Les Fils à Maman Grenoble

La semaine dernière, j’ai reçu une chouette invitation : découvrir l’antenne grenobloise du restaurant « Les Fils à Maman » en compagnie d’autres bloggueuses / instragrammeuses, qui se sont révélées être de très agréable compagnie.

Une belle découverte que je vous partage ici !

Alors, les Fils à Maman, c’est un concept avant tout : retrouver la cuisine « de quand on était petits », quand notre maman nous faisait plaisir avec de bon petits plats. Le retour en enfance s’effectue par le goût mais aussi par l’ambiance et la déco très 1980-1990 ! Pour résumer, des plats régressifs à souhait, tous plus gourmands les uns que les autres, à déguster en compagnie de Goldorak et Super Mario !

Ce type de restaurant représente tout à fait le type de la cuisine que j’aime, il y a beaucoup de plats que je pourrais très bien cuisiner les WE pour M. Poire-Chocolat et notre petit bonhomme !

Tout d’abord, j’ai adoré la décoration : du pur concentré des années 1980-1990 : depuis le mur du fond couvert d’images (Coluche, Cloclo, Dark Vador Dragon Ball Z…), les cartes géographiques anciennes qu’on pouvait avoir en salle de classe, les détails déco (figurines ou plaques métalliques Mario, Goldorak, Superman…), en passant par les dessins animés de notre enfance diffusés aux toilettes.

Les Fils à Maman ont bien poussé le concept – ils ont dû faire tous les vide-greniers de l’été et écumer les puces de Saint-Ouen :- ) ! Beaucoup de petits détails m’ont fait sourire – d’autant plus que j’adore aussi décorer mon propre appartement avec des trouvailles vintage.

A la carte, on peut trouver, entre autres, des babybels panés, de la côte de boeuf, du risotto de coquillettes, du filet (trop) mignon, du vrai cordon-bleu poitrine fumée et gorgonzola, du cheeseburger (à tomber), des salades, du vrai « fils and chips », et aussi des jolis desserts.

Tout ça, moi ça me parle beaucoup, et rien que de l’écrire je salive ! 🙂

Lors de la soirée découverte, nous avons pu découvrir une belle sélection de plats de la carte en version « bouchée ». Voici quelques images !

Fils à maman  Mini-Babybel pané, camembert pané, poulet pané, sauce barbecue maison

IMG_20170523_214652_348

Très bon burgers / Parmentiers de canard – patate douce au kiri / Tartare de saumon – légumes- Rice Krispies

IMG_20170523_215555_221Cheesecake, Petits-Lu Nutella Banane et Chantilly, Tiramisu Kinder

  • Les + : le concept, original et très poussé (déco, nom des plats…), le goût (tout est vraiment bon), la gourmandise, la générosité des plats (vous devriez voir la tête de leur burgers…)
  • Les – : je n’ai pas vraiment trouvé de moins
  • Tarif : compter environ 10-15 euros pour un plat seul, 15-20 euros pour un menu. Tout à fait raisonnable donc 🙂

Restaurant Les Fils à Maman
2, rue Saint-Hugues 38000 Grenoble
04 76 51 38 85
http://www.lesfilsamaman.com/grenoble/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La Tour des Sens, version 2017

Pendant ce début d’année 2017, j’ai suivi avec plaisir et entrain une de mes émissions préférées : Top Chef. Et cette saison, j’étais à fond derrière un candidat isérois : Jérémie Izarn, le jeune chef qui a repris la « Tour des Sens » à Tencin en 2016… qui s’est révélé être le grand gagnant !

Nous y avions déjà fait une visite début 2014 avec l’ancien chef, c’était un très bon moment, bien que certaines associations de saveurs nous avaient déroutés, et que, de mémoire, le cadre nous avait paru un peu vieillot.

Jérémie a dépoussiéré les lieux, en créant un décor à l’image de sa cuisine : moderne et tourné vers la nature.

Tous les plats étaient parfaits, tant dans le dressage – toujours impeccable et souvent coloré -, les associations – parfois détonantes – , et les goûts – à tomber.

Aucune fausse note, et de belles découvertes, bref, peut-être la meilleure table de l’agglomération grenobloise.

Nous avons pris le menu Diapason, à 64 € (Février 2017).

