Irlande Août 2016

Cet article pour vous parler du chouette voyage que nous avons effectué l’été dernier : nous sommes partis 18 jours en Irlande en Août dernier, en famille agrandie pour une partie du séjour.

Nous avons beaucoup aimé cette destination sauvage et verte, même si ce n’est pas un pays où l’on bronze au soleil !

Durant la première semaine du séjour, nous avons élu domicile à Terryglass, près du Lough Dergh, où mon père et mon frère ont effectué un séjour de pêche au brochet.

Ensuite nous sommes retournés les déposer à l’aéroport de Dublin, puis avons tracé la route direction Belfast et fait une grande boucle d’Est en Ouest autour de l’île.

Ci-dessous une carte qui montre notre trip dans l’ensemble, car Google Maps limite le nombre d’étapes ! J’ai fait des cartes zoomées un peu plus loin dans l’article pour détailler un peu plus nos arrêts.

Nous sommes arrivés Dublin depuis Lyon, nous ne nous y sommes pas arrêtés, et avons pris directement une voiture de location pour Terryglass, au centre de l’Irlande, une petite bourgade au bord du Lough Dergh. Ce lac est l’Eldorado des pêcheurs de brochets, mon père et mon frère se sont régalés, ils ont remonté des poissons énormes !

D’ailleurs si vous êtes intéressés par un séjour de pêche en Irlande, j’en profite pour vous recommander le guide car nous avons bien sympathisé, et la prestation comprend tout (trajets, matériel, hébergement – nous étions toute la famille dans le même cottage – et pension complète) > Cédric Charpentier de Pêche Irlande Passion. Le + : c’est un breton donc pas de barrière de la langue ! Nous mangions et buvions tous les soirs au pub avec le guide et les pêcheurs, c’était très sympa !

Pêche Irlande Passion Pêche Irlande Passion

Pendant que ces messieurs pêchaient, nous sommes allés nous promener autour. Nous partions à la journée, ainsi depuis Terryglass nous sommes allés dans les villes de Limerick, Galway, aux célèbres Falaises de Moher, dans le Burren (champ de pierres craquelées, le paysage est assez irréel et vaut le détour), dans les Îles d’Aran, et aux falaises de Loop Head. Nous avons fait un peu de route, mais cela le valait bien !

Cliffs of Mohair

Cliffs of Mohair

Cliffs of Mohair

Cliffs of Mohair

The Burren

The Burren

The Burren

The Burren

The Burren

The Burren

Loop Head

Loop Head

Loop Head

Loop Head

Inishmore (la plus grande des îles d'Aran)

Inishmore (la plus grande des îles d’Aran)

Inishmore (la plus grande des îles d'Aran)

Inishmore (la plus grande des îles d’Aran)

Pas très loin de Terryglass

Pas très loin de Terryglass

Nous avons adoré l’ambiance de Galway, avec ses boutiques, ses musiciens de rue… et la campagne du centre de l’Irlande est vraiment belle.

Après avoir ramené mon frère et mon père à l’aéroport de Dublin, nous avons roulé jusqu’à Belfast, en Irlande du Nord. Nous avons donc passé la frontière et somme arrivés en « Grande-Bretagne ». Ici on paie en livres sterling, et les habitants sont majoritairement protestants.

Nous avons visité le centre-ville, et sommes allés dans le quartier de Belfast-Ouest, où pas si anciennement des bombes explosaient régulièrement. Nous avons étés frappés de voir que même si les conflits sont officiellement terminés, il y a encore la « Peace line », sorte de « Mur de Berlin » qui sépare les quartiers catholiques et protestants, et encore des barbelés, des murs avec des tessons de verre incrustés…

De nombreux « murals » (peintures) ornent les murs pour rappeler l’histoire telles que celles-ci à l’effigie du chef de l’IRA Bobby Sands, décédé après une longue grève de la faim (voir l’excellent film Hunger avec Michaël Fassbender).

IMG_0348_1024 IMG_0355_1024 IMG_0356_1024 IMG_0358_1024 IMG_0360_1024

La ville de Belfast est sympa, mention spéciale au marché couvert « St-George’s Market » que j’ai beaucoup aimé, et aux rues commerçantes.

Nous avons ensuite continué à découvrir l’Irlande du Nord en roulant vers l’Ouest. La côte est très sauvage, c’est magnifique.

Ci-dessous quelques photos de notre découverte des ponts suspendus de Carrick-a-Rede, là encore un beau souvenir.

IMG_0401_1024 IMG_0416_1024 IMG_0417_1024

Nous ne nous sommes pas arrêtés à Chaussée des Géants que nous avions déjà vue en 2011 – cet endroit vaut vraiment le détour par ses formations géologiques parfaitements hexagonales – et que rapidement à Londonderry que nous connaissions aussi. Cette ville est à visiter notamment pour ses nombreux « murals », témoins des pires moments de l’histoire du pays – là aussi il y a quelques photos dans mon article de 2011.

