Couronne de Noël au(x) chocolat(s), praliné feuilletine, et vanille

Bonjour à tous, me revoilà ! En ce moment, je prépare Noël, et à cette occasion je réalise des tests de desserts avant l’heure 🙂

Cette Couronne de Noël au(x) chocolat(s), praliné feuilletine, et crémeux vanille représente ma participation au concours « recette de dessert festif » organisé par Meilleur du Chef et son partenaire l’Atelier du Chocolat autour de sa toute nouvelle gamme à pâtisser.

J’ai imaginé une bûche façon couronne de Noël au chocolat noir 70% de cacao, avec au milieu un crémeux vanille et un insert praliné feuilletine, le tout recouvert d’un glaçage miroir au cacao.

couronne-noel-chocolat

C’est un gâteau qui est un peu long à préparer, mais le jeu en vaut la chandelle ! Fondant, croustillant, crémeux, avec un vrai bon goût de chocolat… A tomber, et festif à souhait !

J’ai préparé séparément le crémeux vanille et l’insert praliné un premier soir pour qu’ils soient refroidi  pour le montage.

Le lendemain, j’ai préparé la mousse chocolat noir et j’ai monté le gâteau.

Ensuite j’ai laisser l’entremets monté une nuit au congélateur et j’ai préparé le glaçage et glacé l’entremets le surlendemain. J’ai espacé la préparation sur trois jours mais il est tout à fait possible de tout faire sur la même journée !

Le résultat était top, la mousse avait un vrai bon goût de chocolat, la petite couche de praliné feuilletine apportait goût et texture, et la vanille adoucissait le tout. Un délice !

couronne-noel-chocolat-gateau

Recette pour 8-10 personnes (1 moule à savarin de 25 cm de diamètre)
3 * 1 h de préparation / 5 h mini de congélation / 5 h mini de décongélation

Crémeux vanille :
 
  • 180g de crème à 35% de MG
  • 1 gousse de vanille
  • 2 C. à café de vanille liquide
  • 30 g de sucre
  • 45 g de jaunes d’œufs
  • 2 g de gélatine en feuilles
Insert praliné feuilletine :
Mousse chocolat :
  • 45 g de sucre
  • 35 g de jaunes d’œufs
  • 70 g de crème liquide
  • 400 g de crème liquide entière bien froide (pour fouetter)

Glaçage miroir (il vous en restera) :

  • 180 g de sucre
  • 60 g d’eau
  • 60 g de cacao en poudre sans sucre
  • 3 feuilles de gélatine (soit 9 g)
  • 120 g de crème liquide
Jour 1 :

Commencez par le crémeux vanille.

– Faites ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide.
– Faites bouillir la crème, la gousse de vanille, la vanille liquide et le sucre.
– Hors du feu, ajouter la crème chaude aux jaunes d’œufs en fouettant vivement puis remettez à cuire jusqu’à que la préparation nappe la cuillère.
– Laissez refroidir jusqu’à température ambiante puis chinoisez.
– Essorez et incorporez la gélatine.
– Transvasez dans une poche à douille, puis entreposez au frais.

Continuez avec l’insert praliné feuilletine.

– Mettez le chocolat dans un bol et le faire fondre au micro ondes par tranches de 30 secondes.
– Ajoutez le praliné au chocolat fondu et continuez de fouetter quelques secondes.
– Incorporez la feuilletine (brisures de crêpes dentelles) et mélangez doucement.
– Chemisez le moule à savarin de film plastique et répartissez au fond la pâte obtenue. Entreposez au frais.
Jour 2 :
Réalisez la mousse au chocolat noir :
– Mélangez le sucre avec les jaunes d’œufs.
– Faites chauffer les 70 g de crème.
– Faites fondre le chocolat à feu doux. Ajoutez la crème et le mélange sucre – jaunes d’œufs en mélangeant doucement. Entreposez au frais.
– Montez la crème restante (les 400g) en crème fouettée.
– Incorporez doucement la crème fouettée au mélange chocolat et réservez.
Montage :
– Ôtez l’insert praliné feuilletine froid du moule à savarin, nettoyez-le et séchez-le.
– Versez la moitié de la mousse au chocolat dans le moule, pochez le crémeux vanille puis disposez l’insert juste au dessus.
– Terminez avec le restant de mousse. Lissez et placez votre gâteau au congélateur.
Jour 3 :
Préparez le glaçage :
– Faites chauffer à feu moyen le sucre et l’eau pour obtenir un sirop.
– Versez ce sirop chaud sur le cacao en poudre, et mélangez.
– Faites ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide pendant 5 minutes puis essorez-la.
– Faites chauffer la crème liquide puis ajoutez la gélatine ramollie.
– Mélangez la crème avec la préparation au cacao.
– Mélangez à l’aide d’une spatule pour obtenir un glaçage très brillant. Laissez refroidir à température ambiante.
– Sortez le gâteau du congélateur, et passez le moule au sèche-cheveux ou au bain-marie, pour le démouler.
– Placez le gâteau sur une grille.
– Glacez-le immédiatement avec le glaçage.
– Déposez-le sur un plat de service, et réfrigérez-le au moins 5h pour le décongeler.