Mise en bouche : Espuma de topinambour, noix de macadamia

Espuma de topinambour, noix de macadamia
Entrée : FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE, version 2017 d’une terrine de Foie-gras, pommes et coing en textures…

 

Une très belle interprétation du classique foie gras. Le chutney de coing se démarque par rapport à des goûts plus classiques comme figue ou oignon, les petits dés de coings apportent du croquant, et mention spéciale au cœur coulant de coing qui se cache dans le cube : quelle inventivité !

FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE

FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE

Le fameux œuf parfait de la finale de Top Chef, cuit à 64°C pour un jaune et un blanc parfaitement coulants ! La mouillette apporte du croquant, et le bouillon au Lard de Colonata est très goûteux.

Œuf cuit à 64°C, bouillon épais de gras noble et mouillette végétale de saison

Le dos cuit à basse T°C dans une membrane de vin à l’encre, beignet de carottes fanes confites, crispys de spaghettis, risotto de riz sauvage, crème et sauce aigre-douce à l’endive

Peut-être le plat que j’ai moins aimé. Très bon, mais un peu salé, et surtout, l’encre de seiche… ça noircit la bouche et les dents ! Néanmoins, le poisson est très bien cuit, et les beignets de carotte sont délicieux.

K-BIO EN MONOCHROME DE NOIR

Filet de pigeonneau de la maison Chabert grillé à la tomme de Savoie, poudre de tomme, crème de châtaigne, mangues avion, crosnes et jus des carcasses.

Une association de saveur pouvant paraître surprenante, mais curieusement, le tout matche très bien. Le pigeon est cuit longtemps et doucement, ce qui ne lui apporte pas du tout ce goût de gibier que je n’aime pas du tout. Il est fort Jérémie !

Filet de pigeonneau de la maison Chabert grillé à la tomme de Savoie, poudre de tomme, crème de châtaigne, mangues avion, crosnes et jus des carcasses.

Pour moi qui ne suis pas fan de pigeon, ce dernier a été remplacé par un filet de truite basse température (comme lors de la finale !).

Truite basse températureDessert : BLACK PEARL SUCRÉE, inspiration de ma folle aventure TOP CHEF

Là aussi un clin d’oeil à Top Chef, avec sa technique « signature » : le sucre soufflé. Un rendu magnifique, une bulle qu’il faut casser pour découvrir un cœur surprise très original : une association de goûts / textures butternut – noisette. Et ça marche très bien.

Black pearl

  • Les + : La surprise, l’expérience gastronomique, le service, le timing, le goût, la générosité, le cadre, le service, et le chef, bien sûr, qui vient saluer les clients en fin de service. Le même que dans l’émission :  simple, abordable, passionné.
  • Les – : Aucun !
  • L’addition : 128 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Diapason » à 64 € ).

Restaurant la Tour des Sens
Route de Theys – 38750 TENCIN
Tél : 04 76 04 79 67
Mardi – Samedi 12h00 – 14h00 / 19h30 – 00h00
http://www.latourdessens.fr/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Brunch sain et gourmand à la Poule Perchée

Ce nouvel article pour vous parler d’une nouvelle adresse gourmande sur Grenoble pour déguster de délicieuses pâtisseries, se réchauffer avec un bon thé, ou encore se retrouver entre amis autour d’un brunch : La Poule Perchée, dans le quartier Championnet.

Aurélie et Valentine, les maîtresses de maison, en plus d’être très sympathiques, sont pâtissières de métier et ont concocté une carte à la fois « healthy » et super gourmande : du fait-maison, réalisé avec des produits de base bio et/ou locaux. J’adhère, j’adore 🙂 !

Poule-perchee-6 Les locaux ont été remis à neuf, l’atmosphère y est très douce grâce au bois, aux vieilles pierres et aux petites touches de couleur offertes par les coussins ou autres éléments de déco.

Poule-perchee-9 Poule-perchee-11 Poule-perchee-4

Nous avons testé leur brunch (le samedi matin/ midi, réservation conseillée), et nous nous sommes régalés !

Qualité et quantité sont au RDV, selon vos choix pourrez manger des pancakes bien moelleux, du banana bread, du granola maison avec lait végétal (ou non) (vraiment parfait pour le coup), du yaourt au lait de brebis, de la pannacotta, un muffin salé, une salade, et boire un jus de fruits bio, un « vrai » chocolat chaud, un thé ou encore un lait d’or (d’ailleurs je ne connais pas d’autre endroit sur Grenoble qui propose cette boisson, c’est très bon et top pour la santé).