Nous avons passé 2,5 jours en Irlande du Nord (1 nuit à Belfast, et 1 nuit à Londonderry).

En continuant vers l’Ouest, on arrive dans l’endroit que nous avons préféré : le comté du Donegal, où nous avons passé également 2,5 jours (1 nuit à Letterkenny, 1 nuit à Donegal town).

D’autant plus parce que la météo était magnifique, nous avons adoré nous promener à Malin Head et Fanad Head, découvrir des plages cachées et des verts pâturages, et admirer les majestueuses falaises de Slieve Leave. Nous en avons pris plein les yeux !

Malin Head

Malin Head

Malin Head

Malin Head

Malin Head

Malin Head

Donagal County

Donagal County

Fanad Head

Fanad Head

Vue de notre AirBnB à Falgarragh

Vue de notre AirBnB à Falgarragh

Vers Dunfanaghy

Vers Dunfanaghy

Vers Dunfanaghy

Vers Dunfanaghy

Vers Dunfanaghy <3

Vers Dunfanaghy <3

Donegal

Donegal

Donegal

Donegal

Slieve League

Slieve League

Slieve League

Slieve League

Slieve League

Slieve League

Slieve League

Slieve League

Nous sommes ensuite descendus dans le Connemara. Le temps était plus changeant mais nous avons apprécié la découverte du fjord de Killary et l’abbaye de Kylemore. Nous avons fait une belle rando dans le parc national du Connemara, et sommes tombés par hasard sur le Pony show (fête du cheval) de Clifden, une chouette fête irlandaise ! Belle surprise 🙂

IMG_0548_1024

Abbaye de Kylemore

IMG_0551_1024

Pony Show de Clifden

IMG_0558_1024

Parc National du Connemara

IMG_0602_1024

Petit déjeuner irlandais 😉

Nous avons ensuite roulé vers le Sud-Ouest, qui est réputé pour ses paysages magnifiques, ses falaises et ses côtes déchirées. Malheureusement le temps a été très mauvais et nous n’avons pas pu les apprécier à leur juste valeur… Nous reviendrons !

Nous avons fait le tour en voiture de la mythique péninsule de Dingle, le lendemain une balade entre les gouttes au Parc national de Killarney ainsi que la découverte du Ring of Kerry (2ème péninsule), puis les autres petites péninsules en dessous sur un 3ème jour.

IMG_0605_1024 IMG_0616_1024 IMG_0620_1024 IMG_0636_1024 IMG_0641_1024

Nous avons passé une dernière journée à Cobh, où nous avons découvert le centre-ville, le bord de mer et avons passé un bon moment au musée du Titanic. En effet, c’est de ce port qu’est parti le paquebot pour sa première et dernière traversée… Et la visite est très immersive et riche, nous en gardons un très bon souvenir.

Nous avons ensuite roulé une demi journée, pour rejoindre notre hôtel proche de l’aéroport de Dublin et repartir le lendemain matin, des souvenirs plein la tête !

  • Pratique :

– Avion : vol A/R Lyon – Dublin avec Aer Lingus, durée 3 h, payé 250 € par personne  6 mois avant sur le site de la compagnie.

– Location de voiture : effectuée via Sixt Ireland. Attention au « deposit » assez conséquent, nous avons du payer une assurance supplémentaire, car nous n’avions pas l’autorisation de notre banque de prélever une caution de 1500 € 🙁

– Hôtels : la première semaine, en tant qu’accompagnants du séjour de pêche nous avons logé en famille dans un joli cottage. Ensuite, nous avons réservé des chambres ou des studios AirBnb sur tout notre trajet, pour une moyenne de 55 € / nuit, souvent avec un petit déjeuner.

– Préparation du voyage : nous nous sommes beaucoup aidés du site Ireland.com, très riche en informations et en belles photos ! Le + : des idées d’excursions sur plusieurs jours ciblées sur des endroits bien précis.

– Sécurité : R.A.S

A noter : la météo est très changeante, lorsqu’il faisait beau nous avons vu des paysages magnifiques, et inversement pendant les 3 jours où nous étions près de la péninsule de Dingle, il n’a fait que pleuvoir à ne pas pouvoir en sortir de la voiture, je suis sûre qu’avec le soleil, nous en aurions gardé un souvenir tout autre… C’est donc une histoire de chance 🙂

N’hésitez pas à m’écrire si vous avez des questions !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les Fils à Maman Grenoble

La semaine dernière, j’ai reçu une chouette invitation : découvrir l’antenne grenobloise du restaurant « Les Fils à Maman » en compagnie d’autres bloggueuses / instragrammeuses, qui se sont révélées être de très agréable compagnie.

Une belle découverte que je vous partage ici !

Alors, les Fils à Maman, c’est un concept avant tout : retrouver la cuisine « de quand on était petits », quand notre maman nous faisait plaisir avec de bon petits plats. Le retour en enfance s’effectue par le goût mais aussi par l’ambiance et la déco très 1980-1990 ! Pour résumer, des plats régressifs à souhait, tous plus gourmands les uns que les autres, à déguster en compagnie de Goldorak et Super Mario !

