Paella royale

Il y a quelques mois, nous avons fêté les 30 ans de M. Poire-Chocolat. Pour ses amis venus de loin, nous avons fait une soirée à la maison. Notre idée était de leur cuisiner une paella royale bien garnie. Je n’en avais jamais fait et ne savais pas par où commencer. J’ai donc demandé la recette de notre ami Jojo, qui nous a déjà régalé plusieurs fois avec des belles paellas, généreusement garnies et délicieuses.

Nous avons bien réussi à la refaire, le résultat était top, je vous partage donc la recette pour 8 personnes.

A savoir qu’il faut un plat spécial, une sorte de grande poêle plate, mais pour 8 personnes notre plus grande poêle a suffit (c’était juste !). Nous avons aussi anticipé et fait cuire les viandes et les fruits de mer (séparément) la veille, et les avons stockés dans des boites au réfrigérateur.

D’autre part, notez qu’une fois les éléments bien disposés, et le riz bien réparti, on ne touche plus à rien. Il ne faut surtout pas touiller pendant la cuisson !

Enfin, la recette originale inclut du safran, si vous en avez vous pouvez bien sûr en utiliser, cela n’en sera que meilleur (j’en mettrai ici une dizaine de brins).

En tout cas, cette recette qui peut faire peur est carrément faisable, en s’organisant bien, et le résultat est top et super convivial !

Paella

Ingrédients pour 8 personnes :

  • 8 pilons de poulet
  • 4 cuisses de lapin (optionnel)
  • 8 tranches fines de chorizo
  • 16 crevettes
  • 8 langoustines
  • 400 g de moules
  • 2 grosses poignées de calamars surgelés
  • 1 louche bombée de petits pois surgelés
  • 1 poivron rouge
  • 2 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 300 g de riz long étuvé
  • 30 g de concentré de tomates (1petite boite)
  • 1/2 bouquet de persil plat
  • 1,1 l d’eau
  • 2 c. à s. bombées d’épices pour paella (mélange acheté tout prêt)
  • Huile d’olive
  • Sel
  • Poivre

 

Étapes pouvant se faire la veille :

– Faites revenir le poulet avec un filet d’huile d’olive, et un oignon et un gousse d’ail émincés. Réservez.
– Dans la même poêle, faites revenir le lapin avec un filet d’huile d’olive, et un oignon et un gousse d’ail émincés. Réservez.
– Nettoyez la poêle, puis faites-y revenir à feu moyen les crevettes et les langoustines avec un filet d’huile d’olive et un peu de persil. Réservez.
– Toujours dans la même poêle, faites revenir les calamars préalablement décongelés dans un peu d’huile d’olive. Réservez.
– Lavez, épépinez, et coupez le poivron en lamelles. Réservez.

Étapes à faire le jour même :
– Grattez les moules pour enlever les algues, filaments ou petits coquillages collés. Nettoyez les ensuite rapidement sous le robinet d’eau froide en les frottant pour éliminer le sable. Immergez-les ensuite dans un récipient d’eau, si certaines moules remontent à la surface au lavage, c’est le signe qu’il faut les jeter. Égouttez-les et réservez-les.
– Hachez le persil.
– Préparez le bouillon en faisant chauffer l’eau et les épices pour paella. Lorsque le mélange frémit, sortez la casserole du feu et dissolvez-y le concentré de tomates.
– Versez le bouillon dans le plat à paella.
– Disposez harmonieusement le poulet et le lapin au fond du plat, en partant des bords du plat.
– Répartissez le riz harmonieusement par dessus.
– Disposez ensuite les légumes, le chorizo, les moules puis les crustacés. Posez ces derniers en rosace.
– Faites mijoter pendant 20 minutes à découvert, à feu doux.
– Ajoutez le persil, couvrez.
– 10 minutes avant le service, faites réchauffer.

Dégustez !

Si vous souhaitez accompagner ce plat d’un vin, j’ai trouvé cet article qui est plutôt intéressant.

Barcelone, Mars 2013

En Mars, nous avons passé un week-end à Barcelone.

Nous adorons, en période printanière, aller chercher quelques degrés de plus dans une ville européenne un peu plus chaude. Le choix de Barcelone s’est avéré payant : la mer, le soleil, les cocktails, les palmiers à la place des platanes, les perruches sauvages en guise de pigeons… apportent une vraie douceur de vivre.