Poule-perchee-12

Poule-perchee-10 Poule-perchee-2 Poule-perchee-1 Poule-perchee-7

Le petit + : le coin épicerie, où l’on peut trouver de beaux produits locaux, comme les savons bio de la Savonnerie de Grenoble ou les bières de la brasserie grenobloise Maltobar.

Poule-perchee-8

* Service : au top !
* Budget : 16-20 € par personne pour le brunch selon l’appétit, autour de 3 € pour les pâtisseries
* Contact : 3 rue Génissieu 38000 Grenoble – 06 95 42 67 51
www.lapouleperchee.fr
https://www.facebook.com/lapouleperchee/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Hotel Restaurant Chavant, à Bresson

Il y a peu, nous sommes allés fêter l’anniversaire de Monsieur dans un très bon restaurant de l’agglomération grenobloise : l’Hôtel Restaurant Chavant, à Bresson.

Nous commençons à bien connaître les restaurants gastronomiques de Grenoble ;  pour découvrir cette nouvelle table nous nous sommes éloignés un peu, à une petite dizaine de kilomètres dans la verdure.

L’Hôtel Restaurant Chavant est une belle bâtisse ancienne, avec un magnifique jardin derrière. L’intérieur est superbe et bien décoré, dans un style un peu baroque. On ressent un lieu prestigieux et chargé d’histoire ! En même temps, Chavant est le nom des ancêtres du maître des lieux, restaurateurs depuis 1852.

Le restaurant a le label « Maître Restaurateur », ce qui garantit une cuisine maison, avec des produits « bruts », et essentiellement frais.

Les serveurs sont très bien, agréables, efficaces, à l’écoute… Un vrai plaisir.

Nous avons opté chacun pour un menu Dégustation : tant qu’à être là, autant se faire plaisir !

Voici le menu en photos.

Mousse de champignonsMise en bouche : petite mousse tiède de champignons

Foie gras, tuile de pain, marmelade de citronFoie gras, tuile de pain, marmelade de citron

En entrée, ce beau morceau de foie gras (de très bonne qualité), une tuile de pain d’épice, un cromesquis de foie gras (chaud, à la fois croustillant et fondant en bouche, hmmm), le tout avec une petite marmelade de citron.C’était délicieux, à part que j’ai enlevé le citron, car je n’aime pas ça. Mais j’ai aimé l’idée, cela ajoutait une petite touche d’audace au plat.

Gnocchis, petits pois, Pata Negra et truffesGnocchis, petits pois, Pata Negra et truffes

Là encore, un délice ! Un vrai équilibre entre les petits pois bien croquants, les gnocchis maison moelleux, les croutons croustillants, les morceaux de jambons Pata Negra bien fondants… Le tout relevé avec de la truffe râpée : parfait.

Homard plancha, Hollandaise et condimentsHomard à la plancha, Hollandaise et condiments

Dans ce plat également, on note la petite touche d’audace, de pep’s avec les petits condiments (câpres, julienne de céleris au vinaigre…) qui accompagnent le homard. Le homard était très bien cuit, bien charnu, et la sauce hollandaise… démente ! J’aurais voulu saucer le pot 🙂

Granité pamplemousse,  MalibuGranité pamplemousse,  mousse Malibu

En guise de « trou normand », nous a été servi ce granité de pamplemousse accompagné de mousse au Malibu : frais, léger, bien dosé, bon mariage entre acide et sucré… Nickel.

Ris de veau laqué, asperges rôtiesRis de veau laqué, asperges rôties

Joli morceau très bien assaisonné (jus avec huile de noix et un peu de vinaigre de noix), le tout avec des petites asperges et des petits dés de comté. Top !

Oeuf« Oeuf à la coque »

En pré-dessert, cet œuf à la coque très original car sucré, à base de mousse au chocolat blanc et coulis de mangue. Excellent.

Transparence fraises-basilicTransparence fraises-basilic

Ce dessert était très original en plus d’être beau. Tout au fond, un sorbet basilic, ensuite une mousse mascarpone vanillée (pas assez sucrée à mon goût par contre), des fraises, et un disque de sucre. J’ai été très agréablement surprise par le sorbet basilic.