Ce type de restaurant représente tout à fait le type de la cuisine que j’aime, il y a beaucoup de plats que je pourrais très bien cuisiner les WE pour M. Poire-Chocolat et notre petit bonhomme !

Tout d’abord, j’ai adoré la décoration : du pur concentré des années 1980-1990 : depuis le mur du fond couvert d’images (Coluche, Cloclo, Dark Vador Dragon Ball Z…), les cartes géographiques anciennes qu’on pouvait avoir en salle de classe, les détails déco (figurines ou plaques métalliques Mario, Goldorak, Superman…), en passant par les dessins animés de notre enfance diffusés aux toilettes.

Les Fils à Maman ont bien poussé le concept – ils ont dû faire tous les vide-greniers de l’été et écumer les puces de Saint-Ouen :- ) ! Beaucoup de petits détails m’ont fait sourire – d’autant plus que j’adore aussi décorer mon propre appartement avec des trouvailles vintage.

A la carte, on peut trouver, entre autres, des babybels panés, de la côte de boeuf, du risotto de coquillettes, du filet (trop) mignon, du vrai cordon-bleu poitrine fumée et gorgonzola, du cheeseburger (à tomber), des salades, du vrai « fils and chips », et aussi des jolis desserts.

Tout ça, moi ça me parle beaucoup, et rien que de l’écrire je salive ! 🙂

Lors de la soirée découverte, nous avons pu découvrir une belle sélection de plats de la carte en version « bouchée ». Voici quelques images !

Fils à maman  Mini-Babybel pané, camembert pané, poulet pané, sauce barbecue maison

IMG_20170523_214652_348

Très bon burgers / Parmentiers de canard – patate douce au kiri / Tartare de saumon – légumes- Rice Krispies

IMG_20170523_215555_221Cheesecake, Petits-Lu Nutella Banane et Chantilly, Tiramisu Kinder

  • Les + : le concept, original et très poussé (déco, nom des plats…), le goût (tout est vraiment bon), la gourmandise, la générosité des plats (vous devriez voir la tête de leur burgers…)
  • Les – : je n’ai pas vraiment trouvé de moins
  • Tarif : compter environ 10-15 euros pour un plat seul, 15-20 euros pour un menu. Tout à fait raisonnable donc 🙂

Restaurant Les Fils à Maman
2, rue Saint-Hugues 38000 Grenoble
04 76 51 38 85
http://www.lesfilsamaman.com/grenoble/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La Tour des Sens, version 2017

Pendant ce début d’année 2017, j’ai suivi avec plaisir et entrain une de mes émissions préférées : Top Chef. Et cette saison, j’étais à fond derrière un candidat isérois : Jérémie Izarn, le jeune chef qui a repris la « Tour des Sens » à Tencin en 2016… qui s’est révélé être le grand gagnant !

Nous y avions déjà fait une visite début 2014 avec l’ancien chef, c’était un très bon moment, bien que certaines associations de saveurs nous avaient déroutés, et que, de mémoire, le cadre nous avait paru un peu vieillot.

Jérémie a dépoussiéré les lieux, en créant un décor à l’image de sa cuisine : moderne et tourné vers la nature.

Tous les plats étaient parfaits, tant dans le dressage – toujours impeccable et souvent coloré -, les associations – parfois détonantes – , et les goûts – à tomber.

Aucune fausse note, et de belles découvertes, bref, peut-être la meilleure table de l’agglomération grenobloise.

Nous avons pris le menu Diapason, à 64 € (Février 2017).

Mise en bouche : Espuma de topinambour, noix de macadamia

Espuma de topinambour, noix de macadamia
Entrée : FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE, version 2017 d’une terrine de Foie-gras, pommes et coing en textures…

 

Une très belle interprétation du classique foie gras. Le chutney de coing se démarque par rapport à des goûts plus classiques comme figue ou oignon, les petits dés de coings apportent du croquant, et mention spéciale au cœur coulant de coing qui se cache dans le cube : quelle inventivité !

FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE

FOIE GRAS CUBIQUE AU CŒUR TENDRE

Le fameux œuf parfait de la finale de Top Chef, cuit à 64°C pour un jaune et un blanc parfaitement coulants ! La mouillette apporte du croquant, et le bouillon au Lard de Colonata est très goûteux.

Œuf cuit à 64°C, bouillon épais de gras noble et mouillette végétale de saison

Le dos cuit à basse T°C dans une membrane de vin à l’encre, beignet de carottes fanes confites, crispys de spaghettis, risotto de riz sauvage, crème et sauce aigre-douce à l’endive

Peut-être le plat que j’ai moins aimé. Très bon, mais un peu salé, et surtout, l’encre de seiche… ça noircit la bouche et les dents ! Néanmoins, le poisson est très bien cuit, et les beignets de carotte sont délicieux.

K-BIO EN MONOCHROME DE NOIR

Filet de pigeonneau de la maison Chabert grillé à la tomme de Savoie, poudre de tomme, crème de châtaigne, mangues avion, crosnes et jus des carcasses.

