Diots au vin blanc

Le froid revient, il n’est donc pas trop tard pour servir ce plat bien montagnard : les diots au vin blanc.

J’aime beaucoup ces saucisses de porc typiques de ma Savoie, qu’on sert chaudes ou froides, en plat complet ou parfois en sandwich, et traditionnellement cuisinées au vin rouge ou blanc. Pour ma part c’est au vin blanc que je les préfère !

Diots vin blancIngrédients pour 6 à 8 personnes :

  • 12 diots (ici la moitié fumés / la moitié nature)
  • 20 g de beurre
  • 3 c. à soupe de farine
  • 3 oignons
  • 1 l de vin blanc de Savoie
  • Poivre du moulin
  • 3 ou 4 feuilles de laurier (facultatif)

– Piquez les diots, et déposez-les dans une poêle, un faitout, ou tout autre récipient anti-adhésif.
– Faites-les cuire à feu moyen-fort environ 5 min, jusqu’à qu’ils soient bien dorés. Réservez.
– Epluchez et émincez les oignons.
– Déposez-les dans le faitout avec le beurre et le gras des diots, et faites-les revenir jusqu’à qu’ils soient translucides.
– Saupoudrez de farine, mélangez bien.
– Ajoutez les diots, le laurier, poivrez, et mouillez au vin blanc.
– Couvrez et laissez mijoter à feu doux pendant 45 minutes.

Servez avec de la polenta ou des crozets !

Restaurant « Le Clocher » à Annecy-le-Vieux (#2)

En décembre, je suis retournée au Restaurant Le Clocher à Annecy. J’y était déjà allée en juillet 2011 et j’avais beaucoup apprécié ; j’ai donc été contente d’y retourner et tester la carte d’hiver.

J’aime bien ce restaurant, car il y a une vraie recherche dans les goûts, les produits utilisés, et la présentation des plats, pour autant les prix sont plutôt corrects pour un restaurant de ce genre. Le cadre est sympa : le restaurant est situé sur la jolie place du village d’Annecy-le-Vieux, l’intérieur est bien décoré et il y a même une chouette terrasse en été. Bref, un bon rapport qualité-prix !

J’ai pour ma part prix un plat du jour : de la blanquette de veau (12 €), et ma sœur a testé le risotto aux trompettes de la mort & son magret de canard fumé  (17 €).

Le  risotto était à tomber : je crois sincèrement n’en avoir jamais goûté de meilleur. Il était très très (très) crémeux, fondant, chargé en parmesan, et le magret ainsi que les trompettes donnaient un petit goût fumé vraiment délicieux.

La blanquette de veau était très bonne, quoique je lui ai trouvé une saveur un peu forte. Ce plat avait un vrai bon goût de mijoté et de « fait maison ».

RisottoRisotto aux trompettes de la mort & son magret de canard fumé

VeauBlanquette de veau

Nous nous sommes fait plaisir avec les desserts, avec une barquette gourmande chocolat caramel, amandes torréfiées, glace vanille et une demi-sphère brillante au cocktail de fruits des tropiques, cœur fondant mangue-ananas, sorbet passion (8,50 € chacun).

Des très très bons desserts de restaurant, originaux, et autant beaux que bons.Une mention spéciale pour la barquette, son cœur coulant caramel était excellentissime ! Je rêverais de savoir les refaire à la maison.

DessertBarquette gourmande chocolat caramel, amandes torréfiées, glace vanille

DessertDemi-sphère brillante au cocktail de fruits des tropiques, cœur fondant mangue-ananas, sorbet passion

Addition : 46 € pour 2, un midi en semaine.

Le + : le cadre, la présentation des plats, et le service. La serveuse était très souriante, et nous avons été servies plutôt rapidement.

Le « point d’amélioration » : là, comme ça, pas trouvé, tout était bien. A la limite, je pourrais dire que j’aurais apprécié que le veau de la blanquette soit un peu moins « fort » mais je suis super exigeante en terme de viande.