  • Les + : Le dressage, les beaux produits (homard,foie gras, ris de veau…), le timing, la recherche du goût dans tous les plats, l’originalité, le service.
  • Les – : Pas de fromage compris dans le menu Dégustation, et pour le prix, c’est un peu dommage.
  • L’addition : 173 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Dégustation » à 86,5€ ). Plutôt cher. Tout était vraiment parfait, très raffiné, et on nous a servis des vrais beaux produits, mais à mon sens on paie aussi le cadre ! En effet, si on prend juste les plats, nous avons déjà mangé dans des restaurants qui proposaient des menus équivalents à 65 euros. Et inversement, nous avons déjà dégusté des menus type « dégustation » à 85-90 €, mais dans des restaurants doublement étoilés où l’expérience était un niveau au-dessus.

Hôtel-Restaurant Chavant
2 rue Emile Chavant
38320 BRESSON
Tel : 04 76 25 25 38
Site : http://www.chavanthotel.com/

Mini-quiches au Saint-Marcellin

Vous l’aurez compris, le fromage et moi, c’est une grande histoire d’amour… Je vous propose la recette d’un de mes derniers « bidouillages » qui nous a vraiment régalés : des mini-quiches au Saint-Marcellin, ce petit fromage au lait de vache bien goûteux typique du Dauphiné. Chaud et gratiné, c’est une merveille !

Quiche Saint-MarcellinMini-quiches au Saint-Marcellin ( x 4) :

  • 1 rouleau de pâte feuilletée
  • 20 cl de crème liquide
  • 2 œufs
  • 2 Saint-Marcellin
  • 100 g de lardons type « allumettes »
  • Sel, poivre

– Préchauffez votre four à 180°C.
– A l’aide d’un moule à tartelette retourné, découpez 4 cercles de pâtes feuilletée.
– Chemisez les moules avec la pâte et réservez.
– Faites dorer les lardons. Répartissez-les sur les fonds de tarte.
– Battez à la fourchette les œufs avec la crème, puis assaisonnez à convenance. Ajoutez ce mélange sur les fonds de tarte.
– Coupez les Saint-Marcellin en 2 dans le sens de la largeur, puis déposez un disque sur chaque fond de pâte (côté « croûte » au dessus).
– Enfournez pendant 15 minutes.

Servez immédiatement avec une bonne salade verte, et une petite vinaigrette à l’huile de noix… de Grenoble bien sûr ;-).

Restaurant la Tour des Sens à Tencin

En janvier, nous avons testé avec M. Poire-Chocolat un restaurant gastronomique de la région qui a sa petite réputation : la Tour des Sens à Tencin, en direction de Belledonne. Nous en avions entendu parler à plusieurs reprises, et nous attendions un bonne occasion.

Fêter l’installation de ce tout p’tit bébé qui pousse en ce moment dans mon ventre (oui, vous avez du remarquer que je poste un peu moins en ce moment, la fatigue 😉 ), s’est avéré une occasion de choix !

Nous y avons passé un très bon moment gastronomique ! Tout d’abord, le restaurant est un peu excentré, et c’est sympa. Sur la route de Theys, au début de la montée de Belledonne, il surplombe la vallée du Grésivaudan et offre une belle vue.

Le chef, Laurent Brebion, est Maître Restaurateur. Sa cuisine est pour le moins originale, et surprenante. Il propose des menus gourmands avec de bons produits, mais travaillés de façon décalée, différente de ce qu’on connaît, que ce soit par l’utilisation du sucré-salé, des herbes, des légumes, des épices… Nous avons été par exemple surpris par le Foie gras de canard, cachou, gingembre et poire, le Pigeonneau, panais et chocolat noir ou les Saint-Jacques, magret fumé, orange et chou-fleur.

Nous avons pris chacun un menu « Saveurs d’Hiver », pour lequel il y avait parfois le choix entre plusieurs entrées, ou plats, nous avons partagé ! Voici les photos :-).

00_Mises-en-BoucheMise en bouche : Crème de betterave, eau de potiron, sablé au parmesan

C’était bon, même si M. Poire-Chocolat avait déjà sa dose de légumes « inhabituels » pour le mois ;-).

01_Mises-en-Bouche-22ème mise en bouche : Soupe de poireau au cumin, carotte

Un délice ! cette soupe était très goûteuse.