Une association de saveur pouvant paraître surprenante, mais curieusement, le tout matche très bien. Le pigeon est cuit longtemps et doucement, ce qui ne lui apporte pas du tout ce goût de gibier que je n’aime pas du tout. Il est fort Jérémie !

Filet de pigeonneau de la maison Chabert grillé à la tomme de Savoie, poudre de tomme, crème de châtaigne, mangues avion, crosnes et jus des carcasses.

Pour moi qui ne suis pas fan de pigeon, ce dernier a été remplacé par un filet de truite basse température (comme lors de la finale !).

Truite basse températureDessert : BLACK PEARL SUCRÉE, inspiration de ma folle aventure TOP CHEF

Là aussi un clin d’oeil à Top Chef, avec sa technique « signature » : le sucre soufflé. Un rendu magnifique, une bulle qu’il faut casser pour découvrir un cœur surprise très original : une association de goûts / textures butternut – noisette. Et ça marche très bien.

Black pearl

  • Les + : La surprise, l’expérience gastronomique, le service, le timing, le goût, la générosité, le cadre, le service, et le chef, bien sûr, qui vient saluer les clients en fin de service. Le même que dans l’émission :  simple, abordable, passionné.
  • Les – : Aucun !
  • L’addition : 128 € sans vin pour 2 personnes (2 menus « Diapason » à 64 € ).

Restaurant la Tour des Sens
Route de Theys – 38750 TENCIN
Tél : 04 76 04 79 67
Mardi – Samedi 12h00 – 14h00 / 19h30 – 00h00
http://www.latourdessens.fr/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Galaktoboureko

Je ne sais pas vous, mais moi, je commence à avoir assez du froid ambiant et de la pluie… Alors en attendant le retour, des beaux jours, je me motive en préparant nos prochaines vacances  ! Après l’Irlande l’été dernier, sa pluie et ses 15°, cette année nous n’avons qu’une exigence : du soleil, du soleil, et encore du soleil !

Nous n’avons pas encore arrêté la destination, nous pensons très fortement à un pays Méditerranéen ou du Sud de l’Europe.

Côté hébergement, pour que notre petit gars de bientôt 3 ans puisse faire ses siestes (et nous avec), nous prendrons cette année un appartement ou une maison de vacances.

J’ai fait quelques recherches, Interhome propose notamment des locations qui ont l’air très chouettes, variées, adaptées aux différents budgets  et avec un service sérieux pour la remise des clefs et autres demandes.

Parmi le panel de destinations proposées, j’ai passé un bon moment à m’imaginer dans une maison sur la côte Amalfitaine, une
location Portugal, un appartement en Croatie, ou une villa Espagne.

Mais comme il y a encore quelques mois à patienter avant de partir au soleil, je vous propose un petit voyage culinaire en Grèce, où il fait bon déguster cette douceur : le Galaktoboureko. Lorsque je refais à la maison cette spécialité, je ferme les yeux, et me retrouve à l’ombre des arbres, sur une grande place à Ermoupolis…

C’est un gâteau de semoule au lait bien crémeux, entouré de pâte filo croustillante, sur lequel on saupoudre de la cannelle au moment du service.

Galaktoboureko

Ingrédients pour un plat carré de 9 parts :

Pour la crème :

  • 120 g de semoule fine
  • 150 g de sucre
  • 350 ml de lait
  • 15 cl de crème liquide
  • 2 œufs
  • 20 g de beurre
  • 1 gousse de vanille

Pour la pâte :

  • 60 g de beurre fondu
  • 10 feuilles de pâte filo

Pour le sirop :

  • 350 g de sucre
  • 200 g d’eau
  • Le zeste et le jus d’un citron bio ou non traité

Pour le service :

  • Cannelle

– Préparez d’abord le sirop : mettez tous les ingrédients du sirop dans une petite casserole et chauffez à feu moyen jusqu’à ébullition.
– Baissez la température, laissez cuire 5 minutes, puis retirez du feu et réservez à température ambiante.

– Préparez la crème : mettez la semoule, le sucre, le lait, la crème, et la vanille dans une casserole sur feu doux et remuez bien.
– Séparez les blancs des jaunes d’œufs.
– Faites blanchir les jaunes d’œufs aux batteurs.
– Battez les blancs d’œuf en neige ferme et incorporez-les doucement aux jaunes battus.
– Ajoutez-y les œufs au mélange semoule / lait / sucre qui est en train de cuire.
– Ajoutez le beurre, puis mélangez bien jusqu’à ce que la crème épaississe.

– Beurrez le moule.
– Déposez 5 feuilles de pâte filo les unes après les autres en les beurrant soigneusement au pinceau.
– Versez la crème.
– Recouvrez avec le reste de feuilles de pâte filo, toujours en beurrant chaque feuille de chaque côté.
– Arrosez d’un petit verre d’eau.