Restaurant Le Clocher
20, place Gabriel-Fauré – Chef-Lieu, 74940 Annecy-le-Vieux
Tél. 04 50 23 09 90
http://www.le-clocher.com/

Farçon Savoyard

Me revoici en ce début janvier, avec une recette bien hivernale, et bien de chez moi : le farçon. C’est un plat typique de Haute-Savoie, dont la recette est assez variable. Chaque vallée, voire chaque famille, aurait sa recette ; on y trouve parfois des pruneaux, des écorces d’oranges ou même des raisins, pour ma part et pour le refaire tel que je l’ai goûté, je ne garde que les ingrédients de « base » : pomme de terre, lard, crème, comté :-). C’est une sorte de « gâteau de pommes de terre », qui se cuit traditionnellement dans une « rabolire » (moule en fer blanc de la forme d’un moule à kouglof) mais on peut utiliser un moule à brioche cannelé. Je suis partie ici de la recette livrée avec le moule et l’ai un peu ajustée.

Farçon

Ingrédients pour un farçon :

  • 1.5 kg de pommes de terre
  • 20 g de beurre fondu
  • 15 fines tranches de poitrine de porc fumée
  • 2 cuillères à soupe rase de farine
  • 2 œufs
  • 90 g de lardons type  « allumette »
  • 100 g de crème semi épaisse
  • 100 g de comté ou de gruyère de Savoie râpé
  • Muscade
  • Sel et poivre du moulin

– Faites cuire les pommes de terre avec leur peau, puis épluchez-les et écrasez-les à la fourchette (pas au mixeur électrique, cela rendrait la purée collante).
– Ajoutez le comté râpé, la farine, les œufs battus en omelette, les lardons et la crème fraîche. Mélangez bien, et assaisonnez avec un peu de muscade, de sel, et de poivre du moulin.
– Beurrez au pinceau le moule à farçon.
– Chemisez les parois du moule avec les tranches de lard fumé.
– Ajoutez la purée et tassez bien.
– Fermez le moule avec son couvercle ou à défaut mettez une feuille de papier aluminium.
– Enfournez pour 1 h à 160-180° (th. 6/7).
– Renversez immédiatement le farçon sur un plat pour le servir.

Servez avec des diots et une salade !

Restaurant « Le Clos des Sens** » à Annecy-Le-Vieux

Un article un peu en retard pour vous parler d’un restaurant chez lequel nous avons déjeuné en famille début juillet, sûrement le meilleur que j’ai jamais fréquenté : Le Clos des Sens à Annecy-Le-Vieux. Ce restaurant, qui possède deux étoiles au Michelin, est un des restaurants les plus renommés de la région Rhône-Alpes, et il vaut vraiment le détour !

Il n’est certes pas donné, mais l’excellence a un prix, et je vous le conseille vraiment si vous voulez passer un moment gastronomique d’excellence justement.

Pour parler un peu du Chef, eh bien il se définit lui-même comme un « artiste culinaire », personnellement je trouve que ça lui va plutôt bien. Ses créations sont toutes autant graphiques, goûteuses et surprenantes. Il a cherché l’accord parfait dans les couleurs, les textures, les dressages et le goût : du grand art ! Sur une base de cuisine traditionnelle, on sent l’attirance du Chef pour quelque chose de plus moléculaire, et le tout fonctionne très bien. A noter aussi que les herbes (cultivées dans le jardin juste en dessous) sont très présentes dans sa cuisine.

Une citation d’une interview qu’il a donnée, et qui résume bien l’homme : « … Ma cuisine est très réfléchie, très construite. Je cherche l’essence même du produit, le vrai goût. Je change le regard que je porte aux produits que je travaille, j’innove sur la cuisson. Par exemple, je n’utilise plus les petits légumes, mais de bons gros légumes goûteux comme un magnifique navet, dont je ne prélève qu’une tranche centrale pour un plat. Un travail de fond pour trouver la quintessence intrinsèque du produit, qui donnera un vrai plaisir au client. Car, c’est la base même de notre métier. Donner du plaisir, pas se faire plaisir. « 

Nous avons tous opté pour un Menu « Découverte » composé d’une succession de plats « surprises », qui changent selon l’inspiration du chef et la saison. Il est décrit sur le site comme « La surprise d’une succession harmonieuse des dernières créations en quatre services, fromages et grand dessert ». Nous avons été émerveillés par un festival de saveurs, par la créativité et le goût subtil et recherché de chaque bouchée.