Foie grasEntrée A : Foie gras de canard, cachou, gingembre et poire (version mi-cuit et crème brûlée)

Le foie gras mi-cuit et la crème brûlée étaient très bons, heureusement que la sauce et l’accompagnement étaient bien séparés, j’ai un peu moins aimé.

03-St-JacquesEntrée B : Saint-Jacques, magret fumé, orange et chou-fleur (Noix de Saint-Jacques bardées au magret fumé sur compotée d’orange)

Un vrai délice ! L’orange passe bien ici, et a apporté un vrai plus au plat.

04-RisottoPoisson B (nous avons pris tous les 2 le même) : Langoustine, truffe mélanosporum, noix de Theys et parmesan (Queues de langoustines panées aux noix sur risotto truffe-parmesan)

Le clou du repas selon moi. Je n’avais jamais goûté de langoustine aussi fondante, je ne sais pas comment a fait de chef, il n’y avait quasiment pas besoin de mâcher ! Avec les noix, le mariage était magique.Le risotto était parfait, et la sauce riche en goût.

05-PigeonViande A : Pigeonneau, panais et chocolat noir (Le filet cuit à basse température, la cuisse confite et les abats en parmentier)

C’était le plat de Monsieur, je n’ai pas trop goûté car je ne suis pas fan de cette viande, lui a bien aimé mais a trouvé que le chocolat noir était de trop.

06-VeauViande B : Boeuf Aubrac, vitelotte, pomme et bleu du Vercors-Sassenage (Le filet de boeuf Aubrac à la plancha et la noix de joue de bœuf confite)

Mon plat, qui était vraiment très bon. La viande était parfaitement cuite, la purée avec la sauce au bleu à tomber, et les petits dés de pomme apportent une acidité intéressante.

07-Fromages

Plateau de fromages affinés de notre région

Nous guettons toujours le plateau de fromages (mon moment préféré:-) ), eh bien nous n’avons pas été déçus ! De bons fromages de la région, certains classiques et d’autres moins, bien affinés et très goûtus. Les parts étaient généreuses, nous nous sommes régalés !

09-DessertDessert A : Tartelette Cédrat meringuée

Joli dessert que j’ai plutôt bien aimé, bien que l’amertume et le goût du cédrat ne soit pas ce que je préfère.

10-Dessert-2Dessert B : Dôme Orange, praliné et chocolat noir

Le dessert de Monsieur. Apparemment bon et frais ! Je n’ai pas goûté (ou si peu), je n’aime pas le chocolat trop noir, et l’association chocolat / fruit n’est pas ce que que je préfère non plus !

11-FinishAprès le dessert : mousse légère d’orange, madeleine

  • Les + : La surprise, l’expérience gastronomique, le service, le timing, le goût, la générosité et la composition du plateau de fromages, le cadre, le service.
  • Les – : Nous avons été toutefois déroutés par certaines associations (foie gras / cachou, pigeon/chocolat noir), nous aurions préféré un peu plus de « classique ». Et j’ai été un peu déçue, car parmi tous les desserts à la carte, pas un ne m’a tapé dans l’oeil et ne me faisait vraiment envie, ce n’était que des associations qui ne me plaisaient pas trop. Mon dessert était bon mais peut-être pas exceptionnel.
  • L’addition : 106 € sans vin pour 2 personnes (2 menus «Saveurs d’hiver » à 53 € ).

Restaurant la Tour des Sens
La tour – Route de Theys – 38750 TENCIN
Tél : 04 76 04 79 67
http://www.latourdessens.fr/

Gratin de ravioles au Saint-Marcellin

En ce moment, j’ai envie de recettes bien gourmandes, avec plein de fromage :-). Et en matière de fromage, ce gratin de ravioles au Saint-Marcellin est pas mal fourni !

Les ingrédients principaux de ce plat sont typique de la région de Grenoble : les ravioles (petites pâtes fraîches carrées farcies au comté, fromage blanc, persil), et le saint-marcellin (fromage de vache à pâte molle). Le mariage est détonnant ! Il ne faut pas compter les calories ou alors en prendre une toute petite part, mais qu’est ce que c’est bon !Gratin de ravioles St-Marcellin

Ingrédients pour 4 à 6 personnes :

  • 8 plaques de ravioles (soit 2 paquets)
  • 2 fromages Saint-Marcellin
  • 20 cl de crème liquide allégée
  • 20 cl de lait