– Enfournez à 160-180° pendant 1h.
– Dès que le gâteau sort du four, imbibez-le en versant délicatement du sirop refroidi.
– Laissez tiédir, et saupoudrez de cannelle au moment de servir.

Dégustez !

Article sponsorisé

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Brunch sain et gourmand à la Poule Perchée

Ce nouvel article pour vous parler d’une nouvelle adresse gourmande sur Grenoble pour déguster de délicieuses pâtisseries, se réchauffer avec un bon thé, ou encore se retrouver entre amis autour d’un brunch : La Poule Perchée, dans le quartier Championnet.

Aurélie et Valentine, les maîtresses de maison, en plus d’être très sympathiques, sont pâtissières de métier et ont concocté une carte à la fois « healthy » et super gourmande : du fait-maison, réalisé avec des produits de base bio et/ou locaux. J’adhère, j’adore 🙂 !

Poule-perchee-6 Les locaux ont été remis à neuf, l’atmosphère y est très douce grâce au bois, aux vieilles pierres et aux petites touches de couleur offertes par les coussins ou autres éléments de déco.

Poule-perchee-9 Poule-perchee-11 Poule-perchee-4

Nous avons testé leur brunch (le samedi matin/ midi, réservation conseillée), et nous nous sommes régalés !

Qualité et quantité sont au RDV, selon vos choix pourrez manger des pancakes bien moelleux, du banana bread, du granola maison avec lait végétal (ou non) (vraiment parfait pour le coup), du yaourt au lait de brebis, de la pannacotta, un muffin salé, une salade, et boire un jus de fruits bio, un « vrai » chocolat chaud, un thé ou encore un lait d’or (d’ailleurs je ne connais pas d’autre endroit sur Grenoble qui propose cette boisson, c’est très bon et top pour la santé).

Poule-perchee-12

Poule-perchee-10 Poule-perchee-2 Poule-perchee-1 Poule-perchee-7

Le petit + : le coin épicerie, où l’on peut trouver de beaux produits locaux, comme les savons bio de la Savonnerie de Grenoble ou les bières de la brasserie grenobloise Maltobar.

Poule-perchee-8

* Service : au top !
* Budget : 16-20 € par personne pour le brunch selon l’appétit, autour de 3 € pour les pâtisseries
* Contact : 3 rue Génissieu 38000 Grenoble – 06 95 42 67 51
www.lapouleperchee.fr
https://www.facebook.com/lapouleperchee/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Couronne de Noël au(x) chocolat(s), praliné feuilletine, et vanille

Bonjour à tous, me revoilà ! En ce moment, je prépare Noël, et à cette occasion je réalise des tests de desserts avant l’heure 🙂

Cette Couronne de Noël au(x) chocolat(s), praliné feuilletine, et crémeux vanille représente ma participation au concours « recette de dessert festif » organisé par Meilleur du Chef et son partenaire l’Atelier du Chocolat autour de sa toute nouvelle gamme à pâtisser.

J’ai imaginé une bûche façon couronne de Noël au chocolat noir 70% de cacao, avec au milieu un crémeux vanille et un insert praliné feuilletine, le tout recouvert d’un glaçage miroir au cacao.

couronne-noel-chocolat

C’est un gâteau qui est un peu long à préparer, mais le jeu en vaut la chandelle ! Fondant, croustillant, crémeux, avec un vrai bon goût de chocolat… A tomber, et festif à souhait !

J’ai préparé séparément le crémeux vanille et l’insert praliné un premier soir pour qu’ils soient refroidi  pour le montage.

Le lendemain, j’ai préparé la mousse chocolat noir et j’ai monté le gâteau.

Ensuite j’ai laisser l’entremets monté une nuit au congélateur et j’ai préparé le glaçage et glacé l’entremets le surlendemain. J’ai espacé la préparation sur trois jours mais il est tout à fait possible de tout faire sur la même journée !

Le résultat était top, la mousse avait un vrai bon goût de chocolat, la petite couche de praliné feuilletine apportait goût et texture, et la vanille adoucissait le tout. Un délice !

couronne-noel-chocolat-gateau

Recette pour 8-10 personnes (1 moule à savarin de 25 cm de diamètre)
3 * 1 h de préparation / 5 h mini de congélation / 5 h mini de décongélation

Crémeux vanille :
 
  • 180g de crème à 35% de MG
  • 1 gousse de vanille
  • 2 C. à café de vanille liquide
  • 30 g de sucre
  • 45 g de jaunes d’œufs
  • 2 g de gélatine en feuilles
Insert praliné feuilletine :
Mousse chocolat :
  • 45 g de sucre
  • 35 g de jaunes d’œufs
  • 70 g de crème liquide
  • 400 g de crème liquide entière bien froide (pour fouetter)

Glaçage miroir (il vous en restera) :

  • 180 g de sucre
  • 60 g d’eau
  • 60 g de cacao en poudre sans sucre
  • 3 feuilles de gélatine (soit 9 g)
  • 120 g de crème liquide
Jour 1 :

Commencez par le crémeux vanille.

