L’Hôtel-Restaurant de la Poste, à Corps (38)

L’Hôtel de la Poste est un hôtel-restaurant situé à une heure de route au Sud de Grenoble, dont on ne ressort pas indemne. Nous avons fait ce chemin car l’établissement nous avait été chaudement conseillé par des amis, nous en sommes ressortis ravis et (un peu trop) repus !

En effet, il y a souvent des restaurants d’où l’on ressort avec la faim, en ce qui concerne celui-ci j’ai attendu d’avoir digéré pour écrire mon avis, cela aurait sûrement faussé mon opinion !

On peut dire que l’Hôtel de la Poste est à mettre dans une catégorie à part. La catégorie qui n’existe plus ou presque, celle des tables de terroir, copieuses et généreuses, où l’on mange de bons produits de la région. Ce n’est pas de la grande gastronomie avec des dressages de ouf’, mais c’est bon, bien préparé, on ne lésine pas sur la crème fraîche. Si vous me pardonnez l’expression, c’est un peu « comme chez mémé ». La quantité comprise.

Hôtel de la Poste

Le lieu en lui-même rappelle aussi la maison de mémé, avec des tentures accrochées aux murs, des tables en vieux bois, des armoires avec des assiettes décoratives…  Le tout apporte une ambiance authentique, on sait qu’on va être bien reçus, qu’on va bien manger, et que ça peut potentiellement durer des heures.

Si je devais parler de ce restaurant je le décrirais comme « le premier restaurant où j’ai été calée avant l’entrée ». Véridique !

C’est à dire qu’avant l’entrée, sans même commander un apéro, il nous a été servi ça :

Mises en bouches Mises en bouchesMises en bouches - Extras Mise en bouche

Des feuilletés, de la terrine avec du pain, des fruits de mer et des crudités en « extra », une mise en bouche (petit feuilleté aux champignons en sauce). Voilà voilà… Je n’ai plus faim, comment on fait ?

L’entrée nous a été servie ensuite : une part de tourte à la viande, un beau morceau de foie gras, de la sauce aux champignons. Délicieux, peut-être pas tout en légèreté !

Entrée

En plat, j’ai pris le poulet aux écrevisses et légumes (assez bon) avec du riz, M. poire-Chocolat a pris la daube de sanglier (il a eu un peu de mal à finir car c’est une viande forte mais c’était bon), et en plus nous avons eu comme accompagnement un plat (!) de gratin dauphinois vraiment délicieux.

PlatPlat AccompagnementLà, vous comprendrez bien que nous n’en pouvions plus, mais que nous sommes quand même forcés pour le gratin, fondant et parfaitement aillé.

FromageLe fromage est arrivé ensuite, nous aurions vraiment dû prendre le menu qui ne le proposait pas, car l’assortiment était d’excellente qualité (il y avait même du brie truffé) mais nous ne l’avons pas apprécié à sa juste valeur tellement nous étions repus.

Nous avons été avisés de prendre une seule « Farandole de desserts » pour 2, car là encore, à la différence des farandoles que l’on connaît, ce n’était pas des mignardises mais des parts entières… Et c’était sans compter les extras (même sans commander de cafés), d’excellentes tuiles aux amandes et deux petits choux.

Farandole de desserts Desserts - Extras

Un régal, même si je crois n’avoir jamais autant mangé de ma vie ! J’ai bien mis 2 jours pour m’en remettre. Une très bonne adresse donc, qui sera plutôt appréciés par les bons mangeurs !

Addition : 64 € pour 2,  (2 menus gourmands à 32 €).

Le + : La qualité, le goût, et la quantité.

Le « point d’amélioration » : le service, un peu trop « à la bonne franquette » à mon goût, et la quantité (il y en avait beaucoup trop pour moi, un vrai crève-coeur de jeter !).

 

Hôtel de la Poste
Restaurant gastronomique
Route Napoléon – Place de la Mairie
38970 CORPS-LA-SALETTE
Tél. 04 76 30 00 03
Site web : http://www.hotel-restaurant-delas.com/ 

Girard et Roux : matériel & fournitures de pâtisserie pour les professionnels à Grenoble

Cela faisait longtemps que je cherchais un magasin comme Girard et Roux à Grenoble.

En effet, à Paris ou Lyon, il y a Mora ou G. Detou, véritables cavernes d’Ali Baba où l’on peut trouver toutes sortes d’ustensiles, ou des fournitures en grosse quantité (chocolat pâtissier, sucre, poudre d’amande, colorants…).

