textures…

 

Une très belle interprétation du classique foie gras. Le chutney de coing se démarque par rapport à des goûts plus classiques comme figue ou oignon, les petits dés de coings apportent du croquant, et mention spéciale au cœur coulant de coing qui se cache dans le cube : quelle inventivité !

FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE

FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE

Le fameux œuf parfait de la finale de Top Chef, cuit à 64°C pour un jaune et un blanc parfaitement coulants ! La mouillette apporte du croquant, et le bouillon au Lard de Colonata est très goûteux.

Œuf cuit à 64°C, bouillon épais de gras noble et mouillette végétale de saison

Le dos cuit à basse T°C dans une membrane de vin à l’encre, beignet de carottes fanes confites, crispys de spaghettis, risotto de riz sauvage, crème et sauce aigre-douce à l’endive

Peut-être le plat que j’ai moins aimé. Très bon, mais un peu salé, et surtout, l’encre de seiche… ça noircit la bouche et les dents ! Néanmoins, le poisson est très bien cuit, et les beignets de carotte sont délicieux.

K-BIO EN MONOCHROME DE NOIR

Filet de pigeonneau de la maison Chabert grillé à la tomme de Savoie, poudre de tomme, crème de châtaigne, mangues avion, crosnes et jus des carcasses.

Une association de saveur pouvant paraître surprenante, mais curieusement, le tout matche très bien. Le pigeon est cuit longtemps et doucement, ce qui ne lui apporte pas du tout ce goût de gibier que je n’aime pas du tout. Il est fort Jérémie !

Filet de pigeonneau de la maison Chabert grillé à la tomme de Savoie, poudre de tomme, crème de châtaigne, mangues avion, crosnes et jus des carcasses.

Pour moi qui ne suis pas fan de pigeon, ce dernier a été remplacé par un filet de truite basse température (comme lors de la finale !).

Truite basse températureDessert : BLACK PEARL SUCRÉE, inspiration de ma folle aventure TOP CHEF

Là aussi un clin d’oeil à Top Chef, avec sa technique « signature » : le sucre soufflé. Un rendu magnifique, une bulle qu’il faut casser pour découvrir un cœur surprise très original : une association de goûts / textures butternut – noisette. Et ça marche très bien.

Black pearl

  • Les + : La surprise, l’expérience gastronomique, le service, le timing, le goût, la générosité, le cadre, le service, et le chef, bien sûr, qui vient saluer les clients en fin de service. Le même que dans l’émission :  simple, abordable, passionné.
  • Les – : Aucun !
  • L’addition : 128 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Diapason » à 64 € ).

Restaurant la Tour des Sens
Route de Theys – 38750 TENCIN
Tél : 04 76 04 79 67
Mardi – Samedi 12h00 – 14h00 / 19h30 – 00h00
http://www.latourdessens.fr/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Brunch sain et gourmand à la Poule Perchée

Ce nouvel article pour vous parler d’une nouvelle adresse gourmande sur Grenoble pour déguster de délicieuses pâtisseries, se réchauffer avec un bon thé, ou encore se retrouver entre amis autour d’un brunch : La Poule Perchée, dans le quartier Championnet.

Aurélie et Valentine, les maîtresses de maison, en plus d’être très sympathiques, sont pâtissières de métier et ont concocté une carte à la fois « healthy » et super gourmande : du fait-maison, réalisé avec des produits de base bio et/ou locaux. J’adhère, j’adore 🙂 !

Poule-perchee-6 Les locaux ont été remis à neuf, l’atmosphère y est très douce grâce au bois, aux vieilles pierres et aux petites touches de couleur offertes par les coussins ou autres éléments de déco.

Poule-perchee-9 Poule-perchee-11 Poule-perchee-4

Nous avons testé leur brunch (le samedi matin/ midi, réservation conseillée), et nous nous sommes régalés !

Qualité et quantité sont au RDV, selon vos choix pourrez manger des pancakes bien moelleux, du banana bread, du granola maison avec lait végétal (ou non) (vraiment parfait pour le coup), du yaourt au lait de brebis, de la pannacotta, un muffin salé, une salade, et boire un jus de fruits bio, un « vrai » chocolat chaud, un thé ou encore un lait d’or (d’ailleurs je ne connais pas d’autre endroit sur Grenoble qui propose cette boisson, c’est très bon et top pour la santé).

Poule-perchee-12

Poule-perchee-10 Poule-perchee-2 Poule-perchee-1 Poule-perchee-7

Le petit + : le coin épicerie, où l’on peut trouver de beaux produits locaux, comme les savons bio de la Savonnerie de Grenoble ou les bières de la brasserie grenobloise Maltobar.