Juste avant de le servir, décorez avec des brisures de crêpes gavottes. Bon appétit !

Atelier-du-chocolat

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Matouille (Tome des Bauges chaude)

Comme vous le savez, je suis d’origine (Haute) Savoyarde ;-), et par chez moi, l’hiver, on aime les plats dégoulinants de fromage ! Et de calories, mais c’est une autre histoire, et il faut bien ça pour combattre le froid ambiant.

Vous connaissez déjà tous la sacro-sainte trilogie « tartiflette – raclette – fondue« , peut-être aussi la croziflette, mais la matouille ?

Cette recette qui nous vient des Bauges est vraiment excellente. En commun avec certaines autres recettes citées plus haut, du fromage fondu, des pommes de terre, de la charcuterie : que du bonheur ! Et la tome apporte un petit goût différent vraiment intéressant.

Le seul truc, c’est qu’il faut avoir un plat de la bonne taille, qui soit rond à bords hauts pour bien épouser la forme de la tome. Un petit moule à manqué peut faire l’affaire, sinon on trouve des plats à matouille dans les magasins de souvenirs en Haute-Savoie, ou en Savoie.

MatouilleIngrédients pour 4 à 5 personnes

  • 1 Tome des Bauges
  • 2-3 gousses d’ail
  • 1 verre de vin blanc de Savoie
  • 5 grosses pommes de terre à chair ferme
  • Charcuterie (jambon cru, jambon blanc, rosette…)
  • Salade verte

– Préchauffez le four à 200 degrés.
– Grattez toute la croûte de la Tome.
– Disposez la Tome des Bauges dans un plat ayant environ la taille du fromage.
– Pelez les gousses d’ail et coupez les en 2 dans le sens de la hauteur.
– Faites 4 à 6 trous dans lesquels vous disposerez les morceaux de gousses d’ail.
– Arrosez avec le vin blanc.
– Enfournez environ une demi-heure, jusqu’à ce que la pâte de la Tome des Bauges soit coulante.
– Pendant ce temps, faire cuire les pommes de terre à l’eau.
– Posez le plat sur la table, et servir des morceaux de fromage fondu directement sur les pommes de terre.
– Accompagnez avec la charcuterie et la salade verte.

 

Brownie aux noix

Puisqu’on me l’a demandée, je reprends le clavier pour partager ma recette de brownie au chocolat et aux noix. Après plusieurs essais, j’ai réussi à trouver la recette et la cuisson idéales, pour obtenir une croûte croustillante, un cœur fondant-collant, et du croustillant, bref ze perfect brownie :-).

Brownie aux noix

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 22 minutes

Ingrédients (pour 8 personnes – un moule carré de 25*25) :

  • 200 g de chocolat noir à pâtisser
  • 125 g de beurre doux
  • 150 g de sucre en poudre
  • 3 œufs
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 3 cuillères à soupe de farine
  • 1 cuillère à soupe de sucre glace
  • une grosse poignée de cerneaux de noix

– Préchauffez le four à 180° C (th 6).
– Mettez le chocolat et le beurre en petits morceaux dans un saladier. Faites fondre le tout au bain-marie, ou au micro-ondes (puissance max, par sessions de 30 sec, en remuant bien).
– Ajoutez ensuite le sucre et mélangez. Allumer le four à 180°C
– Incorporez les œufs 1 à 1 en mélangeant bien.
– Ajoutez les 3 cuillères à soupe de farine et mélangez bien.
– Mélangez les cerneaux de noix à la pâte.
– Beurrez le moule, et versez la pâte.
– Enfournez pour 22 mn.
– Une fois cuit, sortez le gâteau du four et laissez-le refroidir à température ambiante.
– Coupez en 9 ou 16 carrés et saupoudrez de sucre glace.