– Faites ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide.
– Faites bouillir la crème, la gousse de vanille, la vanille liquide et le sucre.
– Hors du feu, ajouter la crème chaude aux jaunes d’œufs en fouettant vivement puis remettez à cuire jusqu’à que la préparation nappe la cuillère.
– Laissez refroidir jusqu’à température ambiante puis chinoisez.
– Essorez et incorporez la gélatine.
– Transvasez dans une poche à douille, puis entreposez au frais.

Continuez avec l’insert praliné feuilletine.

– Mettez le chocolat dans un bol et le faire fondre au micro ondes par tranches de 30 secondes.
– Ajoutez le praliné au chocolat fondu et continuez de fouetter quelques secondes.
– Incorporez la feuilletine (brisures de crêpes dentelles) et mélangez doucement.
– Chemisez le moule à savarin de film plastique et répartissez au fond la pâte obtenue. Entreposez au frais.
Jour 2 :
Réalisez la mousse au chocolat noir :
– Mélangez le sucre avec les jaunes d’œufs.
– Faites chauffer les 70 g de crème.
– Faites fondre le chocolat à feu doux. Ajoutez la crème et le mélange sucre – jaunes d’œufs en mélangeant doucement. Entreposez au frais.
– Montez la crème restante (les 400g) en crème fouettée.
– Incorporez doucement la crème fouettée au mélange chocolat et réservez.
Montage :
– Ôtez l’insert praliné feuilletine froid du moule à savarin, nettoyez-le et séchez-le.
– Versez la moitié de la mousse au chocolat dans le moule, pochez le crémeux vanille puis disposez l’insert juste au dessus.
– Terminez avec le restant de mousse. Lissez et placez votre gâteau au congélateur.
Jour 3 :
Préparez le glaçage :
– Faites chauffer à feu moyen le sucre et l’eau pour obtenir un sirop.
– Versez ce sirop chaud sur le cacao en poudre, et mélangez.
– Faites ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide pendant 5 minutes puis essorez-la.
– Faites chauffer la crème liquide puis ajoutez la gélatine ramollie.
– Mélangez la crème avec la préparation au cacao.
– Mélangez à l’aide d’une spatule pour obtenir un glaçage très brillant. Laissez refroidir à température ambiante.
– Sortez le gâteau du congélateur, et passez le moule au sèche-cheveux ou au bain-marie, pour le démouler.
– Placez le gâteau sur une grille.
– Glacez-le immédiatement avec le glaçage.
– Déposez-le sur un plat de service, et réfrigérez-le au moins 5h pour le décongeler.

Juste avant de le servir, décorez avec des brisures de crêpes gavottes. Bon appétit !

Atelier-du-chocolat

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Guadeloupe Février 2016

Le temps passe à une vitesse… Nous sommes partis en Guadeloupe 8 jours début février, et c’est seulement maintenant que j’écris un article pour vous en parler :-).

Après la Floride l’an dernier, j’ai vraiment envie d’instaurer cette tradition d’une semaine au soleil en plein hiver tant que cela sera possible, car ça fait un bien fou !

C’est vraiment une destination merveilleuse, il y fait beau et chaud, les plages sont magnifiques (de vrais fonds d’écran Windows 😉 ), l’eau est chaude (quelques degrés de plus par rapport à la Floride à la même période, ça change tout !), les gens y sont sympas, et il y a aussi de très belles randonnées à faire (volcan, jungle…).

Nous avons adoré et espérons retourner aux Antilles dès que nous pourrons.

Tout de suite après le voyage, j’avais fait cette carte avec les coins que nous avions aimé, pour pouvoir les partager. Vous pouvez y trouver nos spots de snorkelling, nos hébergements, les plages dans lesquelles nous nous sommes baignés…

Il faut savoir que la Guadeloupe ressemble à un papillon, 2 îles se sont collées : Basse-Terre à l’Ouest, Grande-Terre à l’Est. On voit vraiment qu’il s’agit de deux îles, car ces deux parties sont très différentes : à Basse-Terre la végétation est luxuriante, le sable est noir et volcanique, et à Grande-Terre on trouve de magnifiques plages de sable blanc et des palmiers !

La capitale, Pointe-à-Pitre est exactement au milieu, ainsi que l’aéroport. Il y a souvent des embouteillages, aussi il n’est pas conseillé de passer d’une « aile » à l’autre sur la journée, il vaut mieux explorer à fond une partie, puis l’autre 🙂

Voici quelques photos + quelques idées de visite pour chaque partie.

  • Grande-Terre

Nos coups de cœur à Grande-Terre : Saint-François pour son marché et ses ruelles, Sainte-Anne et la plage de la Caravelle à quelques kilomètres pour ses paysages de carte postale avec sable blanc et cocotiers, la Pointe des Châteaux pour la balade et le panorama, et l’île de Petite-Terre (simplement paradisiaque, et il y a plein d’iguanes ! :-), nous avions pris une excursion à la journée qui vaut bien son prix – à réserver à l’avance absolument par contre!).