Poule-perchee-8

* Service : au top !
* Budget : 16-20 € par personne pour le brunch selon l’appétit, autour de 3 € pour les pâtisseries
* Contact : 3 rue Génissieu 38000 Grenoble – 06 95 42 67 51
www.lapouleperchee.fr
https://www.facebook.com/lapouleperchee/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Hotel Restaurant Chavant, à Bresson

Il y a peu, nous sommes allés fêter l’anniversaire de Monsieur dans un très bon restaurant de l’agglomération grenobloise : l’Hôtel Restaurant Chavant, à Bresson.

Nous commençons à bien connaître les restaurants gastronomiques de Grenoble ;  pour découvrir cette nouvelle table nous nous sommes éloignés un peu, à une petite dizaine de kilomètres dans la verdure.

L’Hôtel Restaurant Chavant est une belle bâtisse ancienne, avec un magnifique jardin derrière. L’intérieur est superbe et bien décoré, dans un style un peu baroque. On ressent un lieu prestigieux et chargé d’histoire ! En même temps, Chavant est le nom des ancêtres du maître des lieux, restaurateurs depuis 1852.

Le restaurant a le label « Maître Restaurateur », ce qui garantit une cuisine maison, avec des produits « bruts », et essentiellement frais.

Les serveurs sont très bien, agréables, efficaces, à l’écoute… Un vrai plaisir.

Nous avons opté chacun pour un menu Dégustation : tant qu’à être là, autant se faire plaisir !

Voici le menu en photos.

Mousse de champignonsMise en bouche : petite mousse tiède de champignons

Foie gras, tuile de pain, marmelade de citronFoie gras, tuile de pain, marmelade de citron

En entrée, ce beau morceau de foie gras (de très bonne qualité), une tuile de pain d’épice, un cromesquis de foie gras (chaud, à la fois croustillant et fondant en bouche, hmmm), le tout avec une petite marmelade de citron.C’était délicieux, à part que j’ai enlevé le citron, car je n’aime pas ça. Mais j’ai aimé l’idée, cela ajoutait une petite touche d’audace au plat.

Gnocchis, petits pois, Pata Negra et truffesGnocchis, petits pois, Pata Negra et truffes

Là encore, un délice ! Un vrai équilibre entre les petits pois bien croquants, les gnocchis maison moelleux, les croutons croustillants, les morceaux de jambons Pata Negra bien fondants… Le tout relevé avec de la truffe râpée : parfait.

Homard plancha, Hollandaise et condimentsHomard à la plancha, Hollandaise et condiments

Dans ce plat également, on note la petite touche d’audace, de pep’s avec les petits condiments (câpres, julienne de céleris au vinaigre…) qui accompagnent le homard. Le homard était très bien cuit, bien charnu, et la sauce hollandaise… démente ! J’aurais voulu saucer le pot 🙂

Granité pamplemousse,  MalibuGranité pamplemousse,  mousse Malibu

En guise de « trou normand », nous a été servi ce granité de pamplemousse accompagné de mousse au Malibu : frais, léger, bien dosé, bon mariage entre acide et sucré… Nickel.

Ris de veau laqué, asperges rôtiesRis de veau laqué, asperges rôties

Joli morceau très bien assaisonné (jus avec huile de noix et un peu de vinaigre de noix), le tout avec des petites asperges et des petits dés de comté. Top !

Oeuf« Oeuf à la coque »

En pré-dessert, cet œuf à la coque très original car sucré, à base de mousse au chocolat blanc et coulis de mangue. Excellent.

Transparence fraises-basilicTransparence fraises-basilic

Ce dessert était très original en plus d’être beau. Tout au fond, un sorbet basilic, ensuite une mousse mascarpone vanillée (pas assez sucrée à mon goût par contre), des fraises, et un disque de sucre. J’ai été très agréablement surprise par le sorbet basilic.

  • Les + : Le dressage, les beaux produits (homard,foie gras, ris de veau…), le timing, la recherche du goût dans tous les plats, l’originalité, le service.
  • Les – : Pas de fromage compris dans le menu Dégustation, et pour le prix, c’est un peu dommage.
  • L’addition : 173 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Dégustation » à 86,5€ ). Plutôt cher. Tout était vraiment parfait, très raffiné, et on nous a servis des vrais beaux produits, mais à mon sens on paie aussi le cadre ! En effet, si on prend juste les plats, nous avons déjà mangé dans des restaurants qui proposaient des menus équivalents à 65 euros. Et inversement, nous avons déjà dégusté des menus type « dégustation » à 85-90 €, mais dans des restaurants doublement étoilés où l’expérience était un niveau au-dessus.