J’aime l’atmosphère qui se dégage de cette très belle ville, l’architecture est très intéressante, et il y a aussi des petites ruelles très agréables à arpenter.

Voici le meilleur de notre séjour en photos !

Barcelone - Centre

Barcelone - Centre

Barcelone - CentreEn se promenant dans le centre

OeufsCroquettes d’œufs dégustées en terrasse – gras mais bien bon 😉

Sagrada FamiliaLa Sagrada Familia – toujours en travaux depuis ma dernière venue il y a 15 ans

Parc Güell Parc GüellLe sublime Parc Güell, avec ses mosaïques

Peintures de ruePeintures de rue – il y en a plein de magnifiques dans cette ville…

PizzasSpécialités locales : sortes de longues pizzas  

Lors de ma première venue, lors d’un voyage scolaire, j’avais adoré les Ramblas, la grande avenue qui relie la Plaça Catalunya au port. C’est une sorte de marché à ciel ouvert, sur plusieurs kilomètres, on y trouve fleurs, tableaux, fruits, souvenirs…

RamblasLas Ramblas

Un de mes autres coups de coeur de Barcelone, c’est le Mercat (marché en catalan) de la Boqueria. Ce marché couvert tout prêt des Ramblas est magnifique ! On y trouve des étals de fruits magnifiques, de la charcuterie ibérique, du poisson, des plats cuisinés à emporter… J’ai surtout adoré les fruits, bon marché et délicieux (un demi fruit du dragon pour le quatre heures, ça le fait non ?).Mercat de la Boqueria Mercat de la Boqueria Mercat de la BoqueriaMercat de la Boqueria

Au bout des Ramblas, on arrive sur le port et la fameuse statue de Christophe Colomb, qui pointe sur l’Amérique : c’est le quartier de la Barceloneta.

On peut se balader sur les quais, dorer sur la plage de sable ou se baigner, découvrir le centre commercial Maree Magnum, visiter l’aquarium, boire des mojitos pas chers… La promenade est très agréable !

Mention spéciale au « cycling tapas » qui passait par là : un concept de « bar à pédales » loué par un groupe d’amis qui avait l’ait de bien s’amuser.

Barceloneta

Barceloneta

Mojito & Caipirinha a la BarcelonetaSur la Barceloneta

Nous avons également passé une journée à Port Aventura, le fameux parc d’attraction situé à une heure de train de la ville : en bons amateurs de sensations fortes, nous avons adoré !  Dans un autre style que Disneyland, ce parc est vraiment top. Il propose divers univers : Tahiti, Far-West, Grèce Antique, Asie… avec chacun leurs attractions.

Nous recommandons vivement !

Port Aventura

Mojito

Le mojito est un de mes cocktails préférés, je l’associe à l’été, aux terrasses, à l’Espagne (je crois que les meilleurs – ou ceux que j’ai le plus appréciés – étaient à Barcelone)…

Le mariage citron, rhum, sirop de sucre de canne, menthe fraîche et glace pilée fonctionne super bien, que du bonheur à boire !

Ce cocktail se réalise directement dans le verre ; avec ce dosage je trouve que qu’on est assez proches de ce que l’on peut se faire servir dans un bar !

Mojito

Ingrédients pour un verre :

  • 5 cl de rhum blanc
  • 7 à 8 feuilles de menthe
  • le jus de 1/2 citron vert (je n’avais plus que du jaune chez moi, ne pas se fier à la photo)
  • 2 c à soupe de sucre en poudre (ou 2. c à soupe de sucre de canne liquide)
  • 6 cl d’eau gazeuse
  • 4 glaçons pilés

– Dans un verre, disposez les feuilles de menthe, le jus de citron, et le sucre, et écrasez le tout au pilon.
– Ajoutez le rhum et la glace pilée, mélangez.
– Ajoutez l’eau gazeuse.

Servez avec une paille, une tranche de citron vert et quelques feuilles de menthe pour la déco !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Galette espagnole

En attendant les beaux jours, voici une recette qui vous fera voyager au soleil, au-delà des Pyrénées : une galette espagnole.

Je prépare souvent des galettes de blé noir à la maison, et j’essaie de varier les garnitures. Cette fois, c’est donc en Espagne que je suis allée cherchée de l’inspiration.

Cette galette est très originale et réveille les papilles, je suis contente d’avoir testé le mariage du chorizo, de la tomme de brebis, du pimentón de la vera, et des oignons grillés.

Le pimentón de la vera est une variété de paprika au goût fumé et légèrement fruité.