– Préchauffez votre four à 180°C.
– Coupez 1,5 Saint-Marcellin en dés, et déposez-les dans le lait et la crème.
– Faites chauffez à feu doux jusqu’à que le fromage ait fondu.
– Déposez un peu de cette sauce au fond du plat à gratin.
– Déposez une couche de ravioles.
– Recouvrez de sauce, puis de ravioles. Continuez jusqu’à épuisement des ingrédients.
– Coupez le Saint-Marcellin en tranches fines, puis disposez-les sur le gratin.
– Enfournez pour 20 minutes.
Servez bien chaud, avec une petite salade verte assaisonnée à l’huile de noix, et pourquoi pas quelques cerneaux de noix de Grenoble.

Gratin dauphinois

Voici une recette hivernale, un plat unique bien typique de ma région d’adoption : le gratin dauphinois. Ce plat goûteux et généreux est à base de fines lamelles de pommes de terre cuites dans de la crème, avec de l’ail, du sel, et du poivre. Et, à mon grand dam, la « vraie » recette ne comporte pas de fromage ! Mais c’est très bon comme ça, bien qu’à mon avis, un petit peu de gruyère râpé, ni vu, ni connu, ne m’aurait pas dérangée :-).

Pour cette recette, j’ai fait précuire les pommes de terre dans une sauteuse pour gagner du temps. Vous pouvez préparer directement votre gratin dans le plat à four, mais il vous faudra dans ce cas l’enfourner pour 1h – 1h30.

Gratin DauphinoisIngrédients pour 4 personnes :

  • 700 g de pommes de terre
  • 2 gousses d’ail
  • 50 cl de crème fleurette
  • QS de lait
  • Sel
  • Poivre

– Coupez les pommes de terre en fines lamelles (je me suis aidée de mon robot pour cela).
– Disposez-les dans une grande sauteuse, versez la crème, et complétez avec le lait pour que les pommes de terre soient couvertes de liquide à hauteur.
– Écrasez les gousses d’ail préalablement dégermées, ajoutez-les dans la sauteuse, salez, poivrez et portez à ébullition.
– Baissez ensuite le feu et laissez cuire à couvert une quinzaine de minutes : les pommes de terre doivent-être quasi cuites mais encore un peu fermes.
– Préchauffez le four à 150°C.
– Transvasez ensuite le tout dans un plat à gratin et faites gratiner 20 minutes.
Dégustez immédiatement, avec une petite salade et un verre de blanc !

Randonnée au Lac du Crozet / Lac David

Cet article pour partager une belle randonnée à faire autour de Grenoble : le Lac du Crozet et la Lac David. Le WE dernier, nous avons profité ce ce qui fut peut-être une des dernières belles journées d’été pour aller nous promener en Belledonne.

Nous avions déjà fait cette balade il y a deux ans, et c’est avec plaisir que nous y sommes retournés. Le lac du Crozet est magnifique, son barrage lui donne un air de piscine à débordement avec vue sur le Grésivaudan.

Lorsqu’on continue après le lac, on arrive au refuge de la Pra et son pâturage, puis encore un peu après, au lac David (beaucoup plus petit).

Le bonus du jour : des marmottes qui s’ébattaient gaiement et qui ont filé avant qu’on ait pu les prendre en photo :-).

Une des plus belles randonnées de Belledonne selon nous, un plein de bon air, de couleurs, de fleurs, de paysages… J’adore :-).

  • Durée : environ 6 h de marche A/R, et ça monte bien par endroits. Je pense que des marcheurs rapides mettront moins de temps.
  •  Pour s’y rendre, au départ de Grenoble : prenez la D11 à partir de Domène et suivez la direction de Revel, Le Rousset et les granges de Freydière. Au lac de Freydière, allez tout droit pendant 1,5 km puis, au carrefour des 4 chemins, tournez à gauche sur une piste forestière d’un kilomètre à moitié carrossable.
  • Plus d’infos sur la rando ici et ici .