Hôtel-Restaurant Chavant
2 rue Emile Chavant
38320 BRESSON
Tel : 04 76 25 25 38
Site : http://www.chavanthotel.com/

Restaurant Le Carré des Sens, à Chambéry

Aujourd’hui, nous avions rendez-vous en famille pour déjeuner au restaurant « Le Carré des Sens« , à Chambéry. Ce restaurant de type « semi-gastronomique » est situé en plein centre, tout près du Carré Curial pour ceux qui connaissent. Il faisait bien chaud, nous avons pu apprécier l’agréable terrasse ombragée, c’était un très bon moment !

Le chef Julien Rorato y propose depuis un peu moins d’un an sa cuisine « moderne et respectueuse des produits de son environnement ».

Nous avons tous pris le menu à 31 euros où il fallait choisir une entrée, un plat et un dessert dans la carte, plus un apéro.

Mention spéciale à leur carte de bières, proposant de la bière blanche « Brasserie du Mont-Blanc », bière locale fort appréciée par les amateurs du jour :-).

Bière blancheBière blanche « Brasserie du Mont-Blanc »

Nous avons tous pris la même entrée : la « Tomate-Mozzarella Revisitée » (Tomates Multicolores, Espuma Mozzarella di Buffala, Gaspacho Tomate Cerise, Crumble Parmesan et Pesto). Vraiment très bon ! Les tomates avaient beaucoup de goût et le petit crumble était top. L’espuma était bonne, mais, si je peux me permettre, si on m’avait dit qu’elle était composée de mozza classique cela ne m’aurait pas étonnée outre mesure, elle ne « sortait pas de l’ordinaire ».

La Tomate-Mozzarella Revisitée : Tomates Multicolores, Espuma Mozzarella Di Buffalla, Gaspacho Tomate Cerise, Crumble Parmesan et PestoLa Tomate-Mozzarella Revisitée : Tomates Multicolores, Espuma Mozzarella Di Buffala,Gaspacho Tomate Cerise, Crumble Parmesan et Pesto

Mon plat : le « Minestrone de Gambas aux Mogettes de Vendée et Petits Légumes, Coriandre et Parmesan ». C’était très bon, un peu épicé juste comme il faut, et plutôt léger à déguster. Parfait pour moi, surtout en été, M. Poire Chocolat qui a pris la même chosé eut peut-être aimé plus de quantité ;-).

Les autres ont testé la Noix d’Entrecôte Black Angus, Artichauts Poivrade et Pommes de Terre Rattes du Touquet, Jus au Lard Fumé, un très bon morceau de viande.

Le Minestrone de Gambas aux Mogettes de Vendée et Petits Légumes, Coriandre et ParmesanLe Minestrone de Gambas aux Mogettes de Vendée et Petits Légumes, Coriandre et Parmesan

Comme dessert, les autres convives ont opté pour le « Pain de Gènes, Crème Diplomate à la Pistache, Framboises Fraîches, Glace Miel-Lavande », j’ai goûté et bien aimé, mais nous étions tous d’accord pour dire que la glace à lavande c’est… surprenant :-).

Pour ma part j’ai choisi comme dessert la « Sphère Meringuée, Fraises Gariguettes, Gelée de Chambérysette, Sorbet Bergamote » : très réussi ! Léger, frais, équilibré, un vrai délice ! Les fraises avaient beaucoup de goût, le tout était original, rien à redire.

Dessert Carré des SensLa Sphère Meringuée, Fraises Gariguettes, Gelée de Chambérysette, Sorbet Bergamote

  • Les + : L’utilisation de produits frais, le dressage, la recherche du goût dans tous les plats, le timing et le service.
  • Les – : Pas vraiment de moins, tout s’est très bien passé. Mon frère avait demandé sa viande saignante, elle était peut-être un tout petit peu trop cuite mais rien de catastrophique.
  • L’addition : 144 euros à 4, avec apéritif. Correct à mon sens pour une table de ce type.

Restaurant « Le Carré des Sens »
32 Place Monge
73000 Chambéry
Tél. : +33 (0)4 79 65 98 07
Site web : http://carredessens-chambery.com

Restaurant la Tour des Sens à Tencin

En janvier, nous avons testé avec M. Poire-Chocolat un restaurant gastronomique de la région qui a sa petite réputation : la Tour des Sens à Tencin, en direction de Belledonne. Nous en avions entendu parler à plusieurs reprises, et nous attendions un bonne occasion.

Fêter l’installation de ce tout p’tit bébé qui pousse en ce moment dans mon ventre (oui, vous avez du remarquer que je poste un peu moins en ce moment, la fatigue 😉 ), s’est avéré une occasion de choix !

Nous y avons passé un très bon moment gastronomique ! Tout d’abord, le restaurant est un peu excentré, et c’est sympa. Sur la route de Theys, au début de la montée de Belledonne, il surplombe la vallée du Grésivaudan et offre une belle vue.