Le point intéressant, c’est que ces magasins, références pour les professionnels de métiers de bouche (boulangers, pâtissiers, restaurateurs…) sont ouverts aux particuliers, le matériel proposé est donc de première qualité. Et pour les fournitures, puisqu’elles sont vendues « en gros », les prix sont aussi bien inférieurs, lorsqu’on les rapporte au kilo, à ce qu’on trouve en commerce traditionnel. Les magasins spécialisés vendent aussi certains accessoires assez cher, en surfant sur « l’effet de mode » Top Chef et autre.

Bref, n’ayant pas souvent l’occasion de me rendre à Paris ou à Lyon, je me contentais de ce qu’on peut trouver en supermarché, ou dans des enseignes grand public. J’avais vaguement connaissance de l’existence de ce magasin, mais les horaires d’ouvertures sont à peu près les mêmes que mes horaires de travail. Et là, j’ai pu me libérer un après-midi, je suis donc allée y faire un tour !

Girard et Roux est une entreprise familiale créée en 1953, implantée sur le site du Marché d’Intérêt National (Marché de Gros), rue des Alliés à Grenoble.

Girard et RouxGirard et RouxGirard et Roux

Photos © Girard et Roux

Mon avis : on y trouve vraiment plein de choses, j’ai vraiment du me retenir pour ne pas tout acheter. Les prix sont très intéressants, il ne faut pas oublier par contre qu’ils sont affichés en Hors-Taxe (c’est la petite surprise à la fin) !

J’y ai trouvé des poches à douille jetables, quelques douilles (rien à voir avec ce que j’avais jusqu’à présent), des cercles à tartelettes, un cercle à entremets, 1 kg de pure pâte de praliné, des purées de fruits en format 1 l (top pour les bavarois ou entremets), 1 kg de pralines roses, 1 kg de fondant pâtissier (pour les choux et éclairs), 500 g de vergeoise.

Bon, le tout additionné cela fait un peu de sous, mais il s’agit parfois de produits qu’on ne trouve pas dans les commerces classiques, et je le répète, pour les produits comme le sucre ou la poudre d’amandes, le prix rapporté au kilo est vraiment intéressant !

Après, j’ai quelques réserves à la maison et je ne voulais pas non plus me ruiner, je me suis donc abstenue, mais j’aurais bien acheté de la poudre d’amande, et de noisette, des noisettes hachées, des colorants en poudre, des pistoles de chocolat pâtissier, du cacao mycryo pour tempérer le chocolat, des amandes cacaotées, du papier siliconé, des moules en silicone… :-).

Et puis, ce qui est aussi intéressant, c’est les dragées, et toutes les décorations pour baptêmes ou mariages (napperons, sachets, tissus, décos de table…) à prix de gros.

Voilà, cela devrait vous intéresser si vous habitez l’agglo et que vous aimez pâtisser !

  • Infos pratiques :

Girard et Roux
117 rue des Alliés 38100 Grenoble
MIN MARCHÉ D’INTÉRÊT NATIONAL
Tel : 04 76 40 61 61

http://girardetroux.com

Horaires d’ouverture :

Du lundi au Vendredi, de 8h à 12h et 14h à 17h

Foodcamp de Grenoble #3 édition 2013, j’y étais !

J’ai enfin le temps de me poser un peu, et de vous faire un compte-rendu de l’excellente journée que j’ai passée au Foodcamp 2013 de Grenoble, dimanche 14 Avril.

Qu’est ce qu’un foodcamp me demanderez-vous ? C’est un rassemblement de passionnés de cuisine, où on cuisine ensemble, on rencontre des professionnels ou des autres passionnés, on assiste à des démos, on participe parfois à des concours de cuisine… Bref un évènement à ne pas rater !

J’y étais l’année dernière pour la 2ème édition, j’y avais fait quelques rencontres intéressantes et passé un vraiment bon moment et j’avais hâte d’y retourner !

Le Foodcamp Grenoble était organisé cette année par une toute nouvelle association, Liaisons gourmandes qui a pour but de promouvoir de la gastronomie et des produits du Dauphiné. A suivre de près !

Le matin, j’ai assisté à une table ronde intéressante sur le thème des circuits courts, animée notamment par Céline Mennetrier, l’auteur du super blog Artichaut et Cerise Noire. Puis je suis allée faire un tour du côté des co-luncheurs, qui préparaient une partie du buffet de midi : que des bonnes choses !