Lac du Crozet

Lac du Crozet

Belledonne

Lac David

Belledonne

Lac du Crozet

Restaurant Le Mas Bottero, à Grenoble

Le week-end dernier, nous avons testé une très bonne table à Grenoble : le Mas Bottero, le restaurant du chef Nicolas Bottero. J’avais rencontré ce jeune chef prometteur au Foodcamp#2 de Grenoble, je suivais du coin de l’œil son actu et les photos de sa cuisine me plaisaient bien…

Avant d’ouvrir son propre restaurant, le chef Bottero a notamment été formé chez des grands noms de la cuisine française tels qu’Anne-Sophie Pic, Michel Bras, ou Alain Ducasse. De ce que j’ai pu comprendre et goûter, il aime cuisiner des produits locaux et de saison, et met en valeur des matières premières de notre belle région Dauphinoise.

J’attendais donc une belle occasion de m’y rendre, et notre anniversaire de rencontre, à M. Poire-Chocolat et moi, s’est révélée être l’occasion parfaite.

Nous y avons vraiment passé un vrai bon moment gastronomique, tous les plats que nous avons dégusté étaient originaux, délicieux et très bien présentés.

Voici la mise en bouche : je ne me souviens plus exactement ce que c’était mais c’était bon :-).

Amuse-BoucheMise en bouche

L’entrée était top : du homard breton en salade, avec un crémeux aux cèpes, des lamelles de cèpes, du raisin muscat en grains  et en gelée, et du persil plat.

Mention spéciale aux vrais beaux gros morceaux de homard qui permettent de bien sentir le goût que peut avoir ce produit, et le mariage du-dit homard avec le crémeux aux cèpes. J’ai également beaucoup aimé le dressage de cette entrée.

HomardHomard breton en salade

Nous a été servi ensuite du foie gras de canard IGP du Sud-Ouest, poché dans un bouillon de champignons, accompagné de lard fermier.

Un sans faute là-encore. le foie gras était fondant, le bouillon plein de goût, et la lard croustillant à souhait.

Fois-GrasFoie gras de canard IGP du Sud-Ouest, bouillon de champignons, lard fermier

La viande : un très beau morceau de ris de veau, clouté à la truffe d’été, avec une purée de pommes de terre de Noirmoutier.

J’appréhendais un peu ce plat, ne connaissant pas trop ce morceau, considéré comme un abat. Finalement j’ai bien aimé, ce morceau était parfaitement cuit, croustillant et fondant à la fois, et surtout pas trop fort.

J’aurais adoré qu’il y ait plus de purée, tellement celle-ci était délicieuse. Je pense qu’elle a été bien garnie de crème, beurre, fromage, et passée au tamis ; je voudrais savoir la refaire à la maison !

RisDeVeauRis de veau clouté à la truffe d’été, purée de pommes de terre de Noirmoutier

Ensuite, une petite assiette contenant plusieurs morceaux de fromages du Dauphiné avec un excellent pain au éclats de figues et du mesclun. Un délice, tant et si bien que j’ai oublié de prendre une photo…

Pre-dessertUne petite mis en bouche avant le dessert

Nous avons ensuite eu notre dessert. J’attendais un peu le chef au tournant je dois dire, car pour moi un vrai restaurant gastronomique se doit d’être parfait de A à Z !

Eh bien je n’ai pas été déçue, les desserts étaient aussi jolis que bons. Pour ma part, j’ai pris le dôme meringué à la pêche de vigne, coulis de pêche de vigne, et crème anglais au safran de Tullins.

C’était frais, léger, original, bref un vrai délice.

Dessert-MaeDôme meringué à la pêche de vigne, coulis de pêche de vigne, et crème anglais au safran de Tullins.

Monsieur a choisi quant à lui une tartelette au chocolat Maralumi, caramel mou, et groseille. Le chocolat était bien corsé, il se mariait super bien  avec la groseille, et le caramel adoucissait le tout. Ce dessert était si joli qu’on aurait presque eu envie de ne pas y toucher… Presque… 😉

Dessert-Adri-2Dessert-AdriChocolat Maralumi, caramel mou, et groseille

  • Les + : Le dressage, la recherche du goût dans tous les plats, l’originalité, le service, le chef qui passe saluer, le timing pour le service.
  • Les – : Pas vraiment de moins, tout s’est très bien passé.
  • L’addition : 128 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Epicure » à 64 € ). C’est sûr que c’est un peu cher , mais je pense que le prix est honnête pour un restaurant de ce genre, on est ici à un niveau comparable d’une table étoilée pour ce menu.

Hôtel Restaurant Le Mas Bottero
168 Cours Berriat
38000 Grenoble
Tel : 04.76.21.95.33
Site : http://www.lemasbottero.com/

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...