Galette Espagnole

Ingrédients pour 2 galettes :

– Râpez la tomme de brebis, et réservez.
– Faites fondre une noisette de beurre dans une poêle auto-adhésive, puis répartissez la matière grasse avec un papier absorbant.
– Cassez les deux œufs délicatement dans la poêle, puis faites-les cuire au plat (pas trop longtemps, le jaune doit rester bien coulant).
– Transvasez délicatement les œufs dans une assiette.
– Coupez le chorizo en fines tranches et faites le revenir quelques minutes dans la poêle. Réservez dans du papier absorbant.
– Faites fondre une autre noisette de beurre dans la poêle.
– Déposez la galette, puis, dans l’ordre, disposez l’œuf, des rondelles de chorizo tout autour, de la tomme de brebis râpée, un peu de pimentón de la ver, et enfin une pincée d’oignons grillés en lanières.
– Laissez cuire environ 5 minutes (la galette doit être un peu croustillante) et dégustez immédiatement !

Produit offert

 

Sangria

L’été arrive bientôt (croisons les doigts !), il est temps de préparer les classiques ! Avec cette sangria, on peut aisément se projeter dans une belle soirée estivale, autour d’un barbecue, en bonne compagnie.

Elle se compose de vin à sangria, de Grand Marnier, de citrons, d’oranges, de vanille bourbon, et de cannelle en bâton.

Il faut la préparer 1 ou 2 jours à l’avance pour qu’elle développe toutes ses saveurs, et la servir bien fraîche.

SangriaIngrédients pour 6 litres de sangria :

  • 4,5 l de vin à sangria
  • 7,5 cl de Grand Marnier
  • 4 oranges non traitées
  • 4 citrons non traitées
  • 2 gousses de vanille bourbon
  • 2 bâtons de cannelle

– Versez le vin à sangria dans une grande marmite.
– Ajoutez le Grand Marnier.
– Coupez en dés les oranges et les citrons, en ôtant les pépins au fur et à mesure. Ajoutez-les au vin.
– Coupez les gousses de vanille en 2 dans le sens de la longueur, grattez les petites graines à l’aide d’une pointe de couteau et ajoutez-les à la sangria.
– Ajoutez les bâtons de cannelle.
– Fermez la marmite, et laissez au frais 1 à 2 jours.
– Un peu avant de servir, mettez une douzaine de glaçons dans la marmite.
– Servez bien frais !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Produit offert.

Tortilla aux pommes de terre et au poulet

Voici une recette qui fleure bon l’Espagne et le soleil, et qui apportera l’été dans vos assiettes : la tortilla aux pommes de terre et au poulet. Bien assaisonnée avec du piment doux, du piment de Cayenne, de la persillade et du cumin, cette omelette est vraiment savoureuse !

Juste sortie de la poêle, elle est croustillante à l’extérieure et fondante dedans. Je l’ai servie en plat complet, et elle a beaucoup plu !

Tortilla

Tortilla

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 4 œufs
  • 5 pommes de terre de taille moyenne
  • 1 blanc de poulet
  • 2 pétales de tomate séchée
  • 2 gousses d’ail
  • 2 c. à soupe de parmesan
  • 2 cuillerées à soupe de persillade
  • 1/2 cuillerée à café de piment doux en poudre
  • 1 pointe de couteau de piment de Cayenne
  • 1/2 cuillerée à café de cumin en poudre
  • 4 cuillerées à soupe d’huile d’olive
  • Sel

– Pelez les pommes de terre, lavez-les, coupez-les en rondelles de 3 ou 4 mm d’épaisseur et réservez.
– Pelez les gousses d’ail, hachez-les finement.
– Coupez les pétales de tomates séchées en petits morceaux.
– Coupez le blanc de poulet en gros dés, et faites-les dorer dans une poêle avec 1 c. à soupe d’huile.
– Une fois que les dés de poulet sont bien dorés, retirez-les de la poêle et réservez-les.
– Déposez les rondelles de pommes de terre, l’ail, et l’huile restante dans la poêle, et faites cuire à feu moyen tout en mélangeant, pendant 5-10 minutes.
– Battez les œufs avec le sel, les deux sortes de piment, le cumin et la persillade.
– Déposez les dés de poulet grillés et les morceaux de tomate séchée sur les pommes de terre, puis versez les œufs battus épicés.
– Répartissez bien les œufs, saupoudrez de parmesan, et recouvrez avec un couvercle.
– Laissez cuire à couvert, à feu moyen, pendant 5-10 minutes. La surface doit être cuite.
– Retournez la tortilla sur une assiette et dégustez immédiatement avec une petite salade verte !