Co-lunchCo-lunch

Je suis allée ensuite goûter au bleu de Sassenage, une petite merveille de fromage produit tout près de Grenoble. J’adore ce fromage, doux et crémeux. Un genre de bleu qui peut plaire aux gens qui n’aiment par le fromage à pâte persillée, c’est dire ! La Confrérie du Bleu de Vercors était présente pour nous parler de ce beau produit.

BleuBleu de Vercors

Confrérie du Bleu du VercorsConfrérie du Bleu de Vercors

Une autre bonne rencontre de la journée : Emmanuel Bouillet, producteur de safran à… Tullins ! Moi qui croyait que le safran était seulement produit dans le Sud de la France, ou au Maroc, j’ai été très étonnée. Ce monsieur très sympathique nous a expliqué plein de choses sur ce produit, sa conservation, les façons de l’accommoder… Je pense aller lui rendre une petite visite dès que j’aurai fini mon stock !

SafranEmmanuel Bouillet

SafranSafran

Au cours du repas j’ai rencontré Sébastien Wlodyka. Si vous avez suivi Masterchef 2012, c’était le candidat Isérois ! Là encore une belle rencontre, il nous a parlé un peu des coulisses de l’émission et de ses ambitions d’ouvrir prochainement un restaurant à Grenoble. Pour suivre ses actualités, vous pouvez liker sa page Facebook !

Sebastien Masterchef 2012Sébastien, candidat Masterchef 2012

J’ai assisté à son atelier après déjeuner, et j’ai pu voir qu’en plus d’être souriant et sympathique, Sébastien était vraiment doué en cuisine ! Je me tiens prête pour le jour où il ouvrira son restau :-). Voici l’assiette qu’il a préparée : du filet mignon, des pommes paille, un disque gélifié de jus de betterave au raifort, et son Bleu de Sassenage.  Ça avait l’air trop bon ! Je retiens sa technique de cuisson du filet mignon…

Plat SébastienFilet mignon, pommes paille, disque gélifié de jus de betterave au raifort, Bleu de Sassenage

FireWok

Ensuite, j’ai assisté à une démonstration de cuisine au wok par le cuisinier de FireWok, un fast-food de Wok Grenoblois. Le cuisinier était un marrant, sa démo était un vrai « one-man-show », il nous a montré qu’on pouvait cuisiner des woks délicieux sans brûleur et autre matos spécifique. J’ai retenu qu’avec des produits frais et quelques ingrédients qu’on trouve en épicerie asiatique, on peut faire des « wok » délicieux !

Et enfin la dernière partie de la journée – et la plus attendue – : le Challenge ! J’ai renouvelé l’expérience de l’an dernier en m’inscrivant à nouveau 🙂 Sur la base des émissions type Top Chef ou Masterchef, il s’agit de créer un plat à base d’un panier surprise, le tout en 50 minutes ! Le résultat est goûté par un jury de professionnels.

Le panier proposé avait pour thème le Vercors, nous avions : une truite du Vercors, du bleu de Sassenage, des noix de Grenoble, une betterave cuite, plus un fond d’épicerie avec quelques légumes, et des assaisonnements.

ChallengeLe panier surprise

ChallengeJe dresse !

Challenge-3Mon plat : Filet de truite du Vercors et sa croûte de noix et Bleu, pommes de terre, et jus de betterave

J’ai réussi à sortir un « Filet de truite du Vercors et sa croûte de noix et Bleu, pommes de terre, jus de betterave ».

Cette année, pas de podium, ma recette n’aura pas plu au jury notamment à cause de ma croûte de noix qui n’était pas très conventionnelle ! Et c’est là qu’on se rend compte que cela ne suffit pas d’adorer cuisiner à la maison, la technique est vraiment indispensable…

La gagnante a été Emilie, du blog Emilie and Lea secrets que j’ai connu au hasard du Net,que je visitais de temps en temps depuis un petit moment, du coup mettre une tête sur le blog était une chouette coïncidence.

Voilà pour le récit de ma journée, vivement l’an prochain !