Le chef, Laurent Brebion, est Maître Restaurateur. Sa cuisine est pour le moins originale, et surprenante. Il propose des menus gourmands avec de bons produits, mais travaillés de façon décalée, différente de ce qu’on connaît, que ce soit par l’utilisation du sucré-salé, des herbes, des légumes, des épices… Nous avons été par exemple surpris par le Foie gras de canard, cachou, gingembre et poire, le Pigeonneau, panais et chocolat noir ou les Saint-Jacques, magret fumé, orange et chou-fleur.

Nous avons pris chacun un menu « Saveurs d’Hiver », pour lequel il y avait parfois le choix entre plusieurs entrées, ou plats, nous avons partagé ! Voici les photos :-).

00_Mises-en-BoucheMise en bouche : Crème de betterave, eau de potiron, sablé au parmesan

C’était bon, même si M. Poire-Chocolat avait déjà sa dose de légumes « inhabituels » pour le mois ;-).

01_Mises-en-Bouche-22ème mise en bouche : Soupe de poireau au cumin, carotte

Un délice ! cette soupe était très goûteuse.

Foie grasEntrée A : Foie gras de canard, cachou, gingembre et poire (version mi-cuit et crème brûlée)

Le foie gras mi-cuit et la crème brûlée étaient très bons, heureusement que la sauce et l’accompagnement étaient bien séparés, j’ai un peu moins aimé.

03-St-JacquesEntrée B : Saint-Jacques, magret fumé, orange et chou-fleur (Noix de Saint-Jacques bardées au magret fumé sur compotée d’orange)

Un vrai délice ! L’orange passe bien ici, et a apporté un vrai plus au plat.

04-RisottoPoisson B (nous avons pris tous les 2 le même) : Langoustine, truffe mélanosporum, noix de Theys et parmesan (Queues de langoustines panées aux noix sur risotto truffe-parmesan)

Le clou du repas selon moi. Je n’avais jamais goûté de langoustine aussi fondante, je ne sais pas comment a fait de chef, il n’y avait quasiment pas besoin de mâcher ! Avec les noix, le mariage était magique.Le risotto était parfait, et la sauce riche en goût.

05-PigeonViande A : Pigeonneau, panais et chocolat noir (Le filet cuit à basse température, la cuisse confite et les abats en parmentier)

C’était le plat de Monsieur, je n’ai pas trop goûté car je ne suis pas fan de cette viande, lui a bien aimé mais a trouvé que le chocolat noir était de trop.

06-VeauViande B : Boeuf Aubrac, vitelotte, pomme et bleu du Vercors-Sassenage (Le filet de boeuf Aubrac à la plancha et la noix de joue de bœuf confite)

Mon plat, qui était vraiment très bon. La viande était parfaitement cuite, la purée avec la sauce au bleu à tomber, et les petits dés de pomme apportent une acidité intéressante.

07-Fromages

Plateau de fromages affinés de notre région

Nous guettons toujours le plateau de fromages (mon moment préféré:-) ), eh bien nous n’avons pas été déçus ! De bons fromages de la région, certains classiques et d’autres moins, bien affinés et très goûtus. Les parts étaient généreuses, nous nous sommes régalés !

09-DessertDessert A : Tartelette Cédrat meringuée

Joli dessert que j’ai plutôt bien aimé, bien que l’amertume et le goût du cédrat ne soit pas ce que je préfère.

10-Dessert-2Dessert B : Dôme Orange, praliné et chocolat noir

Le dessert de Monsieur. Apparemment bon et frais ! Je n’ai pas goûté (ou si peu), je n’aime pas le chocolat trop noir, et l’association chocolat / fruit n’est pas ce que que je préfère non plus !

11-FinishAprès le dessert : mousse légère d’orange, madeleine

  • Les + : La surprise, l’expérience gastronomique, le service, le timing, le goût, la générosité et la composition du plateau de fromages, le cadre, le service.
  • Les – : Nous avons été toutefois déroutés par certaines associations (foie gras / cachou, pigeon/chocolat noir), nous aurions préféré un peu plus de « classique ». Et j’ai été un peu déçue, car parmi tous les desserts à la carte, pas un ne m’a tapé dans l’oeil et ne me faisait vraiment envie, ce n’était que des associations qui ne me plaisaient pas trop. Mon dessert était bon mais peut-être pas exceptionnel.
  • L’addition : 106 € sans vin pour 2 personnes (2 menus «Saveurs d’hiver » à 53 € ).

Restaurant la Tour des Sens
La tour – Route de Theys – 38750 TENCIN
Tél : 04 76 04 79 67
http://www.latourdessens.fr/

Crêperie « La Sarrasine » à Rennes

Entre Noël et le Jour de l’An, comme chaque année maintenant, nous étions en Bretagne. Quand nous sommes là-haut, nous aimons beaucoup aller en crêperie déguster de bonnes galettes, car il n’y a pas à dire, ils savent y faire 🙂 !