L’île de la Désirade était très chouette aussi, après ce n’est pas forcément un incontournable.

  • Basse-Terre

Nos coups de cœur à Basse-Terre : la plage de Trois-Rivières et son sable noir, la randonnée jusqu’en haut de la Soufrière, la plage de Malendure et la Réserve Cousteau pour le snorkelling, et la superbe excursion à la journée dans le Grand-Cul de Sac Marin au départ de sainte-Rose (au programme : Îlet Caret, apéro les pieds dans l’eau, snorkelling au-dessus d’une épave, mangrove, barrière de corail…).

Voilà pour notre périple… Une belle destination que nous ne regrettons pas d’avoir choisie ! En 8 jours c’était bien, 2 semaines auraient été le top, nous aurions pu bronzer un peu plus et visiter aussi les îles des Saintes au sud de Basse Terre. Nous reviendrons !

Point « Pratique » :

– Nous avions acheté nos billets d’avion 4 mois à l’avance, sur le site Voyages-sncf. Nous sommes partis avec Air France, le vol nous a coûté 820 euros / personne (on peut trouver moins cher au départ de Paris, ou un peu plus tard dans la saison).

– Sur Grande-Terre, nous avions trouvé ce chouette studio indépendant en gîte, sur Booking, et sur Basse-Terre un studio génialissime via AirBnb. Un rapport qualité-prix au top, la nuit nous a coûté 43 euros en moyenne.

– Nous avions loué une voiture pendant tout notre séjour et c’est vraiment recommandé.

– Budget : pour nous environ 1200 euros / par pers pour 8 jours (vol, hébergement, repas, voiture) + 200 euros d’excursions

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Matouille (Tome des Bauges chaude)

Comme vous le savez, je suis d’origine (Haute) Savoyarde ;-), et par chez moi, l’hiver, on aime les plats dégoulinants de fromage ! Et de calories, mais c’est une autre histoire, et il faut bien ça pour combattre le froid ambiant.

Vous connaissez déjà tous la sacro-sainte trilogie « tartiflette – raclette – fondue« , peut-être aussi la croziflette, mais la matouille ?

Cette recette qui nous vient des Bauges est vraiment excellente. En commun avec certaines autres recettes citées plus haut, du fromage fondu, des pommes de terre, de la charcuterie : que du bonheur ! Et la tome apporte un petit goût différent vraiment intéressant.

Le seul truc, c’est qu’il faut avoir un plat de la bonne taille, qui soit rond à bords hauts pour bien épouser la forme de la tome. Un petit moule à manqué peut faire l’affaire, sinon on trouve des plats à matouille dans les magasins de souvenirs en Haute-Savoie, ou en Savoie.

MatouilleIngrédients pour 4 à 5 personnes

  • 1 Tome des Bauges
  • 2-3 gousses d’ail
  • 1 verre de vin blanc de Savoie
  • 5 grosses pommes de terre à chair ferme
  • Charcuterie (jambon cru, jambon blanc, rosette…)
  • Salade verte

– Préchauffez le four à 200 degrés.
– Grattez toute la croûte de la Tome.
– Disposez la Tome des Bauges dans un plat ayant environ la taille du fromage.
– Pelez les gousses d’ail et coupez les en 2 dans le sens de la hauteur.
– Faites 4 à 6 trous dans lesquels vous disposerez les morceaux de gousses d’ail.
– Arrosez avec le vin blanc.
– Enfournez environ une demi-heure, jusqu’à ce que la pâte de la Tome des Bauges soit coulante.
– Pendant ce temps, faire cuire les pommes de terre à l’eau.
– Posez le plat sur la table, et servir des morceaux de fromage fondu directement sur les pommes de terre.
– Accompagnez avec la charcuterie et la salade verte.

 

Brownie aux noix

Puisqu’on me l’a demandée, je reprends le clavier pour partager ma recette de brownie au chocolat et aux noix. Après plusieurs essais, j’ai réussi à trouver la recette et la cuisson idéales, pour obtenir une croûte croustillante, un cœur fondant-collant, et du croustillant, bref ze perfect brownie :-).

Brownie aux noix

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 22 minutes

Ingrédients (pour 8 personnes – un moule carré de 25*25) :

  • 200 g de chocolat noir à pâtisser
  • 125 g de beurre doux
  • 150 g de sucre en poudre
  • 3 œufs
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 3 cuillères à soupe de farine
  • 1 cuillère à soupe de sucre glace
  • une grosse poignée de cerneaux de noix

– Préchauffez le four à 180° C (th 6).
– Mettez le chocolat et le beurre en petits morceaux dans un saladier. Faites fondre le tout au bain-marie, ou au micro-ondes (puissance max, par sessions de 30 sec, en remuant bien).
– Ajoutez ensuite le sucre et mélangez. Allumer le four à 180°C
– Incorporez les œufs 1 à 1 en mélangeant bien.
– Ajoutez les 3 cuillères à soupe de farine et mélangez bien.
– Mélangez les cerneaux de noix à la pâte.
– Beurrez le moule, et versez la pâte.
– Enfournez pour 22 mn.
– Une fois cuit, sortez le gâteau du four et laissez-le refroidir à température ambiante.
– Coupez en 9 ou 16 carrés et saupoudrez de sucre glace.