Produits offerts

Gaspacho andalou

L’été, lors des soirs de grande chaleur, j’aime beaucoup souper d’un bol de gaspacho frais. J’adore cette spécialité espagnole, et et j’avoue que jusqu’à maintenant, j’en achetais du tout prêt, de la marque qui propose « la soupe froide venue d’un pays chaud » pour ne pas la citer, et il était très bon. Mais vu ma consommation, j’ai souhaité essayer d’en produire de façon industrielle :-). Les légumes qui vont bien sont arrivés, je me suis donc lancée, en me basant sur la très bonne recette de Bernard.

Résultat : trop bon, parfait, identique à celui que j’achetais jusqu’à présent ! Ça vaut vraiment le coup de prendre un peu de temps en cuisine :-).

Gaspacho

Ingrédients pour 4 bols :

  • 500 g de tomates bien mûres
  • 1/2 concombre
  • 1 poivron rouge
  • 1 gousse d’ail
  • 1/4 d’oignon blanc
  • 2,5 cl de vinaigre de Xéres
  • 5 cl d’huile d’olive
  • sel, poivre

– Épluchez le poivron rouge à l’aide d’un économe.
– Enlevez le pédoncule, coupez le en deux, enlevez la partie blanche à l’intérieur et ôtez les pépins.
– Épluchez le demi concombre.
– Coupez-le en deux dans la longueur puis enlevez les graines.
– Épluchez le morceau d’oignon.
– Faites une incision en « X » sous les tomates (cela permettra de détacher la peau très facilement par la suite).
– Plonger ces dernières 20 secondes dans de l’eau bouillante.
– Enlevez la peau et le pédoncule des tomates.
– Coupez-les en deux et ôtez les pépins.
– Épluchez l’ail.
– Mettez tous les légumes dans un blender.
– Ajoutez le vinaigre, l’huile, le poivre et le sel.
– Mixez pendant 1 minutes à la puissance maximum.
– Laissez le gaspacho au réfrigérateur pendant 2, 3 heures avant le service.
Vous pouvez proposer en accompagnement du pain grillé, ou des tapas variés !

L’Ombre du vent

Il y a un an ou deux, je suis tombée lors d’une brocante sur ce livre : l’Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon. Séduite par le résumé, j’ai décidé de le prendre, et je n’ai vraiment pas été déçue. J’ai appris ensuite qu’il a été un best-seller.

Le récit débute à Barcelone, après la guerre civile marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Un matin de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est convié par son père, modeste boutiquier de livres, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans de nombreux secrets : « L’Ombre du vent’. Pourquoi les romans de cet auteur mystérieux sont-ils brûlés les uns après les autres ? Pourquoi tant de mystère ?

A la lecture de ce résumé, on pourrait croire qu’il s’agit d’un conte initiatique, un peu philosophique sur les bords… Eh bien, pas que ! Ce livre s’apparente plus à une enquête policière sur fond de Barcelone d’après-guerre, tant le suspens y est présent.

J’ai vraiment passé un très bon moment en lisant ce livre, que j’ai parcouru par intermittence, le matin et soir dans le bus. Il fait partie du cercle très fermé des « Quoi, comment, on est déjà arrivés au travail ?! Mais, mais… non quoi. » 🙂

J’ai adoré le contexte, imaginé en lisant ces pages les rues de Barcelone à cette époque, les commerces, les bus, les habitations… L’auteur nous transporte, dépeignant cette ville, et la vie qui l’habite d’une façon poétique et magique. Le thème du livre m’a bien plu aussi : le livre comme trésor à sauvegarder, le livre comme passage de relais, le livre comme compagnon d’une vie, le livre pour passer à l’âge adulte… On suit ce garçon, on le voit grandir au fur et à mesure qu’il découvre le secret qui se cache derrière cet ouvrage.

L’intrigue est également très bien écrite, les personnages sont attachants et drôles, bien qu’un peu caricaturaux peut-être. On touche même un peu au fantastique à certains moment, ce qui n’a pas été pour me déplaire.

Je ne pourrais en dire plus sous peine de dévoiler l’intrigue, je conclurais en répétant que « L’Ombre du vent » est une lecture que je conseille vivement !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...