Cette fois, ce sont des amis qui nous ont fait découvrir une excellente adresse à Rennes : la Sarrasine. Cette crêperie, pour eux une des meilleures de la ville, est située en plein centre, rue Saint-Georges. La rue et le bâtiment sont bien typiques du vieux Rennes, rien que ça, ça fait plaisir !

Si vous passez dans le coin, je vous recommande vivement l’endroit, un peu petit (réservation conseillée), mais les galettes y sont excellentes et les prix tout à fait corrects. Le plus de leur carte, à mon sens, est leur variété : on trouve un grand nombre de galettes 2 ou 3 ingrédients, des galettes un peu plus complexes plutôt originales et bien garnies, et des galettes « à l’ancienne ».

Les galettes et crêpes sont bien préparées (bien moelleuses), et le service est tout à fait correct. Je rajouterais que nous avons bien aimé leurs cidres et jus de pommes.

Voyez plutôt !

Galette à l'ancienne "Lard-Oeuf"La galette à l’ancienne : une double galette bien beurrée, une belle tranche de lard, un oeuf

Galette AurelienneL’Aurelienne : roquefort, lard, poire poêlées, salade verte, noix (c’était mon choix, et c’était trop bon)

Galette-ChorizoLa galette du Pays Basque (je ne me souviens plus de son petit nom) : chorizo, brebis, salade verte

Galette SavoyardeLa galette « Savoyarde + champignons »  : pommes de terre, reblochon, jambon cru, champignons

En sucré, c’était top aussi. J’ai juste oublié de prendre en photo ma crêpe, une « Suzette » flambée (ma préférée !).

Galette-Frangipane-ChocolatCrêpe frangipane chocolat Galette-Sucree-1

Crêpe « glace vanille, caramel beurre salé, chantilly, amandes effilées.

Beurre-sucreEt un classique : la « beurre-sucre »

  •  Les + : Le variété, la qualité, la quantité, le goût, le respect de la tradition, le cadre et les prix qui sont corrects.
  • Les – : Pas vraiment de moins, tout s’est très bien passé. Peut-être le fait que ce soit bien bondé (un poil dur de s’entendre parler un samedi soir) et que les toilettes soient dans la cour intérieure :-).
  • L’addition : Un vingtaine d’euros par personne pour une boisson, une galette, une crêpe, et un verre de cidre.

Crêperie « La Sarrasine »
30 Rue Saint-Georges
35000 Rennes
Tel : 02 99 38 87 54

Restaurant Le Mas Bottero, à Grenoble

Le week-end dernier, nous avons testé une très bonne table à Grenoble : le Mas Bottero, le restaurant du chef Nicolas Bottero. J’avais rencontré ce jeune chef prometteur au Foodcamp#2 de Grenoble, je suivais du coin de l’œil son actu et les photos de sa cuisine me plaisaient bien…

Avant d’ouvrir son propre restaurant, le chef Bottero a notamment été formé chez des grands noms de la cuisine française tels qu’Anne-Sophie Pic, Michel Bras, ou Alain Ducasse. De ce que j’ai pu comprendre et goûter, il aime cuisiner des produits locaux et de saison, et met en valeur des matières premières de notre belle région Dauphinoise.

J’attendais donc une belle occasion de m’y rendre, et notre anniversaire de rencontre, à M. Poire-Chocolat et moi, s’est révélée être l’occasion parfaite.

Nous y avons vraiment passé un vrai bon moment gastronomique, tous les plats que nous avons dégusté étaient originaux, délicieux et très bien présentés.

Voici la mise en bouche : je ne me souviens plus exactement ce que c’était mais c’était bon :-).

Amuse-BoucheMise en bouche

L’entrée était top : du homard breton en salade, avec un crémeux aux cèpes, des lamelles de cèpes, du raisin muscat en grains  et en gelée, et du persil plat.

Mention spéciale aux vrais beaux gros morceaux de homard qui permettent de bien sentir le goût que peut avoir ce produit, et le mariage du-dit homard avec le crémeux aux cèpes. J’ai également beaucoup aimé le dressage de cette entrée.

HomardHomard breton en salade

Nous a été servi ensuite du foie gras de canard IGP du Sud-Ouest, poché dans un bouillon de champignons, accompagné de lard fermier.

Un sans faute là-encore. le foie gras était fondant, le bouillon plein de goût, et la lard croustillant à souhait.

Fois-GrasFoie gras de canard IGP du Sud-Ouest, bouillon de champignons, lard fermier

La viande : un très beau morceau de ris de veau, clouté à la truffe d’été, avec une purée de pommes de terre de Noirmoutier.