Dégustez !

 

Tarte Fantastik chocolat, pécan, érable

Je vous propose aujourd’hui, avec un peu beaucoup de retard, la recette du gâteau que j’ai réalisé pour mon anniversaire fin septembre : une tarte inspirée des « Fantastik » de Michalak, au chocolat, chantilly à l’érable, noix de pécan caramélisées.

A cette époque nous étions encore bien proches de nos vacances au Canada et la nostalgie se faisait sentir, et de plus ces parfums me tentaient beaucoup !

Ce gâteau demande un peu d’anticipation, j’ai tout préparé la veille et monté au dernier moment. Rien de compliqué, il faut juste un peu de matériel (poches et douilles).

Fantastik chocolat érable

Vous connaissez les Fantastik ? C’est un concept de tartes assez destructurées, des créations uniques proposées à l’atelier parisien de Michalak (un seul Fantastik en vitrine, qui change toutes les semaines je crois), à base de fruits et/ou de chocolat et toujours de produits de saison. Les Fantastik sont tous aussi beaux les uns que les autres, et ont l’air terriblement gourmands ! Je suis archi-fan.

Exemples de Fantastik de Michalak :

Fantastik Michalak Capture d’écran 2015-11-12 à 21.02.23

Voici la recette de mon gâteau, inspirée d’une création de Valérie du blog « I Love Cakes ».

Ingrédients pour une « tarte » de 24 cm de diamètre :

Le crémeux chocolat noir

  • 30 g de sucre en poudre
  • 2 jaunes d’œuf
  • 100 g de lait
  • 100 g de crème liquide entière
  • 130 g de chocolat noir pâtissier

Le brownie noix de pécan

  • 135 g de beurre
  • 170 g de chocolat noir pâtissier
  • 100 g de sucre en poudre
  • 100 g de cassonade
  • 4 œufs
  • 135 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 80 g de noix de pécan grossièrement hachées

Les noix de pécan caramélisées

  • 50 g de noix de pécan
  • 100 g de sucre en poudre

La chantilly mascarpone

  • 100 g de mascarpone
  • 100 g de crème entière liquide
  • 4 à soupe de sirop d’érable

Préparation :

Le crémeux chocolat

– Fouettez les jaunes avec le sucre.
– Portez le lait et la crème à ébullition, versez sur le mélange jaunes+sucre en fouettant, puis remettez le tout dans la casserole.
– Remettez le mélange à feu doux, et remuez doucement en continu pour réaliser une crème anglaise (cuisson à 85°C ou lorsque ça nappe la maryse) puis versez sur le chocolat en morceaux.
– Mélangez bien puis filmez au contact et laissez prendre au froid.

Le brownie

– Préchauffez votre four à 180°C.
– Posez un cercle de papier sulfurisé au fond d’un moule rond de 22 cm de diamètre et beurrez les bords.
– Faites fondre le beurre et le chocolat au micro-ondes puis incorporez le sucre, la cassonade, le sel et les œufs un à un en fouettant.
– Ajoutez les noix de pécan, versez dans le moule et enfournez pour 10-15 minutes à 180°C.
– Laissez tiédir sur une grille avant de démouler et de laisser complètement refroidir.

Les noix de pécan caramélisées

– Faites torréfier les noix de pécan au four sur une plaque à 165°C jusqu’à ce qu’elles soient dorées et odorantes (attention ça va vite). Réservez les sur une feuille de papier cuisson, hors du four.
– Réalisez un caramel blond à sec avec le sucre et, quand il est prêt, versez-le directement sur les noix de pécan, mélangez et laissez figer.

Chantilly mascarpone

– Mettez le mascarpone et la crème dans le bol de votre robot et fouettez jusqu’à obtenir une chantilly souple.
– Ajoutez le sirop d’érable et fouettez jusqu’à ce qu’elle se tienne un peu mieux.
– Réservez.

*Astuce : j’ai pour ma part mélangé mascarpone, crème et sirop d’érable la veille, filmé le tout et réservé au frais,  et j’ai réalisé la chantilly juste avant le montage.

Montage

– Posez le brownie sur le plat de service (côté lisse dessus) et commencez par pocher le crémeux chocolat avec une douille lisse (sortez le un peu à l’avance du réfrigérateur pour ne pas obtenir des « pâtés » comme moi ;-).
– Intercalez des piques de chantilly au sirop d’érable, avec une douille cannelée.
– Puis disposez harmonieusement les noix de pécan caramélisées.
– Rajoutez quelques gouttes de sirop d’érable par ci par là pour plus de gourmandise.
– Dégustez de suite ou placez au frigo (mais attention sortez-le au moins 45 minutes avant dégustation, c’est bien meilleur).

