Scones aux pépites de chocolat

En cherchant une recette sympa pour le petit déjeuner, je suis tombée sur les scones aux pépites de chocolat de Paprikas : ni une, ni deux, c’était CETTE recette qu’il me fallait. Ça faisait très longtemps que je n’avais pas dégusté de scones, et M. Poire-chocolat ne connaissait cette spécialité que de nom.

Les scones, ce sont ces merveilleux petits pains levés anglais, moelleux et peu sucrés, qui se mangent tièdes coupés en 2 avec de la marmelade ou de la clotted cream.

Après test, je peux vous dire que cette recette est vraiment super, je la garde précieusement comme base pour des futurs scones aux céréales, aux cranberries ou aux fruits confits…

Scones aux pépites de chocolat

Ingrédients pour une douzaine de scones :

  • 280 g de farine
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 70 g de beurre
  • 4 cuillères à soupe de sucre semoule
  • 50 g de pépites de chocolat (une tablette de chocolat au lait concassée pour moi)
  • 150 ml de lait

Préparation :

– Préchauffez le four à 220°C.
– Mettez la farine et la levure dans un grand saladier, coupez le beurre en petit dés et l’incorporez à la farine avec les doigts jusqu’à obtention d’une consistance de fine chapelure.
– Ajoutez le sucre et les pépites de chocolat au mélange. Mélangez.
– Incorporez petit à petit le lait pour obtenir une pâte souple. Pas besoin de mettre tout le lait si la pâte devient un peut collante !
– Sur une planche farinée, abaissez la pâte de façon à former un rectangle de 10 cm sur 15 cm et d’environ 3 cm d’épaisseur.
– Découpez la pâte avec un emporte pièce rond de préférence ou cannelé.
– Disposez les scones sur la plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé, en les espaçant.
– Badigeonnez-les avec un peu de lait et faites-les cuire au four pendant 12 min.

Dégustez-les tièdes, et n’hésitez pas à les passer quelques secondes au micro-ondes si vous les servez plus tard !

Enjoy 🙂

La dame de fer

J’attendais impatiemment de voir ce film, et c’est chose faite. J’ai passé un très bon moment de cinéma devant « La dame de fer » en VO.

La dame de fer

Le film montre l’ascension puis le « règne » de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne dans les années 1980. Le point de vue n’est pas du tout conventionnel et c’est là son intérêt, le point de départ est sa vie actuelle, seule, à Londres, avec les inconvénients que peuvent causer la vieillesse. Puis on découvre sa vie d’avant, tout en flash-back assez courts.

J’ai été soufflée par la performance de Meryl Streep, très très juste, tant en « dame de fer » qu’en vieille dame un peu sénile. J’ai noté aussi la prestation de Jim Broadbent, acteur que j’aime beaucoup (Horace Slughorn dans Harry Potter, le papa de Bridget dans Bridget Jones…), il joue son mari, toujours fidèle, dédramatisant les situations avec force d’humour.

Ce film est tout en contrastes : la dualité entre sa force de jadis et sa faiblesse actuelle, sa dureté envers les membres de son gouvernement et son amour pour sa famille, l’adulation et la haine qu’on lui voue…

J’eus aimé un peu plus de profondeur quant à sa politique, néanmoins ce film se nie pas ce qui lui a été reproché (les mineurs, les privatisations…), le message est aussi que MT a été une humaine tout de même, et a fait ce qu’elle pensait être juste, par rapport à son histoire, ses convictions…

J’ai trouvé intéressant de voir comment cette femme est arrivée à se faire respecter et se hisser au sommet : en portant jusqu’au bout ses principes. Je n’approuve pas tout ce qu’elle a fait, mais je retiens une phrase de ce film: « C’est en s’appuyant sur ses principes qu’on reste debout ». C’est pour moi une immense qualité dans la vie personnelle autant que professionnelle.

Banoffee express

Cette recette, j’ai longuement hésité à la mettre en ligne. Pourquoi ? Parce que je n’ai pas de photos de la recette terminée. J’ai à peine ôté les cercles que mes desserts ont littéralement disparus :-D. Je précise que j’y suis pour quelque chose, et que, seulement après, j’ai réalisé que je devais les prendre en photo pour le blog. Mais ça me faisait trop envie !!