J’appréhendais un peu ce plat, ne connaissant pas trop ce morceau, considéré comme un abat. Finalement j’ai bien aimé, ce morceau était parfaitement cuit, croustillant et fondant à la fois, et surtout pas trop fort.

J’aurais adoré qu’il y ait plus de purée, tellement celle-ci était délicieuse. Je pense qu’elle a été bien garnie de crème, beurre, fromage, et passée au tamis ; je voudrais savoir la refaire à la maison !

RisDeVeauRis de veau clouté à la truffe d’été, purée de pommes de terre de Noirmoutier

Ensuite, une petite assiette contenant plusieurs morceaux de fromages du Dauphiné avec un excellent pain au éclats de figues et du mesclun. Un délice, tant et si bien que j’ai oublié de prendre une photo…

Pre-dessertUne petite mis en bouche avant le dessert

Nous avons ensuite eu notre dessert. J’attendais un peu le chef au tournant je dois dire, car pour moi un vrai restaurant gastronomique se doit d’être parfait de A à Z !

Eh bien je n’ai pas été déçue, les desserts étaient aussi jolis que bons. Pour ma part, j’ai pris le dôme meringué à la pêche de vigne, coulis de pêche de vigne, et crème anglais au safran de Tullins.

C’était frais, léger, original, bref un vrai délice.

Dessert-MaeDôme meringué à la pêche de vigne, coulis de pêche de vigne, et crème anglais au safran de Tullins.

Monsieur a choisi quant à lui une tartelette au chocolat Maralumi, caramel mou, et groseille. Le chocolat était bien corsé, il se mariait super bien  avec la groseille, et le caramel adoucissait le tout. Ce dessert était si joli qu’on aurait presque eu envie de ne pas y toucher… Presque… 😉

Dessert-Adri-2Dessert-AdriChocolat Maralumi, caramel mou, et groseille

  • Les + : Le dressage, la recherche du goût dans tous les plats, l’originalité, le service, le chef qui passe saluer, le timing pour le service.
  • Les – : Pas vraiment de moins, tout s’est très bien passé.
  • L’addition : 128 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Epicure » à 64 € ). C’est sûr que c’est un peu cher , mais je pense que le prix est honnête pour un restaurant de ce genre, on est ici à un niveau comparable d’une table étoilée pour ce menu.

Hôtel Restaurant Le Mas Bottero
168 Cours Berriat
38000 Grenoble
Tel : 04.76.21.95.33
Site : http://www.lemasbottero.com/

 

L’Hôtel-Restaurant de la Poste, à Corps (38)

L’Hôtel de la Poste est un hôtel-restaurant situé à une heure de route au Sud de Grenoble, dont on ne ressort pas indemne. Nous avons fait ce chemin car l’établissement nous avait été chaudement conseillé par des amis, nous en sommes ressortis ravis et (un peu trop) repus !

En effet, il y a souvent des restaurants d’où l’on ressort avec la faim, en ce qui concerne celui-ci j’ai attendu d’avoir digéré pour écrire mon avis, cela aurait sûrement faussé mon opinion !

On peut dire que l’Hôtel de la Poste est à mettre dans une catégorie à part. La catégorie qui n’existe plus ou presque, celle des tables de terroir, copieuses et généreuses, où l’on mange de bons produits de la région. Ce n’est pas de la grande gastronomie avec des dressages de ouf’, mais c’est bon, bien préparé, on ne lésine pas sur la crème fraîche. Si vous me pardonnez l’expression, c’est un peu « comme chez mémé ». La quantité comprise.

Hôtel de la Poste

Le lieu en lui-même rappelle aussi la maison de mémé, avec des tentures accrochées aux murs, des tables en vieux bois, des armoires avec des assiettes décoratives…  Le tout apporte une ambiance authentique, on sait qu’on va être bien reçus, qu’on va bien manger, et que ça peut potentiellement durer des heures.

Si je devais parler de ce restaurant je le décrirais comme « le premier restaurant où j’ai été calée avant l’entrée ». Véridique !

C’est à dire qu’avant l’entrée, sans même commander un apéro, il nous a été servi ça :

Mises en bouches Mises en bouchesMises en bouches - Extras Mise en bouche

Des feuilletés, de la terrine avec du pain, des fruits de mer et des crudités en « extra », une mise en bouche (petit feuilleté aux champignons en sauce). Voilà voilà… Je n’ai plus faim, comment on fait ?

L’entrée nous a été servie ensuite : une part de tourte à la viande, un beau morceau de foie gras, de la sauce aux champignons. Délicieux, peut-être pas tout en légèreté !

Entrée

En plat, j’ai pris le poulet aux écrevisses et légumes (assez bon) avec du riz, M. poire-Chocolat a pris la daube de sanglier (il a eu un peu de mal à finir car c’est une viande forte mais c’était bon), et en plus nous avons eu comme accompagnement un plat (!) de gratin dauphinois vraiment délicieux.