Dégustez !

 

Tarte Fantastik chocolat, pécan, érable

Je vous propose aujourd’hui, avec un peu beaucoup de retard, la recette du gâteau que j’ai réalisé pour mon anniversaire fin septembre : une tarte inspirée des « Fantastik » de Michalak, au chocolat, chantilly à l’érable, noix de pécan caramélisées.

A cette époque nous étions encore bien proches de nos vacances au Canada et la nostalgie se faisait sentir, et de plus ces parfums me tentaient beaucoup !

Ce gâteau demande un peu d’anticipation, j’ai tout préparé la veille et monté au dernier moment. Rien de compliqué, il faut juste un peu de matériel (poches et douilles).

Fantastik chocolat érable

Vous connaissez les Fantastik ? C’est un concept de tartes assez destructurées, des créations uniques proposées à l’atelier parisien de Michalak (un seul Fantastik en vitrine, qui change toutes les semaines je crois), à base de fruits et/ou de chocolat et toujours de produits de saison. Les Fantastik sont tous aussi beaux les uns que les autres, et ont l’air terriblement gourmands ! Je suis archi-fan.

Exemples de Fantastik de Michalak :

Fantastik Michalak Capture d’écran 2015-11-12 à 21.02.23

Voici la recette de mon gâteau, inspirée d’une création de Valérie du blog « I Love Cakes ».

Ingrédients pour une « tarte » de 24 cm de diamètre :

Le crémeux chocolat noir

  • 30 g de sucre en poudre
  • 2 jaunes d’œuf
  • 100 g de lait
  • 100 g de crème liquide entière
  • 130 g de chocolat noir pâtissier

Le brownie noix de pécan

  • 135 g de beurre
  • 170 g de chocolat noir pâtissier
  • 100 g de sucre en poudre
  • 100 g de cassonade
  • 4 œufs
  • 135 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 80 g de noix de pécan grossièrement hachées

Les noix de pécan caramélisées

  • 50 g de noix de pécan
  • 100 g de sucre en poudre

La chantilly mascarpone

  • 100 g de mascarpone
  • 100 g de crème entière liquide
  • 4 à soupe de sirop d’érable

Préparation :

Le crémeux chocolat

– Fouettez les jaunes avec le sucre.
– Portez le lait et la crème à ébullition, versez sur le mélange jaunes+sucre en fouettant, puis remettez le tout dans la casserole.
– Remettez le mélange à feu doux, et remuez doucement en continu pour réaliser une crème anglaise (cuisson à 85°C ou lorsque ça nappe la maryse) puis versez sur le chocolat en morceaux.
– Mélangez bien puis filmez au contact et laissez prendre au froid.

Le brownie

– Préchauffez votre four à 180°C.
– Posez un cercle de papier sulfurisé au fond d’un moule rond de 22 cm de diamètre et beurrez les bords.
– Faites fondre le beurre et le chocolat au micro-ondes puis incorporez le sucre, la cassonade, le sel et les œufs un à un en fouettant.
– Ajoutez les noix de pécan, versez dans le moule et enfournez pour 10-15 minutes à 180°C.
– Laissez tiédir sur une grille avant de démouler et de laisser complètement refroidir.

Les noix de pécan caramélisées

– Faites torréfier les noix de pécan au four sur une plaque à 165°C jusqu’à ce qu’elles soient dorées et odorantes (attention ça va vite). Réservez les sur une feuille de papier cuisson, hors du four.
– Réalisez un caramel blond à sec avec le sucre et, quand il est prêt, versez-le directement sur les noix de pécan, mélangez et laissez figer.

Chantilly mascarpone

– Mettez le mascarpone et la crème dans le bol de votre robot et fouettez jusqu’à obtenir une chantilly souple.
– Ajoutez le sirop d’érable et fouettez jusqu’à ce qu’elle se tienne un peu mieux.
– Réservez.

*Astuce : j’ai pour ma part mélangé mascarpone, crème et sirop d’érable la veille, filmé le tout et réservé au frais,  et j’ai réalisé la chantilly juste avant le montage.

Montage

– Posez le brownie sur le plat de service (côté lisse dessus) et commencez par pocher le crémeux chocolat avec une douille lisse (sortez le un peu à l’avance du réfrigérateur pour ne pas obtenir des « pâtés » comme moi ;-).
– Intercalez des piques de chantilly au sirop d’érable, avec une douille cannelée.
– Puis disposez harmonieusement les noix de pécan caramélisées.
– Rajoutez quelques gouttes de sirop d’érable par ci par là pour plus de gourmandise.
– Dégustez de suite ou placez au frigo (mais attention sortez-le au moins 45 minutes avant dégustation, c’est bien meilleur).

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...