Mais bon, je la mets quand même, par ce que ça en vaut vraiment la peine, et que vous avez le droit de savoir. Désolée d’avance pour les photos donc ! Je mettrai l’article à jour dès que je referai la recette :-).

« Banoffee » (images ici), c’est la contraction de « banana » (banane) et de toffee (caramel en anglais). Cette pâtisserie anglaise – qui a fait remonter en flèche mon estime pour la cuisine de ce pays – est donc à base de banane et de caramel qui sont déposés sur une base de biscuits secs émiettés. On peut y rajouter aussi du chocolat, et traditionnellement le tout est coiffé d’une épaisse couche de chantilly double au mascarpone ! Une vraie bombe calorique, qui mène au 7ème ciel sans escales !

J’ai reçu un gros colis de bonbons de la part de mon partenaire Lutti, qui contenait entre autres des caramels. L’idée m’est venu de m’en servir pour préparer des mini banoffee express : 15 min de préparation, quelques heures de réfrigération et… 30 secondes de dégustation !

Banoffee

Banoffee

Banoffee

Voici la recette.

Ingrédients pour 4 cercles de 8 cm de diamètre ou 1 moule à fond amovible de 20 cm de diamètre :

Base :

  • 180 g de biscuits type speculoos
  • 50g de beurre doux fondu

Garniture :

  • 2 bananes
  • 15 caramels Lutti
  • 5 cuillères à soupe de lait
  • 125 g de chocolat noir et 12,5 cl de crème liquide (optionnel)
  • 30 cl de crème fleurette 30 cl de mascarpone (optionnel)

– Réduisez les biscuits en poudre au blender.
– Faites fondre le beurre au micro-ondes.
– Disposez les miettes de biscuits et le beurre dans un saladier, mélangez bien, et répartissez la pâte obtenue dans les 4 cercles, préalablement posés individuellement sur une petite assiette.
– Tassez avec le dos d’une cuiller.
– Coupez les bananes en tranches fines et disposez les harmonieusement sur la base de biscuits (une moitié de banane par cercle).
– Faites fondre à feu doux les 15 caramels avec le lait, tout en mélangeant.
– Versez le caramel liquide sur les bananes.

Moi je me suis arrêtée là et j’ai réfrigéré les préparations, puis les ai ressorties le lendemain matin. Pour enlever les cercles sans dommage, je les ai chauffés quelques secondes avec un sèche-cheveux. Comme dit plus haut, nous nous sommes régalés !

Pour les gourmands, voici la suite :

– Réfrigérez les cercles une heure pour faire durcir le caramel.
– Faites fondre le chocolat avec la crème au micro-ondes ou au bain-marie, mélangez, et versez dans les cercles sur le caramel.
– Réfrigérez encore.
– Quelques minutes avant de servir, couvrez de crème fleurette préalablement montée en chantilly avec le mascarpone.

Qu’en dites vous ?

Sinon, je vous conseille de lire la recette du banoffee pie de Bernard, mon maître incontesté en la matière. Ses photos sont magnifiques (il a pris le temps de les faire, lui :-)) et la recette est très bien expliquée.

Le Cercle Littéraire des Amateurs d’Epluchures de Patates

J’ai lu récemment un roman qui m’a beaucoup plu et que je conseille, le Cercle Littéraire des Amateurs d’Épluchures de Patates, de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows.

Ce roman épistolaire commence à Londres en 1946. Dans cette ville se reconstruit Juliet, jeune écrivain qui cherche un thème pour son nouveau roman.  Un jour, elle trouve dans sa boite aux lettres le courrier d’un habitant de Guernesey qui a acheté un de ses anciens livres à un bouquiniste, et qui évoque le « Cercle Littéraire des Amateurs d’Épluchures de Patates ». Commence alors une correspondance désopilante qui va ouvrir Juliet à ce club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé.