Quelques adresses :

Foodcamp Grenoble
Web : http://foodcamp-grenoble.com/
Rencontres, ateliers et événements culinaires participatifs

Et Toque !
Adresse : 31 rue Gustave Eiffel – 38000 Grenoble
Web : http://www.ateliers-culinaires-grenoble.com/
Ouverture : du lundi au vendredi
Cours de cuisine – Lieu d’accueil du Foodcamp 2013 de Grenoble

Liaisons gourmandes
Web : http://liaisons-gourmandes.com/
Association pour la promotion de la gastronomie et des produits du Dauphiné – Organisation du Foodcamp de Grenoble

Thierry Court Créations
Web : http://thierrycourt-creations.com/
Chocolats, pâtisseries, macarons, cours de cuisine à Grenoble – Démonstration de guimauve au Foodcamp de Grenoble

Confrérie du Bleu de Vercors
Web : http://www.bleu.vercors.sassenage.org/
Historique, identité, fabrication du Bleu du Vercors

Emmanuel Bouillet
Adresse : 18 Rue du Maquis des Chambarands, 38210 Tullins
Production de safran

Sébastien Wlodyka
Page Facebook : https://www.facebook.com/SebastienMasterchef2012
Candidat Isérois à Masterchef 2012

Firewok
Web : http://www.firewok.fr
Restauration rapide basée sur la cuisine au wok

Restaurant « Le Kalinka » à Grenoble

En décembre, un jour de grand froid, j’ai eu l’occasion de tester le restaurant russe le Kalinka, situé dans le quartier Championnet à Grenoble. J’avais envie de m’y rendre depuis un moment, surtout depuis j’ai su que le patron et la cuisinière étaient russes ; et de plus j’avais eu de bons échos.

Nous sommes venus à la rencontre de la cuisine russe et caucasienne avec des amis et y avons passé une bien bonne soirée. Voici un petit aperçu des plats que nous y avons dégusté !

En entrée, toute la tablée ou presque a choisi le bortsch, cette soupe traditionnelle qui contient de la betterave, du chou, et un peu de viande. C’était très bon, et cela nous a bien réchauffés !

BortschBortsch

Nous avons ensuite testé plusieurs plats principaux. Pour ma part j’ai pris l’assiette du tsar, bien garnie avec du sarrasin, des pommes de terre sautées, et une côte de veau et sa sauce à la crème et la mayonnaise (et peut-être un peu de fromage râpé).

Assiette du TsarAssiette du Tsar

Une amie a goûté à un plat de volaille panée sauce tomate dont je ne ne me souviens plus le nom, avec en accompagnement du sarrasin, des pommes de terre sautées et de la macédoine.

ViandeVolaille panée

Un autre ami a testé le trio de blinis, avec 3 garnitures à la viande différentes. J’ai goûté, ils étaient tous savoureux et très fins !

BlinisTrio de blinis

MatrioshkasMention spéciale à la salière et la poivrière en forme de matriochkas

Ensuite, pour le dessert, les courageux ont testé une sorte de gâteau aux fruits à la confiture, bien bon et qui « nourrit son homme » comme on dit !

Pour ma part je me suis laissée tenter, pour conclure un repas, par une gelée de fruits rouge avec de la chantilly, vraiment délicieuse !

Dessert

Gelée de fruitsDesserts

  • Les + : nous avons apprécié le service, le patron est sympathique, il est venu nous voir et nous a raconté quelques anecdotes sur son pays. Et définitivement, le côté « familial » des plats : c’est la maman du patron qui est en cuisine (il me semble), elle prépare des plats vraiment typiques et très généreux en goût et en quantité. Le rapport qualité prix était top, et dans l’ensemble nous avons passé une très bonne soirée. Ce restaurant fait aussi des soirées musicales.
  • Les – : cette remarque est entièrement liée à mes goûts, disons que c’était très bon mais un peu lourd, et que ça manquait de fromage :-). Il faut aimer les pommes de terre, le sarrasin et la viande, apparemment les russes n’aiment pas trop les légumes ! Je ne suis pas certaine que c’est ma cuisine du monde préférée. Et la salle est petite, il vaut mieux réserver un peu à l’avance (nous étions 8, en s’y prenant 3, 4 jours avant c’était bon).
  • L’addition : le menu découverte (entrée plat dessert) coûtait 25 € par personne, boissons non incluses.

Restaurant le Kalinka
18 Rue Lakanal 38000 Grenoble
04 76 56 22 98

Restaurant « Le Canard Laqué » à Grenoble

A Grenoble, comme dans toutes les grandes villes les restaurants asiatiques ne manquent pas. Si je tiens à rendre honneur à celui-ci, c’est parce qu’on y a passé un vrai bon moment, et que sa spécialité sort vraiment de l’ordinaire !