Je précise que je ne suis pas sûre de donner le nom exact des plats, mais l’idée y est !

Voici la mise en bouche : des petits légumes crus ou cuits joliment présentés dans un magnifique plat de verre soufflé, qui répondaient aux doux nom de « jardin suspendu ». Pourtant fille de la campagne habituée aux légumes du jardin, je les ai redécouverts ici ! Nous avons ainsi goûté des radis, des carottes, des betteraves…

Mise en boucheMise en bouche : jardin suspendu aux légumes croquants à partager

Le plat suivant était à tomber. Il s’agissait d’écrevisses servies en 3 façons : cuites, en glace, et… en poudre (surprenant mais délicieux), le tout avec des petits pois japonais et des fleurs d’ail des ours.

EcrevisseÉcrevisses, fleurs d’ail des ours, petits pois japonais, glace d’écrevisse et poudre d’écrevisse

Ensuite, et ce plat a eu ma préférence, nous avons dégusté une tarte fine de parmesan aux asperges nouvelles, avec sa glace au basilic. Je n’avais jamais goûté de fond de tarte comme celui-ci, on sentait vraiment le parmesan, le beurre et peut-être des herbes… Et les asperges étaient parfaitement cuites, le top !

Tarte fine AspergesTarte fine de parmesan aux asperges nouvelles, avec sa glace au basilic

Est arrivé ensuite le féra du lac, servi dans son jus, avec une fine brunoise de légumes et des œufs de poisson. Il était fondant, la cuisson était parfaite !

FeraFéra du Lac

Puis ensuite, un second poisson : du bar, avec du fenouil caramélisé, et de l’espuma d’ail des ours. Très jolie présentation, belle mise en valeur de ce poisson !

BarBar et légumes, chemin du printemps vers l’été

Ensuite, la viande, qui fut plus qu’excellente. L’agneau avait une cuisson géniale, le jus débordait de saveurs, et la pastilla d’agneau était fondante à souhait. Le plat était légèrement épicé, on sentait comme une brise marocaine flotter sur ce plat… Un vrai délice.

AgneauCôtelette d’agneau, pastilla d’agneau, haricots cocos, pommes de terre et girolles

Je n’ai malheureusement pas photographié l’imposant plateau de « Fromages affinés de nos montagnes et vallées » qui a suivi, je peux juste vous dire qu’il était exceptionnel. On y trouvait du comté 24 mois d’affinage, du très bon reblochon fermier, des fromages typiques de la région, et même un coup de cœur du chef, un fromage à la bière. Le tout très bien servi, et classé dans l’assiette par la spécialiste des fromages du restaurant.

Le premier dessert, à base de fruits,  était étonnant : des sorbets d’agrumes maison, dans une cloche de papier de sucre. Cette cloche, c’était du jamais vu : on aurait dit une bulle de savon, un souffle d’air la brisait. Très léger, très frais, un délice !

DessertSorbets d’agrumes maison, dans  leur cloche de papier de sucre

En second dessert, une « cigarette en chocolat ». Très jolie, elle contient sur ses côtés deux sortes de très bons chocolats. Là aussi, un vrai dessert de qualité ! Réservé tout de même aux amateurs de chocolats corsés, il faut le dire. Moi, ça m’a beaucoup plu.