PlatPlat AccompagnementLà, vous comprendrez bien que nous n’en pouvions plus, mais que nous sommes quand même forcés pour le gratin, fondant et parfaitement aillé.

FromageLe fromage est arrivé ensuite, nous aurions vraiment dû prendre le menu qui ne le proposait pas, car l’assortiment était d’excellente qualité (il y avait même du brie truffé) mais nous ne l’avons pas apprécié à sa juste valeur tellement nous étions repus.

Nous avons été avisés de prendre une seule « Farandole de desserts » pour 2, car là encore, à la différence des farandoles que l’on connaît, ce n’était pas des mignardises mais des parts entières… Et c’était sans compter les extras (même sans commander de cafés), d’excellentes tuiles aux amandes et deux petits choux.

Farandole de desserts Desserts - Extras

Un régal, même si je crois n’avoir jamais autant mangé de ma vie ! J’ai bien mis 2 jours pour m’en remettre. Une très bonne adresse donc, qui sera plutôt appréciés par les bons mangeurs !

Addition : 64 € pour 2,  (2 menus gourmands à 32 €).

Le + : La qualité, le goût, et la quantité.

Le « point d’amélioration » : le service, un peu trop « à la bonne franquette » à mon goût, et la quantité (il y en avait beaucoup trop pour moi, un vrai crève-coeur de jeter !).

 

Hôtel de la Poste
Restaurant gastronomique
Route Napoléon – Place de la Mairie
38970 CORPS-LA-SALETTE
Tél. 04 76 30 00 03
Site web : http://www.hotel-restaurant-delas.com/ 

La Fraiseraie : glacier, boutique et restaurant à Pornic

L’été dernier, de passage à Pornic, j’ai découvert une super adresse qui vaut vraiment le détour : la Fraiseraie. Je la partage donc, si vous passez dans le coin cet été, et que vous avez envie de gourmandise, d’originalité, et d’authenticité !

C’est à la fois une crêperie, un glacier, et des boutiques basées sur un super produit : la fraise, produite localement, à quelques kilomètres de Pornic.

J’ai tout de suite accroché avec le concept : de la fraise sous toutes ses formes. Confitures, pâtes de fruits, sirops, apéros, liqueurs, rhums arrangés, sorbets, caramel à tartiner à la fraise (une tuerie !)… Le tout réalisé avec une vraie éthique : du fruit, du goût, le moins possible d’additifs en tous genre.

En plus des produits liés à la fraise vendus dans les boutiques, le restaurant et le glacier situés sur le bord de mer à Pornic offrent des délicieuses galettes et des sorbets très originaux et tous avec un goût de fruit extraordinaire (mention spéciale aux sorbets « bigoûts » poire-chocolat, et fraise-passion).

Nous y avons passé un très bon moment, j’aurais bien goûté à tous leurs produits !

La Fraiseraie La Fraiseraie - Boutique La Fraiseraie - Boutique La Fraiseraie - Dessert à la crêperie La Fraiseraie - Apéritif La Fraiseraie - Apéritif La Fraiseraie - Galette La Fraiseraie - Galette La Fraiseraie - Galette La Fraiseraie - Galette  La Fraiseraie - Glacier La Fraiseraie - GlacierLa Fraiseraie (salon Glacier Crêperie / Boutique)
Place du Petit Nice 44210 Pornic (autres magasins ailleurs, cf site internet)
Tél : 02 40 82 41 58
www.lafraiseraie.com

Restaurant « L’Atmosphères* » au Bourget-du-Lac #2

En septembre dernier, je vous parlais d’un bon moment passé à l’Atmosphères*, dans les hauteurs du Bourget-du-Lac, dans Savoie natale.  J’y suis retournée récemment, et ai passé encore un très bon moment gastronomique !

Le chef Alain Périllat y propose une cuisine moderne et créative ; sa carte est emplie d’associations pour le moins insolites et d’une grande qualité gustative. Comme la dernière fois, nous y avons dégusté un menu « Instant…Instinct », menu variable à 68 € proposant, en 6 actes, des « produits fétiches ou du moment travaillés à l’instinct ».

Petit bémol, nous avons constaté une augmentation des prix depuis la dernière fois : le menu « Instant… Instinct » est passé de 62 à 68 € en 6 mois (j’avais noté le prix sur mon précédent article de blog…). Je veux bien payer le prix pour un repas de qualité, mais je trouve que c’est tout de même une belle augmentation, sans même prendre une étoile…

Dès notre arrivée, et pour accompagner notre choix du menu, on nous a servi des amuse-bouches, que nous avons trouvées délicieuses et très bien présentées : Chips de panais & pomme granny, cube fondant de butternut, et mille-feuilles jambon de Savoie/Beaufort sur sa pomme de terre.