Ce petit restaurant est situé en centre-ville, rue Condorcet. On y est très bien accueilli, le personnel est chaleureux et à l’écoute, et pour autant attend bien que tout le monde ait fini pour reprendre la vaisselle. La carte propose des plats traditionnels chinois, et pour ce que j’ai pu voir sur les tables d’à côté les portions ont l’air copieuses !

Et pour en venir à sa spécialité, le Canard Laqué propose son Canard à la Tonkinoise, un canard entier à partager pour 3 ou 4 personnes ! Un collègue m’en avait vanté les mérites, j’ai attendu de trouver 2 amis pour venir avec nous et j’ai enfin pu y aller début Août.

Le Canard à la Tonkinoise, qu’est-ce-que c’est ? Alors il s’agit d’un canard qui a été soigneusement laqué puis cuit au four, et servi en 3 fois.

– D’abord, la peau est coupée en lamelles devant nous, on la déguste avec des petites crêpes et des fines lamelles de concombre et de vert de poireau. Elle est tellement laquée et grillée qu’elle est beaucoup moins grasse qu’on peut le croire, et très croustillante !

– Ensuite, la chair est passée au wok, et est servie avec des nouilles. Celle-ci était très tendre et goûteuse.

– Et enfin, le jus et les petits bouts de chair restants sont servis en soupe. Délicieuse elle aussi !

Verdict : Le tout était à tomber !

Voici quelques photos.

Apéros

Les apéros

Découpage

Découpage

Découpage de la peau

Entrée - Légumes

Petits légumes pour l’entrée

Entrée

Une petite crêpe

Nouilles

Nouilles

Soupe

Soupe

Dessert

Dessert : brioches vapeur au chocolat

  • Les + : Un restaurant qui allie la quantité ET la qualité ! Nous avons apprécié le fait que ce plat sorte de l’ordinaire, qu’il ne soit pas gras, ou frit. Un + pour le timing : nous n’avons jamais attendu, et pour la gentillesse du personnel !
  • Les – : … pas trouvé de moins, vraiment ! Bon en cherchant bien, je dirais que 4 filles ne réussiraient certainement pas à tout finir, je suis sortie bien rassasiée, mais selon les garçons, la quantité était très correcte. Et si on vient en voiture, les places ne courent pas les rues dans le quartier.
  • L’addition : un canard pour 4 + 4 apéros + 1 dessert + 2 cafés = 23,50 € par personne. Plutôt correct !

Restaurant le Canard Laqué
28 Rue Condorcet 38000 Grenoble
04 76 56 98 23

Restaurant « La Braciol » à la Tronche

C’est un heureux bouche-à-oreilles qui m’a conduit dans ce restaurant, qui se cache dans une petite rue en bord d’Isère, à la Tronche (à côté de Grenoble). En effet, il faut vraiment connaître pour entrer à la Braciol ! Ce restaurant italien, bien qu’excentré, vaut le détour ! Il est ouvert depuis 1976, géré par une même famille et on y trouve de la vraie cuisine traditionnelle italienne.

Quand je parle de « vraie cuisine traditionnelle italienne », je précise que leur carte ne se résume pas à quelques sortes de pizzas et de pâtes comme certains restaurants du centre-ville ! La Brachiol propose des antipasti, des lasagnes, du carpaccio, des gnocchi, de la mozzarella di buffala, des cannelloni

Le restaurant porte le nom d’une spécialité de Corato (ville d’origine de la patronne) : une « brasciol » est un steak de cheval farci mijoté pendant plusieurs heures dans la sauce tomate, accompagné de pâtes : les « strachenate ».

Nous avons été unanimes pour dire que la cuisine était excellente, généreuse en goût et en quantité,  on sentait vraiment les bons produits de base ! J’ai pour ma part revu mon classement des meilleures pizzas de Grenoble : la 4 fromages de la Braciol rentre au top 3 : bien garnie, croustillante, moelleuse… que du bonheur !

Le cadre fait très familial, peut-être un peu vieillot, mais cela renforce l’impression d’être chez une mamma ! Le service est correct, relativement rapide et agréable.

Brachiole

La spécialité : la braciol

Addition : j’ai pris un menu à 25 € avec entrée-plat-dessert (assortiment d’antipasti, 1 pizza, assortiment de desserts). Pour goûter la spécialité, il faut par contre prendre le menu à 30 € (Entrée, Brasciol, dessert). Mais globalement, ça les vaut ! La rapport qualité prix est plutôt bon 🙂 !

Bref, une vraie bonne adresse. l’Italie à Grenoble !