Chocolat« Cigarette en chocolat »

Et les mignardises bien sûr 🙂

Mignardises

  • Les + : Un très grand restaurant. Le cadre est exceptionnel (nous avons déjeuné sur la terrasse qui donne sur le lac, sous un magnifique marronnier noueux…), la cuisine est très très fine, les produits sont d’excellente qualité, les plats sont magnifiquement présentés, servis dans de la très belle vaisselle, le service est top, zéro temps d’attente… Une mention spéciale à leur plateau de fromage, le plus diversifié et plus goûteux que j’aie jamais vu !
  • Les – : L’eau qui est vendue bien chère ! Le serveur a été vague, nous avons cru prendre de l’eau « du robinet » alors qu’en fait il s’agissait de l’eau minérale en bouteille de verre, et nous avons eu la surprise de payer 6 bouteilles à 5 €, soit 30 euros d’eau, alors que l’eau minérale n’a pas d’attrait particulier pour nous :-/.
  • L’addition : 558 € sans vin pour 6 personnes (6 menus Découverte à 88 € + l’eau). Pas donné, mais le rapport qualité-prix est là. Un vrai moment d’exception que l’on peut raisonnablement s’offrir pour de grandes occasions !

Restaurant Clos des Sens
13, rue Jean Mermoz 74940 Annecy-le-Vieux
04 50 23 07 90
http://www.closdessens.com/

Salade de crozets

Voici aujourd’hui une seconde recette réalisée avec un produit envoyé par mon partenaire Marque-Savoie : des crozets bio aux 3 céréales « Alpina Savoie ». L’hiver étant définitivement derrière nous, plutôt que de cuisiner ces derniers dans un gratin indécent dégoulinant de fromage (quoique l’idée se défend), j’ai préféré les intégrer dans une salade gourmande et équilibrée.

Les crozets (surtout ceux-ci aux céréales) ont en effet beaucoup de goût, et sont délicieux tant froids que chauds, cette salade nous a beaucoup plu.

Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit de petites pâtes carrées typiques de la Savoie, traditionnellement au sarrasin. On les sert souvent gratinées avec du Beaufort, en accompagnement des non moins typiques diots de Savoie.

Salade de crozets

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 150 g de crozets
  • 100 g de dés de poulet froid
  • 50 g de dés de comté (ou de Beaufort, ou de tout autre fromage du genre 🙂 )
  • une quinzaine de tomates cerises
  • 1 échalote
  • Graines de moutarde (facultatif)
  • Moutarde
  • Huile de noix
  • Vinaigre de cidre

– Faites cuire les crozets dans une casserole d’eau bouillante salée le temps indiqué sur le paquet (env.10 minutes).
– Égouttez-les, passez-les à l’eau froide pour les refroidir. Égouttez-les encore, puis réservez-les dans un saladier.
– Ajoutez les tomates cerises coupées en deux, le fromage, les dés de poulet, l’échalote émincée et les graines de moutarde.
– Réalisez une vinaigrette en émulsionnant 1 c. à s. moutarde et 2 c. à s. de vinaigre de cidre, puis en ajoutant en filet l’équivalent de 2 c. à s d’huile de noix.
– Ajoutez la vinaigrette dans le plat, et mélangez bien.
– Réservez au réfrigérateur avant le service.
Bon appétit !

Pizza savoyarde

Il y a quelques jours, un chouette colis gourmand est arrivé dans ma boîte aux lettres, envoyé par mon nouveau partenaire Marque Savoie. Ce partenariat me fait très plaisir, car ce label représente des produits qui me sont chers, ceux de mon terroir d’origine auquel je reste fidèle 🙂 !

Créée en 1974 à l’initiative des Chambres Consulaires et Conseils Généraux des Pays de Savoie, la Marque Savoie garantit l’origine, l’histoire et la qualité de ses produits, tout en défendant la richesse et la diversité du patrimoine savoyard. En choisissant des produits portant ce logo, vous avez l’assurance de consommer les meilleurs produits de Savoie :-).

Marque SavoiePage facebook Marque Savoie

Mon colis contenait :

  • De la raclette de Savoie provenant de la Fruitière Chabert située à Vallières (74) (tout près de chez mes parents 🙂 )
  • Une bouteille de vin de Savoie AOC du Domaine Les Tartères situé à Fréterive (73)
  • Une boîte de crozets bio aux 3 céréales de la société « Alpina Savoie » située à Chambéry (73)
  • Un cabas, des livrets de jeux pour enfants et des fiches recettes.