 

Spaghettis aux coques

Un de mes plats préférés au monde, c’est les spaghettis « alle vongole »  aux palourdes, vin blanc, ail, persil, et tomates cerises.

Un candidat de je ne sais plus quelle saison de Masterchef, Marc je crois, disait qu’il utilisait des coques à la place des palourdes car moins cher et tout aussi bon. J’ai retenu l’astuce dans un coin de ma tête jusqu’à ce que je voie des belles coques en promo à la poissonnerie :-).

Je me suis donc lancée, sur la base de la recette de Sonia Ezgulian.

Verdict : une franche réussite, une tuerie même, mais il faut faire très attention à bien rincer les coques, c’est plein de sable ces petites choses là ! Personnellement je commence cette étape 1 heure avant de cuisiner la recette.

Spaghetti-alle-vongole

Temps de préparation : 15 minutes MAIS prévoir de commencer à dessabler les coques 1h avant

Pour 6 personnes :

  • 600 g de spaghettis de blé dur (j’ai pris des Barilla)
  • 1 kg de coques
  • 3 gousses d’ail
  • 10 tomates cerise (j’ai pris des tomates « cocktail », un peu plus grosses que les tomates cerises)
  • 4 c. à soupe d’huile d’olive vierge extra
  • 15 cl de vin blanc sec
  • Persil plat ou basilic frais selon votre goût
  • Parmesan

Commencez par dessabler les coques.

– Mettez-les dans un saladier, recouvrez-les d’eau froide, ajoutez une bonne pincée de gros sel, et mélangez vigoureusement. Enlevez toutes les coques cassées, vides, ou qui remontent à la surface. Laissez reposer 15 minutes : les coques vont s’ouvrir et le sable va tomber au fond du saladier. Récupérez-les à la passoire, rincez-les, et recommencez l’opération 2 à 3 fois.

Une  fois les coques dessablées et réservées, passez à la suite de la recette.

– Plongez les pâtes dans une grande casserole d’eau bouillante salée,et laissez-les cuire le temps indiqué sur le paquet moins une minute en surveillant la cuisson pour qu’elles soient al dente.
– Pendant ce temps, écrasez grossièrement les gousses d’ail avec le plat de la lame d’un couteau.
– Faites revenir l’ail écrasé dans une grande sauteuse, avec l’huile d’olive, sans le laisser trop colorer.
– Ajoutez les tomates coupées en quatre, les palourdes, le vin blanc, du sel et du poivre.
– Laissez mijoter à feu vif jusqu’à ce que les coquillages soient tous ouverts.
– Égouttez les pâtes et réservez une louche de l’eau de cuisson. Incorporez le tout dans la sauteuse, sur feu très vif, sans cesser de mélanger.
– Parsemez de persil plat ciselé, saupoudrez d’une quantité raisonnable (ou non) de parmesan et dégustez immédiatement !

Glace au lait ribot – Frozen yogurt

Si vous me connaissez un peu, vous savez que j’aime d’amour le frozen yogurt, « froyo » pour les intimes, cette glace brassée au yaourt qu’on trouve beaucoup aux USA, et qui arrive tout doucement en France. Ce p’tit goût de yaourt, cette fraicheur, ce crémeux, ces « toppings » qu’on met dessus… Ça me fait tourner la tête 😉

Avec le chaleur, c’est juste le dessert parfait, et puis c’est plus light que la crème glacée !

Vous pensez bien que j’ai essayé d’en faire à la maison, parce qu’en France c’est un peu cher, et surtout je peux m’en préparer en quantité ! Le truc c’est qu’il faut faire tourner la yaourtière pour avoir des yaourts brassés (ou en acheter). Ça se fait. Je trouve intéressant de publier ici que j’ai trouvé un raccourci pour obtenir le même goût et la même texture en utilisant le lait ribot, ce lait fermenté assez utilisé en Bretagne, qu’on trouve en hypermarché au rayon « lait frais ».