Amuses-boucheChips de panais & pomme granny, cube fondant de butternut, et mille-feuilles jambon de Savoie/Beaufort sur sa pomme de terre

La seconde mise en bouche : un oeuf à 65°C, velouté de laitue. Un délice ! L’œuf à 65°C est particulièrement moelleux grâce à sa texture qui se rapproche d’un flan.

Mise-en-boucheŒuf à 65°C, velouté de laitue

Voici l’entrée, très terre-mer : un carpaccio de cochon de lait, avec son huître snackée et émulsion d’huître. Le mariage était vraiment réussi.

03_EntreeCarpaccio de cochon de lait, avec son huître snackée et émulsion d’huître 

Nous a été ensuite servi un excellent poisson : un filet de bar, avec son accompagnement de céleri-rave (légume et purée). Ce poisson était délicieux, la cuisson était parfaite : grillé en surface, et fondant dedans… La grande surprise : la purée, qui était si bonne qu’elle devait contenir autant de beurre ou de crème que de légumes ! Dommage qu’il y en ai eu si peu :-).

04_PoissonFilet de bar, accompagnement de céleri-rave (légume et purée)

Le plat suivant était le plat de légumes, une assiette très graphique : une déclinaison de carottes et jus de carotte. Des carottes blanches, orange et violette, légèrement acidulées, avec des petites herbes dont je n’ai pas retenu le nom, fraîches et goûteuses… Très très bon :-).

LégumesDéclinaison de carottes et jus de carotte.

Le plat suivant, la viande, était tout aussi délicieux, bien que nous commencions à caler. Il s’agissait de veau de lait (fondant, mais fondant !), ris de veau poêlé, lamelles de truffe, et un jus de de veau absolument délicieux, le tout accompagné d’asperges fondantes. J’avais un peu peur du ris de veau, qui s’est finalement révélé très bon.

Viande

06-ViandeVeau de lait, ris de veau poêlé, lamelles de truffe, jus de de veau

Nous avons ensuite testé le plateau de fromages de la région. Nous avons goûté de très bonnes tommes, du fromage basque au cumin, du reblochon fermier, et des chèvres de caractère… Un plateau de qualité, réservant de bonnes surprises !

FromagePlateau de fromages

Il y avait ensuite deux desserts : un à base de fruits, l’autre à base de chocolat. Je ne saurais dire lequel j’ai préféré, les deux étaient parfaits ! Je garde un très bon souvenir du premier : une superposition de très petits dés de mangue et ananas, une demi clémentine pochée à la gentiane des Pères Chartreux, un soupçon de crumble, un sorbet de clémentine maison, et un jus de gentiane des Pères Chartreux .

La subtilité de ce dessert : le dosage très équilibré entre l’acidité des fruits, et l’amertume de la liqueur de gentiane des Pères Chartreux. Le sorbet de clémentine était aussi à tomber. Un  trésor de légèreté.

Dessert-FruitDés de mangue et ananas, demi clémentine pochée à la gentiane des Pères Chartreux, crumble, sorbet de clémentine maison,  jus de gentiane des Pères Chartreux .

Le deuxième dessert était délicieux aussi : un mariage entre le chocolat et la cerise. C’est un mélange de génoise chocolat imbibée de jus de cerise, de fins morceaux de chocolat craquant, une quenelle de mousse au chocolat, et une cerise confite. Le chocolat n’était pas trop fort mais pour autant de caractère, et la mousse à tomber.

Dessert-ChocoDessert chocolat et cerise

Et pour finir ce super repas, de jolies mignardises… Une mini Forêt-Noire, un macaron au citron, et une coupelle en chocolat garnie de crème caramel beurre salé et chantilly vanille :-).

Mise-en-BoucheMignardises

  • Les + : Une très bonne table, avec une cuisine vraiment originale : variété, qualité, présentation… Tout y était ! Un repas complètement inédit, nous en sommes ressortis ravis. J’ai beaucoup apprécié le fait que le tout soit léger en plus d’être savoureux, c’est top de ressortir d’un gastronomique sans que son ventre touche terre… Le service est correct.
  • Les – : Pas vraiment de moins, juste le fait que le menu ait augmenté de 6 euros en 6 mois…
  • L’addition : 204 € sans vin pour 3 personnes (3 menus Instant… Instinct à 68 €, ). Pas de mauvaises surprises au moment de payer ici :-). C’est cher, mais tout à fait honnête pour un restaurant de cette classe.

Hôtel Restaurant Atmosphères
618 route des Tournelles
73370 Le Bourget-du-Lac
Tél. 04 79 25 01 29 du mardi au samedi
Mail info@atmospheres-hotel.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...