Je vais donc vous proposer quelques recettes utilisant ces bons produits de chez moi. Pour commencer, voici aujourd’hui la recette de ma pizza Savoyarde, particulièrement gourmande !

Pizza Savoyarde

Ingrédients pour une pizza

Pour la pâte :

  • 250 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • 10 cl d’eau tiède

Pour la garniture  :

  • 8 tranches de Raclette de Savoie
  • 1 petit pot de purée de tomate
  • 100 g de lardons fumés
  • 1 oignon
  • Un petit verre de vin blanc de Savoie
  • 1 pincée d’origan

Commencez à préparer la pâte, environ 1h00 avant de servir.
– Déposez la farine, la levure, le sel et l’huile d’olive dans un saladier.
– Ajoutez la moitié de l’eau, et pétrissez à la main. Ajoutez ensuite l’eau tout doucement (il ne vous en faudra peut-être pas la totalité), jusqu’à obtenir la consistance idéale : très souple, ni sèche ni collante.
– Continuez de pétrir jusqu’à obtenir une belle boule. Recouvrez le saladier avec un linge.
– Laissez-la « pousser » à température ambiante, ou même près d’un radiateur si possible, cela pendant une heure environ.
– Étalez-la ensuite au rouleau à l’épaisseur souhaitée et recoupez les bords si nécessaire.
– Déposez la pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
– Préchauffez le four à 250°C.
– Émincez finement l’oignon, et faites-le revenir à la poêle avec les lardons. Une fois que les morceaux d’oignon sont translucides, mouillez avec le vin blanc et laissez cuire 5 minutes. Réservez.
– Étalez une couche de purée de tomates sur la totalité de la pâte.
– Disposez le mélange oignons-lardons.
– Rajoutez les tranches de raclette de Savoie, puis un peu d’origan.
– Enfournez pour 10-15 minutes.
– Dégustez chaud avec une petite salade !

Oeufs cocotte au Beaumont de Savoie


Comme vous le savez sûrement et si je peux me permettre le jeu de mots, je suis une vraie fondue de fromage. De tous les fromages, sans distinction, à déguster avec du pain, ou fondu. En Haute-Savoyarde qui se respecte, s’il fallait avoir une préférence, ce serait pour ceux de chez moi : le reblochon, la tomme et autres fromages à pâte pressée type Beaufort ou Abondance.

J’ai récemment établi un partenariat qui me tient beaucoup à cœur avec les fromages Pochat & Fils.

Pochat & fils

J’ai toujours apprécié cette marque, pour moi synonyme de qualité et de tradition; et je me suis souvent fait plaisir avec leurs fromages. Pour faire des bons plats (une tartiflette par exemple 😉 ) il faut des bons produits, et je savais qu’en choisissant un reblochon de cette marque, je ne risquais pas de me tromper ! Et ça me plaît de savoir que les vaches broutent dans les alpages de Savoie, et que le siège de l’entreprise est à Annecy-le-Vieux, près de là où j’ai grandi (chauvine, moi ? pas du tout).

J’ai donc reçu des produits, que je vais vous présenter via plusieurs recettes. La première que je poste aujourd’hui, c’est les œufs cocotte au Beaumont de Savoie. Cette recette toute simple et néanmoins raffinée nous a régalés, un vrai plaisir à déguster ! Le Beaumont est un fromage à pâte pressée cuite, au goût fruité se rapprochant du Beaufort.

Oeuf cocotte Beaumont de Savoie

Beaumont de Savoie Pochat & Fils

Ingrédients pour 2 personnes :

– Préchauffez le four à 180°C.
– Séparez délicatement les blancs des jaunes d’œufs.
– Montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel.
– Disposez la moitié des blancs en neige dans chaque mini-cocotte.
– Modelez un creux en surface des blancs en neige avec une cuiller et déposez-y un jaune d’œuf.
– Déposez des copeaux de Beaumont sur chaque cocotte, salez, poivrez.
– Enfournez pour 10 minutes environ, sans couvercle.
– Bonne dégustation !
Vous pouvez servir ces œufs cocottes avec une soupe ou une assiette de légumes verts.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...