Restaurant la Braciol
Chemin Fortuné Ferrini 38700 La Tonche
04 76 54 21 61
http://www.labrasciol.com/

Restaurant l’Oréade à Saint-Pierre de Chartreuse

Ma 3° place au challenge du Foodcamp m’avait valu la remise de chouettes lots, dont, entre autres un menu au restaurant l’Oréade à Saint-Pierre-de-Chartreuse. Nous y sommes allés aujourd’hui, et en avons profité pour nous promener un peu en Chartreuse et respirer du bon air !

Ce restaurant a ouvert à la mi-février, et est situé dans le bourg de Saint-Pierre-de-Chartreuse. Son originalité : l’Oréade n’est pas qu’un restaurant, on peut aussi y pratiquer la balnéo, le sauna, et se faire faire des massages :-).

Nous avons testé la partie restaurant ce midi, et y avons passé un très bon moment. La cuisine y est légère, de saison, simple mais recherchée et surtout délicieuse : cela rejoint tout à fait ma propre vision de la cuisine.

Les lieux sont tout neufs, on mange dans une belle salle boisée, et avec une déco plutôt colorée. Le personnel y est très convivial et le service est rapide : tous les petits à-côté qui font apprécier un repas au restau y étaient.

Nous avons dégusté un menu du marché (menu proposé le week-end), à 17 €, qui comprenait une entrée / un plat/ un dessert.

En entrée chaude, nous avons dégusté un poireau cuit (super fondant), accompagné d’un blini au sarrasin et de fines lamelles de jambon cru.

Pour le plat, nous avions le choix entre du poisson rôti sur la peau accompagné de risotto aux petits pois (crémeux à souhait), et un filet de poulet en croûte de noix accompagné de crozets et de fondue de poireaux. Nous avons pris un de chaque, comme nous aimons faire pour goûter de tout !

Et pour le dessert, nous nous sommes régalés de riz au lait avec du caramel de pomme ; assez exceptionnel je dois dire.

Poisson OreadePoisson rôti sur la peau,  risotto aux petits pois

Poulet OreadeFilet de poulet en croûte de noix,  crozets, fondue de poireaux

Riz au lait OreadeRiz au lait, caramel de pommes

Ce fut donc une pause sympathique qui a agréablement ponctué notre journée en Chartreuse !

Restaurant l’Oréade
Bourg de Saint-Pierre-en-Chartreuse
Accueil OREADE : 04 76 50 34 48
Restaurant : 06 82 21 65 73
http://www.oreade-balneo.com/

Foodcamp de Grenoble 2ème édition : j’y étais !

Je vous en avais déjà parlé en teasing, j’ai participé Dimanche à la 2° édition du Foodcamp à Grenoble, un rassemblement de passionnés de cuisine. Voici donc un compte-rendu de cette journée gourmande, riche en émotions et en découvertes !

Le matin, j’ai assisté à une table ronde sur le cacao : « Du cacaoyer au chocolat », avec Bertrand Tessal, couverturier de métier. C’était très intéressant, j’ai appris beaucoup de choses sur la culture et la préparation du cacao, les différents cépages existants…. A noter : le plus important dans le chocolat est son origine, avant même le pourcentage de cacao.  Le chocolat est très différent selon le pays où a été cultivé le cacao, les meilleurs venant de Madagascar, du Venezuela, ou encore d’Équateur.

Ensuite, j’ai filé au Challenge, où j’étais une des 6 challengeuses. Et oui, je me suis lancée ! Cela ne s’est pas si mal passé, car j’ai terminé dans le trio de tête : 3° sur 6 :-).

Le défi à relever : réaliser en 1h 3 assiettes pour le jury avec des ingrédients imposés, un peu comme dans Masterchef.

Le panier était le suivant : des carottes, des panais, des navets, des topinambours, du miel, des raisins secs, de l’orange, du fruit de la passion, une belle pièce de sous-noix de veau, ainsi qu’un fond d’épicerie.

ChallengeEn pleine concentration 😉

Challenge

Mon participation : Assiette de légumes anciens glacés au miel, jus d’orange et raisins, et veau façon blanquette. Pour les légumes, un recette de Papilles & Pupilles que j’avais déjà réalisée m’est revenue immédiatement en tête : les carottes nouvelles glacées façon Joël Robuchon. Je les ai donc épluchés, coupés un peu en longueur, et les ai laissés cuire à feu doux pendant 25 minutes avec 30 g de beurre, le miel, et les raisins, en les remuant un peu à la fin. Ils ont peut être un poil trop cuit, car ils étaient légèrement fragilisés. Mais le goût y était !