Je précise que « fermenté » ne veut pas dire « aigre », on peut comparer ce produit à du yaourt liquide nature, ou de la crème ultra-light, et on peut l’utiliser pour plein de trucs en cuisine : pâte à crêpes, à muffins, à gâteaux…

Yaourt glacé

Ingrédients pour environ 1 litre de glace

  • 500 ml de lait fermenté (Ou 500 ml de yaourt brassé si vous préférez la version au yaourt)
  • 90 g de sucre glace
  • 100 ml de crème fleurette

– Versez le sucre dans dans un saladier.
– Délayez progressivement avec le lait fermenté.
– Ajoutez la crème.
– Fouettez bien.
– Versez le mélange dans une sorbetière ou une turbine, et laissez tourner jusqu’à avoir une belle texture (environ 30 min).
– Transvasez dans un bac et mettez la glace au congélateur environ 2h le temps qu’elle se raffermisse un peu.

Sortez-la un bon moment à l’avance (la texture doit être souple), et accompagnez-la de caramel beurre salé (comme sur la photo) et/ou de palets bretons :-).

Astuce : mettez la glace dans une poche à douille cannelée pour servir, vrai effet « FroYo » garanti.

Enjoy !

* : si vous utilisez une sorbetière, le bac doit être réfrigéré depuis 24 h.

Parfaits au praliné

J’ai a chance de tester en ce moment un super produit, le praliné en pot Weiss.
C’est une vraie petite merveille, le goût est terrible et en plus, il est très facile à utiliser en pâtisserie.

En ce début d’été, j’ai eu envie de l’utiliser pour une recette rafraîchissante, j’ai donc pensé à réaliser des parfaits au praliné, au format individuels.

Servis congelés, leur texture est très fondante et avec le croquant du praliné, nous nous sommes régalés !

Parfait-pralinePour 5 personnes

• 120 g de sucre
• 30 g (3 cl) d’eau
• 4 jaunes d’œuf (80g)
• 80 g de praliné Weiss
• 400 g (40 cl) de crème fleurette
• 5 c. à café de pralin

Plusieurs heures avant la préparation, entreposez un cul-de-poule ainsi que des batteurs au congélateur.

– Versez la crème fleurette dans le cul de poule bien froid, fouettez d’abord à petite vitesse puis à moyenne jusqu’à ce qu’elle soit ferme (le batteur doit former un « bec d’oiseau »). Couvrez et mettez au réfrigérateur.
– Fouettez les jaunes d’œufs jusqu’à qu’ils blanchissent.
– Faites fondre le sucre avec l’eau doucement jusqu’à 115°C (sans thermomètre : tout le sucre est fondu et il doit se former de grosses bulles).
– Versez le sirop obtenu en filet sur les jaunes d’oeufs tout en continuant de fouetter.
– Continuez de fouetter jusqu’à obtenir un mélange clair et mousseux, à peine tiède.
– Ajoutez le praliné Weiss, puis une petite partie de la crème fouettée.
– Incorporez délicatement le reste de la crème fouettée.
– Parsemez de pralin le fond de moules en silicone, ou de ramequins.
– Verser la crème du parfait, lissez bien la surface, et gardez au congélateur au moins 5 heures.

Juste avant de servir, démoulez et ajoutez quelques traits de praliné Weiss.

Lapin au cidre

Je vous propose ce soir une recette un peu festive, à servir un dimanche en famille ou lors d’une soirée entre amis : le lapin au cidre.

Pour rendre à César ce qui est à César, cette recette me vient de ma belle-mère, qui l’a accompagnée avec des pommes enrobées de pâte feuilletée puis cuites au four. Ça allait vraiment bien ensemble ; pour quelque chose de plus léger, on peut les remplacer par des pommes simplement cuites au four ou du riz blanc.

J’ai vraiment bien aimé ce plat, la viande était tendre et goûteuse, et le la cuisson au cidre plutôt qu’au vin blanc est une très bonne façon de cuisiner le lapin.

On peut croire que ce genre de plats nécessite beaucoup de temps et de savoir-faire, mais finalement, c’est assez facile à réaliser, et vous ferez plaisir à vos invités à coup sûr !