Frais, drôle (un humour très anglais assez omiprésent !),  pétillant, attendrissant,  poétique, ce livre m’a scotchée (je l’ai lu en 3 jours, un peu dans le bus le matin, un peu dans le bus le soir et finalement un peu beaucoup à la maison).

La communauté décrite dans ce roman possède une force de vie extraordinaire, on s’attache à tous ces personnages qui ont découvert la littérature un peu par obligation, pour échapper à la prison allemande. Mais qui finalement sont tous, d’une manière ou d’une autre, touchés par un texte, un écrivain, un univers.

Enfin, en plus d’être un hymne à la lecture, ce livre est un hymne au voyage : il y a une telle poésie dans la description des paysages et des habitudes sur l’île que l’on voudrait s’y rendre et s’imprégner des lieux, encore jamais vus mais pour autant déjà familiers.

PS : Pour tous ceux qui auraient été intrigués par la titre (moi la première) : le véritable nom du Cercle est « Le Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey » :D.

Lemon curd facile

Connaissez-vous le lemon curd ? C’est une délicieuse crème de citron acidulée, qui vient d’Angleterre… Preuve que les Britons on su inventer quelques bon trucs en cuisine :p.

J’ai testé et approuvé une recette très très simple (5 minutes chrono), et très goûtue.

Pour un bol de lemon curd / 1 petit pot de confiture :

  • 50 g de sucre
  • 1 œuf
  • 1/2 cs de maïzena
  • 16 cl de jus de citron (je le pèse à la balance de cuisine, ça fait 160 g)

– Mélangez le sucre, l’œuf et la maïzena dans un bol ou une tupperware à l’aide d’un fouet ou un batteur électrique.
– Incorporez le jus de citron à la préparation, tout en continuant de mélanger.
– Faites cuire 3 x 30 sec au micro-onde puissance maximum, en remuant bien entre chaque passage.
(La version officielle étant : « Faites cuire au bain-marie en fouettant constamment jusqu’à ce que la préparation épaississe », mais le micro-onde va très bien 🙂 )

C’est prêt ! Vous pouvez faire refroidir ou non la préparation, même juste sortie du micro-onde elle se mange tient déjà très bien.

Lemon Curd

Vous pouvez utiliser le lemon curd comme pâte à tartiner, sur des crêpes chaudes, pour garnir des fond de tartelettes ou même des macarons au citron (qui seraient plus jolis avec du colorant jaune je l’accorde mais je n’en avais plus !)

Cette préparation se conserve quelques jours au réfrigérateur (je pense une semaine maximum, mais il ne m’en est jamais resté assez pour affirmer qu’elle tienne une semaine entière).

Le discours d’un roi

Mon dernier coup de coeur ciné : Le discours d’un roi (The king’s speech)

Ce film est inspiré de l’histoire vraie du Roi d’Angleterre George VI, monté sur le trône contraint et forcé, suite à l’abdication de son frère Edouard VIII.

Juste avant la seconde guerre mondiale, la radio fait son apparition et s’impose comme moyen de communication pour s’adresser à tout le peuple, et il n’est pas encore possible de s’enregistrer et diffuser l’émission ultérieurement : il faut s’exprimer en direct. Cela pose problème à George VI, qui souffre d’un fort bégaiement qui le paralyse notamment lors des discours radiophoniques et publics.

Il tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son handicap pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie.

A noter le jeu d’acteur de Colin Firth, au sommet de sa carrière (mais je ne suis jamais objective quand je parle de lui :p), d’Helena Bonham Carter, et de Geoffey Rush (le méchant de Pirate des Caraïbes : méconnaissable !).

J’ai adoré la bande originale également, beaucoup de musique classique, qui colle parfaitement aux images (La 7° symphonie de Beethoven sur le discours final … )

Si ça vous intéresse, vous pouvez allez visiter ce lien : on y entend dans cette archive de l’INA un discours radio du roi Georges VI, à la Libération. La ressemblance est saisissante, et on se bien compte du talent d’acteur de Colin Firth, qui a su imiter la voix, les intonations et … le bégaiement du roi à la perfection.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...