Pour la viande, j’ai un peu plus hésité car je cuisine peu de viande, n’étant plus très carnivore à la base. Ayant peur de rater la cuisson de steaks, j’ai réalisé une sorte de blanquette. Qui fut un peu trop salée, faute au sel de l’Himalaya que j’ai utilisé allègrement, et qui a un pouvoir salant bien supérieur à un sel de base…

Je n’étais pas très contente de moi, quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai été appelée pour la 3° place !

Challenge-Resultats

Au second rang, en partant de la gauche, les 3 premières challengeuses : la Foodcampeuse d’Or, la Foodcampeuse d’Argent… et moi :-). Au 1er rang, le jury : le pâtissier Thierry Court, la propriétaire des lieux Carole Chiaroni (Atelier Et Toque !), et le chef Nicolas Bottero, du Mas Bottero à Grenoble.

Ensuite, après le remise des prix, tout le monde s’est rassemblé autour du buffet, ramené par les participants pour une partie, et cuisiné le matin par les co-luncheurs qui avaient amené leurs ingrédients pour le reste.  Je me suis régalée !

Co-Lunch

Co-Lunch

Co-Lunch

L’après-midi, j’ai assisté à plusieurs ateliers, tous plus intéressants les uns que les autres.

Tout d’abord, Nicolas Bottero a réalisé devant nous des minis choux farcis au foie gras avec sa chips de topinambour, le tout servi dans un lait de topinambour. Je retiens le truc de trancher finement le topinambour à la mandoline, puis de le faire frire rapidement dans de l’huile chaude.

Bottero

Choux farcis au foie gras

Chou farci au foie gras

Ensuite, je suis aller photographier les résultats de l’atelier Chocolat de Thierry Court : une vraie merveille !

Chocolat

J’ai suivi aussi sa démonstration de fabrication de pièce montée, là encore j’ai été épatée. J’ai été très intéressée par le travail de la nougatine. Thierry Court est un vrai orfèvre !

Nougatine

L’atelier « Cuisine Diététique » avec Cédric Berthomier était également passionnant. Ce diététicien de la région grenobloise, également propriétaire d’un magasin bio dans les hauteurs de Meylan, nous a parlé de l’importance de manger sainement, et cuisiné devant nous des plats diététiques et délicieux. Pour ma part il prêchait une convaincue !

Dietetique

Voici le plat salé : un blanc de dinde « replié’ avec au cœur de la purée de tomate et entouré d’une tranche de lard. Le tout cuit en papillote, ça sentait trooop bon !  A côté, une fondue de poireaux réalisée au soja cuisine et assaisonnée au gomasio, je note l’idée c’était vraiment bon (j’ai goûté).

C-dessous, un petit dej de champion, tout bio, que je vais sûrement me refaire bientôt : yaourt au soja aromatisé fruits rouges, muesli, fruits et morceaux de cookie. Mmmmhhh !

Atelier Cuisine Diétetique

Enfin, le dernier atelier que nous avons suivi était une démonstration de cuisine moléculaire, avec Kalys.  Cette entreprise iséroise fournit les ingrédients naturels qui permettent de créer des textures nouvelles sans altérer la saveur des plats. Ainsi, nous avons pus assister  la formation d’une écume de vanille grâce à la lécithine de soja, ou encore à la formation des célèbres perles de sirop, grâce à l’alginate. Passionnant là encore !

Moléculaire

Voilà, je croise que j’ai fait le tour de cette journée vraiment enrichissante. J’espère qu’il y aura une nouvelle édition l’an prochain ! Et merci à Nadège de Cook’Appeal pour l’organisation !

Restaurant la Corne d’Or à Meylan

Pour notre anniversaire, M. Poire-Chocolat et moi nous sommes offert un chouette restaurant gastronomique, du genre réputé et qu’on ne se fait que pour les belles occasions : la Corne d’Or, à Corenc, près de Grenoble. Un moment d’exception que je tenais à partager !

Tout d’abord, et sans parler des plats, ce restaurant a le panache des grands : un service impeccable, un enchaînement des plats quasi chorégraphié (pas la moindre minute d’attente), et le serveur qui nomme les plats en les servant, avec le même ton que s’il récitait un poème :-).