Et le flambage au calvados est un plus mais on peut s’en passer si comme moi cela vous fait peur 🙂

Lapin NormandTemps de préparation : 25 minutes
Temps de cuisson : 55 minutes

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 1 beau lapin coupé en morceaux
  • 3 carottes
  • 2 échalotes
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à soupe de calvados
  • 15 cl de cidre brut
  • 10 cl de crème fraîche épaisse
  • 2 c. à soupe de persil haché
  • 20 g de beurre
  • Sel, poivre

– Épluchez les carottes, les échalotes et l’ail, puis coupez-les en dés.
– Faites chauffer l’huile et le beurre dans une cocotte ou une sauteuse.
– Mettez les morceaux de lapin à rissoler à feu moyen, lorsqu’ils sont bien dorés ajoutez les légumes.
– Faites revenir le tout 5 minutes, puis arrosez de calvados et flambez.
– Versez le cidre, salez, poivrez.
– Portez à ébullition, puis laissez cuire à feu doux 45 minutes.
– Ajoutez la crème fraîche, et mélangez bien, et laissez cuire 10 minutes supplémentaires à feu doux pour lier la sauce.
– Goûtez, rectifiez l’assaisonnement.
– Servez à l’assiette en saupoudrant avec du persil haché.
Bon appétit !

Tarte amandine aux poires

Voici une recette d’un classique qui ne déçoit pas : la tarte amandine aux poires.

Je vous propose ici la version rapide : pâte feuilletée du commerce (qui peut être remplacée par une pâte brisée maison), poires au sirop en conserve (qui peuvent être remplacées par des poires que vous ferez confire dans un sirop de sucre) et une crème d’amande (maison tout de même 🙂 ). Un délice !

Tarte amandine aux poiresIngrédients pour une tarte :

  • 1 pâte feuilletée
  • 1 grosse boîte de poires au sirop, ou 2 petites
  • 100 g de beurre mou
  • 100 g poudre d’amande
  • 100 g de sucre en poudre
  • 25 g de farine
  • 2 oeufs
  • 2 cuillères à soupe de gelée d’abricot

– Préchauffez le four à 200°C.
– Egouttez les poires au sirop, et réservez-les.
– Disposez dans un saladier le beurre, la poudre d’amande et le sucre en poudre. Fouettez vivement (à l’aide d’un robot ou un fouet électrique).
– Ajoutez la farine, mélangez.
– Incorporez ensuite les œufs un par un en mélangeant bien à chaque fois.
– Étalez la pâte brisée dans un moule à tarte, et piquez le fond à l’aide d’une fourchette.
– Versez la crème d’amande.
– Entaillez régulièrement les demi-poires dans la longueur (mais pas jusqu’au bout), et placez-les sur la crème d’amande.
– Enfournez pour 25 minutes environ (à surveiller selon votre four).
– Faire fondre la gelée d’abricot avec une cuillère à soupe d’eau, et nappez la tarte au pinceau à chaud, dès la sortie du four.
– Laissez refroidir, puis dégustez.
Enjoy !

Pizza au gorgonzola

Voici une recette de type « fond de frigo » qui nous bien régalés : une pizza fine au gorgonzola, ce merveilleux fromage italien à pâte persillée très crémeux… Cela change du bleu et apporte un petit « plus » côté texture.

J’ai utilisé ma technique habituelle pour une répartition bien homogène : je fais préalablement fondre le gorgonzola dans de la crème fraîche.

Dans les mêmes proportions, cette crème peut être utilisée dans des pâtes, ou pour accompagner une viande. Un délice !Pizza gorgonzolaIngrédients pour une pizza

Pour la pâte :

  • 250 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • 10 cl d’eau tiède

Pour la garniture  :

  • 100 g de gorgonzola
  • 100 g de lardons fumés type « allumettes »
  • 10 cl de crème liquide
  • Poivre du moulin

Commencez à préparer la pâte, environ 1h00 avant de servir.
– Déposez la farine, la levure, le sel et l’huile d’olive dans un saladier.
– Ajoutez la moitié de l’eau, et pétrissez à la main. Ajoutez ensuite l’eau tout doucement (il ne vous en faudra peut-être pas la totalité), jusqu’à obtenir la consistance idéale : très souple, ni sèche ni collante.
– Continuez de pétrir jusqu’à obtenir une belle boule. Recouvrez le saladier avec un linge.
– Laissez-la « pousser » à température ambiante, ou même près d’un radiateur si possible, cela pendant une heure environ.
– Étalez-la ensuite au rouleau à l’épaisseur souhaitée et recoupez les bords si nécessaire.
– Déposez la pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé ou d’un tapis de silicone.
– Préchauffez le four à 280°C.
– Faites fondre la crème et le gorgonzola et mélangez bien.
– Répartissez ce mélange sur la pâte.
– Ajoutez les lardons, et un peu de poivre
– Enfournez pour 10-15 minutes.
– Dégustez chaud avec une petite salade !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...