La carte varie à chaque saison selon les fruits et légumes du moment, et la maison privilégie des produits de qualité, et originaux tels que les herbes de nos montagnes. La présentation des plats est très travaillée, on en prend plein les yeux ! Et puis les mises en bouches et mignardises, ces petites surprises entre les plats, étaient délicieuses et originales, bref le top du top.

Je n’ai pas d’actions chez eux, loin de là, mais je recommande cet endroit parce qu’il m’a particulièrement plu.

Le menu que nous avons choisi était le suivant :

Menu Capucins

Été 2011

Quelques mises en bouche…

Le foie gras de canard cuit au vin muscat et au piment doux,
champignons confits à l’huile et au vinaigre,
émulsion aux parfums d’humus

Les cuisses de grenouilles décortiquées,
amandes grillées, tomate confite et chicorée de catalogne,
écume d’ail des ours

Dans une cassolette en croûte feuilletée,
le homard sauce New Burg,
fèves et épiaire des bois

Le carré d’agneau rôti au serpolet,
écrasée de pommes de terre aux olives noires,
jus aux morilles et lierre terrestre

Une brick de reblochon fermier, salade de jeunes pousses,
abricot confit à l’Origan de Sicile

Une ganache au chocolat Manjari pur Madagascar
sur un croquant praliné, coulis de framboise,
salade de fruits rouges à la tanaisie,
glace au chocolat

Pour le plaisir des yeux, voici quelques photos :

Mises en bouche

Les mises en bouche : soupe glacée de melon, espuma de betterave, et un escargot pané (pas sur la photo, déjà mangé 😉 )

Foie gras

Le foie gras de canard cuit au vin muscat et au piment doux,
champignons confits à l’huile et au vinaigre,
émulsion aux parfums d’humus

Agneau

Le carré d’agneau rôti au serpolet,
écrasée de pommes de terre aux olives noires,
jus aux morilles et lierre terrestre

Dessert

Une ganache au chocolat Manjari pur Madagascar
sur un croquant praliné, coulis de framboise,
salade de fruits rouges à la tanaisie,
glace au chocolat

Mignardises

Les mignardises servies après le dessert : macaron basilic framboise, chouquette, et mini tartelette au chocolat manjari

Bref, vous l’aurez compris, je ne suis pas sortie indemne de ce restaurant, et cherche déjà pour quelle grande occasion nous pourrions y retourner !

Quelques mots sur le chef  (extrait du site web du restaurant) :

Né au cœur de la Chartreuse, Gérard Borrel a toujours été animé d’une passion pour la nature. Depuis sa plus tendre enfance passée au milieu des champs et des forêts, il avait coutume sous l’impulsion de son père et de sa grand-mère tous deux cuisiniers reconnus, de déguster des feuilles, fleurs ou tiges simplement parce qu’elles étaient sucrées acidulées ou bien encore très juteuses.

Il était loin de se douter qu’un jour, toutes ces plantes, oseille sauvage, ail des ours, trèfle laurier…, occuperaient une place prépondérante dans sa vie.

Le déclic vint lors d’une balade avec son garçon âgé de trois ans qui lui demanda s’il pouvait goûter les « petits poupons » sur les sapins. Surpris et envoûté par le parfum de ces bourgeons, il donnera forme à une première recette : le féra aux jeunes pousses de sapin.

Deux autres événements viendront conforter Gérard : la rencontre avec l’ethnobotaniste Virginie Lapierre et celle de Michael Fergusson un passionné d’œnologie…

Dans l’antre parfumé de sa cuisine, il aime à rechercher en véritable alchimiste l’association de saveurs qui transforme une assiette en œuvre d’art…gourmande. Vivant, volontaire, Gérard aime cuisiner et la Chartreuse qui lui inspire une infinie créativité. Sa maturité olfactive et technique lui permet aujourd’hui de concevoir d’heureuses associations !

Restaurant la Corne d’Or
159, route de Chartreuse – 38700 CORENC
Tél. 04 38 86 62 36
http://www.cornedor.com/

Randonnée au Lac de la Sitre

Nous avons profité du beau temps hier, pour aller faire une joli randonnée dans le Massif de Belledonne : objectif Lac de la Sitre ! Le point de départ est un parking au sommet du Col de Pré-Long, et il y a en en tout pour 5 h de marche (tranquilles), rien de difficile. Je recommande cette rando pour la vue époustouflante qu’elle offre sur Grenoble et le Grésivaudan, c’était magnifique ! Les champs sont très fleuris, les gentianes pointent le bout de le nez, c’est aussi pour ça que j’aime la montagne 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...